Rendez-vous en pays perdus-Regards croisés littérature-sciences sociales

AFFICHE PAYS PERDU (1)

Rendez-vous en pays perdus

Regards croisés littérature-sciences sociales

Mardi 23 juin 2015 – MSH de Clermont-Ferrand 

14 h Présentation de la séance

• Mauricette Fournier (CERAMAC) • Sylviane Coyault (CELIS)
14 h 15-15 h 15 Figures du Pays Perdu chez Pierre Jourde

Pays perdu, éloge rugueux d’un espace lisse – Jérôme Cabot, Université Champollion, Albi

Écho littéraire en pays perdu : une étude des résonances et dissonances chez Pierre Jourde et Bernard Jannin – Annie Jouan-Westlund, Université de Cleveland, États-Unis
Pays perdus et littératures de l’exiguïté, un géographe peut-il s’égarer ?– Pierre-Mathieu Le Bel, Université du Québec à Montréal, Canada 
15 h 45-16 h 45 Expression des Pays perdus au prisme des sciences sociales
Pays perdus : questions pour l’écrivain, questions pour les sciences sociales – Pierre Couturier, Université Blaise Pascal, CERAMAC
Les Hébrides extérieures, des îles perdues… et retrouvées par Peter May – Franck Chignier-Riboulon, Université Blaise Pascal, CERAMAC
L’hyper-ruralité : loin des yeux, loin du cœur… de la République – Laurent Bonnard, Université Blaise Pascal
16 h 45-17 h 30 Discussions

VIIÈME COLLOQUE HISPANO-LUSO-FRANÇAIS UN AUTRE VOYAGE EXTRAORDINAIRE

Le groupe de recherches T3 AxEL vous invite à participer au
VII ÈME COLLOQUE HISPANO-LUSO-FRANÇAIS Textes, Territoires, Technologies

UN AUTRE VOYAGE EXTRAORDINAIRE.

 13, 14 et 15 avril 2016 sur le Campus de Huesca de l’Université de Saragosse.

En 2016, nous commémorerons les 150 ans de la publication du premier volume des Voyages Extraordinaires, collection où tous les romans verniens ont été édités et qui sont à l’origine du sujet choisi pour ce Colloque : UN AUTRE V OYAGE EXTRAORDINAIRE
Celui-ci, interdisciplinaire et transfrontalier, aura pour objectif d’étudier comment les textes, les territoires et les technologies, qui ont joué un rôle primordial dans l’œuvre de Jules Verne, ont été incorporés par d’autres auteurs pour connaître jusqu’à nos jours un usage de plus en plus important Il s’agira d’analyser l’évolution de ces savoirs mobilisés tels que la langue, la littérature, la géographie, les sciences « dures » ou encore l’histoire. La prise en compte de ces savoirs « hétérogènes », les mécanismes de leur transmission, ainsi que le développement individualisé que ces sciences ont eu, seront au cœur de nos interrogations. Ce Colloque s’organisera autour de quatre champs qui cherchent à effacer les barrières idiomatiques et culturelles, tout en favorisant la transdisciplinarité. Le XIXème siècle constituera le point de départ des communications  s’inscriront dans un de ces quatre axes suivants :
I. Jules Verne: textes, territoires et technologies

II. L’ imaginaire géographique

III. La technologie dans les récits

IV. Le voyage dans la fiction

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES : Toutes les informations seront publiées sur le site Internet de T3AxEL www.axelverne.com sous la légende HUESCA 2016.
CONFÉRENCES : 13 avril, Dr. Piero Gondolo della Riva; et 14 avril, Dr. Eduardo Martínez de Pisón.
LANGUES DE TRAVAIL : Espagnol, français et portugais.
E-MAIL : t3axel@unizar.es

Parution de l’ouvrage collectif « Labellisation et mise en marque des territoires »

Labellisation_34

 

« Labellisation et mise en marque des territoires »

Parution de l’ouvrage collectif, n°34 de la collection du Ceramac aux Presses Universitaires Blaise Pascal, sous la direction de Mauricette Fournier

Lien vers les PUBP

Lien vers la table des matières ici

Un nombre grandissant de territoires cherchent à faire reconnaître, ces dernières années, leurs spécificités culturelles en s’inscrivant dans des démarches de labellisation, voire de véritable mise en marque, sur le modèle des enseignes commerciales qui scandent le quotidien contemporain, de la rue aux écrans. Des enjeux économiques, mais plus encore politiques, territoriaux, identitaires, semblent être à l’origine de ces initiatives pour distinguer la qualité d’un patrimoine, d’un lieu, d’un produit, pour définir son authenticité. Mais cet engouement n’est-il pas sans risques ? Les territoires ne tendent-ils pas ainsi à devenir des « produits », touristiques ou culturels, authentifiés, labellisés, esthétisés, prêts à consommer une fois estampillés ?
Par une approche pluridisciplinaire, les contributeurs de cet ouvrage, confrontant leurs analyses scientifiques et expériences, proposent d’analyser l’expansion de ce phénomène en interrogeant ses motivations (Repli identitaire face à l’angoisse de la banalisation ? Réinvention des identités et reterritorialisation des économies ?), en mettant en lumière ses mécanismes (Par qui sont conduites les procédures de labellisation, pour quel(s) motif(s) ? Comment sont produites et mobilisées les normes sous-jacentes ?) et ses conséquences.

Parution du N° 2/2014 Belgeo « Arpenter le monde »

couverture_2014_2-small480Arpenter le monde

Ce numéro thématique ( n° 2/2014) de la revue Belgeo reprend un certain nombre de communications présentées lors du colloque international et interdisciplinaire « Dessiner les lieux. Cartographier le monde » organisé les  14 et 15 novembre 2013 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand par  Mauricette Fournier (Ceramac), Stéphane Gomis (CHEC) et  Annick Stoehr-Monjou (CELIS) dans le cadre du programme MSH LIDO.

Lien vers le numéro : http://belgeo.revues.org/

Table des matières :

Présentation de l’album Delécluze au colloque « Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France »

Mauricette Fournier et Annie Regond présenteront l’Album Delécluze au colloque « Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France : Littérature et patrimoine dans la première moitié du XIXe siècle », organisé le 12 janvier 2015, au Musée de la vie romantique, à Paris par les Cahiers d’études nodiéristes (CPTC)

Intitulé de la communication : « Paysage et patrimoine géologique à travers le Voyage en Auvergne de d’Étienne-Jean Delécluze. Apports des technologies numériques pour une approche pluridisciplinaire »

Prolongement LIDO : étude et valorisation du « Voyage en Auvergne » d’Etienne-Jean Delécluze

Acquis en 2010  par le musée d’art Roger-Quilliot [MARQ] de Clermont-Ferrand, cet album inédit rassemble  soixante-douze dessins réalisés par Étienne-Jean Delécluze (1781-1863), à l’occasion d’un voyage en Auvergne en 1821. Il s’accompagnés d’un carnet de notes.

En 1821, Étienne-Jean Delécluze parcourut l’Auvergne pendant cinq mois, voyage qu’il raconta plus tard dans ses mémoires Souvenirs de soixante années (en ligne sur Gallica) en précisant qu’il y réalisa 120 dessins. L’album acquis par le MARQ contient des panoramas sur les puys,  des représentations des autres massifs volcaniques auvergnats, des phénomènes géologiques, des vues de villes et de villages ( pour en voir quelques exemples).

Une convention a été passée entre la bibliothèque numérique de Clermont-Université et le MARQ (Ville de Clermont-Ferrand) pour la numérisation de l’album et du carnet. Nous nous proposons maintenant de constituer une équipe pluri-disciplinaire pour géolocaliser, étudier et valoriser ces documents, à partir notamment de la création d’une plate-forme numérique.

Delecluze_Auvergne_6-80e00

« Littérature et développement des territoires », appel à contribution pour un numéro thématique de la revue Territoire en mouvement

La revue Territoire en mouvement lance un appel à textes pour un numéro sur la thématique « Littérature et développement des territoires ». L’objectif de ce numéro est d’appréhender selon quelles modalités la littérature est appropriée, mobilisée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels comme immatériels, par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique pouvant contribuer au développement des territoires. Les entrées sur la thématique issues de disciplines autres que la géographie sont les bienvenues, à condition de bien mettre en avant la dimension spatiale des objets étudiés et de se conformer à la ligne éditoriale de la revue.

Appel à textes

Depuis une petite quarantaine d’années, s’est ouvert un champ de recherches, la géographie littéraire, qui tend à se développer depuis les années 90, en Europe comme en d’autres régions du monde (Lévy, 1989 ; Brosseau, 1996 ; Rosemberg, 2007 ; Bédard et Lahaie, 2008 pour ne mentionner que quelques jalons), et entre en résonance avec l’intérêt contemporain des études littéraires qui redécouvrent l’espace dans les œuvres (Collot, 2011) et/ou s’attachent à en produire une cartographie (Moretti, 2000 ; Piatti, 2012).

A contrario la géographie de la littérature, que certains géographes appellent de leurs vœux (ainsi Brosseau, 2002, Molina, 2010, 2014 après Frémont, 1976), a été encore peu systématiquement explorée : il s’agit dans ce cas de s’intéresser aux rapports entre littérature et société, aux contextes socio-spatiaux de production et d’appropriation des faits littéraires.

Or, de la métropole au village, des acteurs de plus en plus nombreux (associations, élus, institutions patrimoniales, professionnels du livre, du tourisme, de l’architecture et de l’urbanisme …) s’emparent des œuvres, des livres et des écrivains pour construire des projets d’aménagement et de développement, à vocation culturelle, identitaire, sociale, économique.

Ces initiatives prennent des formes très variées.
A l’instar de la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde (créée en 1973), du Festival international de la Bande dessinée d’Angoulême (1974), du Salon du livre de Paris (1981) ou des Lecture sous l’arbre du Chambon-sur-Lignon (1991) se multiplient à toutes les échelles des évènements culturels mobilisant les livres et les écrivains dans le but d’animer les territoires. Les écrivains sont de plus en plus sollicités par les collectivités pour faire des lectures ou organiser des ateliers d’écriture, accomplissant alors une mission tant culturelle que sociale. Dans un autre registre, il leur est parfois demandé de travailler en partenariat avec des architectes à l’aménagement des espaces urbains, participant ainsi à une fabrique littéraire de la ville (par exemple, participation des membres de l’Oulipo à des divers projets, comme le tramway de Strasbourg ou la bibliothèque universitaire de Paris VIII, étudiés par Molina).

Sur le modèle longtemps unique de Hay-on-Wye, au Pays de Galles, ont fleuri dans les années 2000, en France comme dans le reste du monde, des « villages du livre » (Seaton, 1999), rassemblant principalement des bouquinistes, associés à des artisans tels que relieurs, doreurs, encadreurs, fabricants de papiers, imprimeries artisanales… Pour sa part l’UNESCO a proposé, dans le cadre du programme Creative Cities Network, lancé en 2004, le label Cité de la Littérature, qui a déjà séduit une grosse demi douzaine de villes dont Edimbourg (2004), Melbourne (2008), Dublin (2010), Reykjavík (2011), et Cracovie (2013).

Regroupées depuis 1997 au sein de la Fédération des maisons d’écrivain et des patrimoines littéraires, les maisons d’écrivain sont aussi en plein essor : plus de la moitié des 185 sites ouverts en France au public ont été créés après 1980 et les chiffres de fréquentation révèlent l’engouement croissant des visiteurs (près d’un million d’entrées en 2011, en hausse d’un tiers par rapport à 2007). La création d’itinéraires littéraires se développe également, de la balade urbaine à la randonnée au long cours, invitant le public à partir sur les traces de l’Ulysse de Joyce à Dublin lors du Bloomsday ou de Stevenson sur les 252 kms du GR 70 reproduisant le Voyage avec un âne dans les Cévennes, à visiter le Louvres sur les pas du héros du Da Vinci Code de Dan Brown ou la Provence de Jean Giono grâce à un ensemble de 25 boucles de petites randonnée (PR) dispersées de Manosque à Sisteron.

Cette série d’exemples, qui pourront être approfondis dans le cadre de cet appel à textes, permet d’illustrer comment la littérature a été appropriée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels (les livres, la maison d’écrivain, sa bibliothèque…) comme immatériels (l’imaginaire des lieux développé dans les œuvres, les traces de l’auteur …) par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique pouvant contribuer au développement des territoires (Colletis et Pecqueur, 2005 ; Gumuchian et Pecqueur, 2007). Elle montre aussi qu’après nombre d’autres objets culturels, la littérature prend sa place dans « l’explosion patrimonialisante » (Gravari-Barbas et Guichard-Anguis, 2003).

Les contributions attendues porteront particulièrement sur les problématiques suivantes :
– Les processus de « mise en littérature » des territoires, de transformation de la ressource littéraire en ressource territoriale. Quels sont des acteurs impliqués ? Comment s’organisent-ils ? Quelles sont leurs représentations des lieux, leurs systèmes de valeurs ? Par qui sont conduites les procédures de valorisation des patrimoines littéraires, pour qui, pour quoi ? Pourquoi certains territoires sont-ils plus enclins que d’autres à s’intéresser à leurs héritages littéraires ? Certains auteurs ou catégories d’écrits se prêtent-ils plus que d’autres à cette valorisation ? Quels critères peuvent expliquer la réussite ou l’échec de telles initiatives ?

– Les enjeux économiques directs ou indirects et la compétitivité des territoires. Peut-on mesurer les conséquences économiques d’une opération de « mise en littérature » du territoire (en terme de ressources financières, d’emplois, de création d’activités) ? Crée-t-elle une rente monopolisée par certains acteurs et territoires au détriment d’autres ? L’enjeu territorial ne réside-t-il pas davantage dans l’affirmation d’une attractivité culturelle que, par exemple, dans la promotion de produits touristiques ? Est-ce que la valorisation de la ressource littéraire bénéficie plus à certains types d’espaces (milieux ruraux, petites villes, métropoles) et pour quelles raisons ?

– La question de la réception (par les habitants et les usagers) ainsi que les enjeux politiques et territoriaux. Quels enjeux politiques, territoriaux, identitaires recouvre la « mise en littérature » d’un espace ? Comment se manifeste l’appropriation de la littérature par le politique, les habitants, les touristes ? Peut-on examiner de façon précise les modalités de construction des images, les mécanismes conduisant à une esthétisation des lieux ? Cette esthétisation littéraire est-elle partagée par les habitants et les visiteurs ?

Territoire en mouvement, revue de géographie et aménagement, accorde un intérêt particulier aux approches interdisciplinaires autant que les approches ouvertes vers d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, sous la condition d’envisager la dimension spatiale et/ou territoriale de l’objet d’étude.

Les propositions et articles sont à envoyer à Mauricette Fournier (Mauricette.FOURNIER@univ-bpclermont.fr) au plus tard le 15 février 2014. Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Après notification de l’accord du comité de rédaction sur la proposition (courant mars 2014), les auteurs devront envoyer avant le 30 juin 2014 un article dont la taille ne dépasse pas 50 000 signes (espaces compris) et rédigé selon le respect des consignes de la note aux auteurs de la revue (http://tem.revues.org/​1379). L’article est évalué en double aveugle.

Calendrier 

Date limite pour l’envoi des propositions d’articles (titre et résumé) : 15 février 2014
Avis du comité de rédaction sur les propositions : mars 2014
Date limite pour l’envoi des articles au comité de rédaction : 30 juin 2014

Contact

Mauricette Fournier
Maître de conférence en géographie
Université Blaise Pascal
CERAMAC
Maison des Sciences de l’Homme
63057 Clermont-Ferrand Cedex 1
Mauricette.FOURNIER@univ-bpclermont.fr

Bibliographie

Bédard M., Lahaie C. (dir.), 2008, Géographie et littérature, Cahiers de Géographie du Québec, 52, n° 147, 150 p.

Brosseau M., 1996, Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, coll. Géographie et cultures, 246 p.

Brosseau M., Cambron M., 2003, Entre géographie et littérature : frontières et perspectives dialogiques, Recherches sociographiques, vol 44, n° 3, pp. 525-547

Colletis G., Pecqueur B., 2005, Révélation de ressources spécifiques et coordination située, Économie et Institutions, 1er et 2nd semestres, pp. 51-74.

Collot M., 2011, Pour une géographie littéraire, n° 8, Littérature, Histoire, Théorie (LHT), publié le 16 mai 2011 [En ligne], URL :http://www.fabula.org/lht/8/8dossier/242-collot

Fremont A., 1976, La Région, espace vécu, Paris, Flammarion, 223 p.

Gravari-Barbas M., Guichard-Anguis, S., (dir.), 2003, Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, PU Paris-Sorbonne, 952 p.

Gumuchian H., Pecqueur B., 2007, La ressource territoriale, Economica, Anthropos, Paris, 248 p.

Molina G., 2010, Les faiseurs de ville et la littérature ; lumières sur un star-system contemporain et ses discours publics. Des usages de la littérature au service de l’action des grands architectes-urbanistes, Thèse de géographie et d’urbanisme, Université Toulouse-le-Mirail.

Molina G., 2014, Lorsque l’imaginaire géographique littéraire déborde les frontières du livre… et s’inscrit dans l’espace , in L. Dupuy, J.-Y.Puyo (dir.),Géographie, langue et textes littéraires : regards croisés sur l’imaginaire géographique, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, à paraître.

Moretti F., 2000, Atlas du roman européen, Paris, Seuil, 235 p.

Piatti B., 2012, Un Atlas littéraire de l’Europe ou comment cartographier des géographies fictives ? In A. Bergé, M. Collot et J. Mottet, Paysages européens et mondialisationwww.geographielitteraire.hypotheses.org.

Seaton A.-V., 1999, Book towns as tourism developments in peripheral areas, in Tourism in Peripheral Areas, International Journal of Tourism Research, vol. 1, 5, pp. 389–399.

Rosemberg M. (dir), 2007, Le roman policier. Lieux et itinéraires, Géographie et Cultures, n° 61, 143 p.

Lancement du site La France vue par les écrivains

Dans le prolongement de GéoCulture – Le Limousin vu par les artistes , développé par le Centre régional du livre en Limousin  vient d’être lancé le site national La France vue par les écrivains, porté cette fois-ci par la FIIL (Fédération inter-régionale du livre et de la lecture)  avec le concours des Centres régionaux du livre et de la Sofia (Société française des intérêts des auteurs de l’écrit).

Il s’agit d’un site et d’une application mobile (Android et Apple) qui permettent de découvrir la France par les yeux et les mots d’écrivains, avec des extraits géolocalisés d’œuvres,  des portraits d’auteurs, des interviews ou encore des lectures à voix haute.

http://geo.culture-en-limousin.fr/

http://lafrancevueparlesecrivains.fr/

BELGEO : Géographie des guides et récits de voyage

 

Le dernier numéro (3/2012) de la revue BELGEO, désormais en ligne, est consacré à la

Géographie des guides et récits de voyage

 

Au sommaire de ce numéro pluridisciplinaire en dix  contributions, deux articles  de l’équipe LIDO

 

Lien vers le numéro : http://belgeo.revues.org/7132

 

 

 

 

Fichier sans titre

Deux nouvelles publications « Villes et littérature »

Viennent de paraître deux nouvelles publications sur la thématique « Villes et littérature »

–  la revue genevoise Globe (qui fête son  152e anniversaire) propose un numéro sur  

« Ville et littérature. Image et expérience des métropoles »

sous la direction de Bertrand Lévy

Les articles peuvent être consultés en ligne :

http://www.academia.edu/2760571/Ville_et_litterature._Image_et_experience_des_metropoles

 

– les Presses Universitaires Francois Rabelais de Tours viennent de publier

« Lire les villes. Panoramas du monde urbain contemporain »  

sous la direction d’Anna Madoeuf et Raffaele Cattedra

Anna Madoeuf et Raffaele Cattedra (dir.), Lire les villes. Panoramas du monde urbain contemporain, Presses Universitaires Francois Rabelais, coll. « Villes et Territoires », 2012, 230 p., ISBN : 978-2-86906-288-7.

http://pufr-editions.fr/livre/lire-villes

 

 

Appel à communication : « Géographie et littérature: de la relecture du Monde au Développement des Territoires »

A l’occasion de l’EUGEO 2013 qui se tiendra à Rome les 5-7 septembre 2013, l’équipe LIDO a proposé la session suivante :

« Géographie et littérature: de la relecture du Monde au Développement des Territoires »

Call for papers

[Français] Nous proposons de réfléchir collectivement dans cette session à un champ de recherches ouvert depuis une petite quarantaine d’années, qui tend à se développer depuis les années 90, en Europe comme en d’autres régions du monde : la géographie et la littérature. Ce champ de recherches entre en résonnance avec l’intérêt contemporain des études littéraires qui redécouvrent l’espace dans les œuvres et/ou s’attachent à en produire une cartographie. Il intègre la réflexion critique des sciences sociales et leur questionnement sur les savoirs « hors les murs », en l’occurrence sur les savoirs de l’espace produits hors de la géographie académique. Les dimensions heuristique et pédagogique des travaux géolittéraires, soulignées par maints auteurs, leur dimension épistémologique également, en particulier la réflexion sur les écritures du géographique, font de cette thématique de recherches un champ prometteur.

La conférence européenne des sociétés de géographie apparaît comme le lieu et le moment pertinents pour donner une visibilité à un champ encore peu structuré et pour nouer des liens d’où pourra naître une mise en réseau des chercheurs intéressés à construire un champ géolittéraire. Cette session intitulée « Géographie et littérature : de la relecture du monde au développement des territoires » sera centrées sur les thèmes du voyage (en Europe ou en ville) ou du territoire (envisagé comme espace vécu ou comme espace à développer et valoriser) Les contributions attendues, qu’elles s’inscrivent dans une perspective épistémologique ou aménagiste, viseront à montrer, du point de vue de la discipline, l’intérêt d’une lecture géographique du monde avec la littérature et d’une traduction cartographique du littéraire et du point de vue d’une géographie applicable, l’intérêt, pour les acteurs des territoires, de la valorisation des patrimoines littéraires.

 

Pour déposer une proposition, merci de vous rendre sur le site d’EUGEO 2013 :

http://www.eugeo2013.com/component/content/article/77-S15

ou de remplir ce formulaire eugeo2013_abstractform et de le poster à :  s15@eugeo2013.com

Les propositions sont attendues jusqu’au 30 avril. 

Constitution et diffusion de CORPUS : ASPECTS JURIDIQUES

Co-organisée par les consortia Corpus écrits, IRCOM et CAHIER : Journée d’information et d’échanges sur les aspects juridiques liés à la constitution et à la diffusion des corpus

24 novembre 2012
Campus des Cordeliers
15, rue de l’Ecole de Médecine
75006 Paris
Métro Odéon


PROGRAMME 


10 h – 11 h 30
    Droits de l’auteur scientifique vs droits de l’éditeur commercial
Présentation : Sylvie Archaimbault (Corpus écrits)
Répondant : Marie Cornu, CECOJI.

11 h 30- 13 h    L’utilisation de documents dans la constitution de corpus diffusés
Présentation : Denise Pierrot (CAHIER)
Répondant : Marie Cornu, CECOJI.

Déjeuner sur place

14 h 30 – 16 h    Les droits de la personne filmée ou enregistrée 
Présentation : Gabriel Bergounioux (IRCOM)
Répondant : Nathalie Mallet-Poujol, UMR Dynamique du droit.

Cette journée d’information et d’échanges part d’un constat : de nombreuses difficultés, d’ordre juridique,  se  font jour dans l’élaboration et la mise à disposition de la communauté des corpus auxquels participent les chercheurs.
Celles-ci peuvent, dans certains cas de blocage, aboutir à une interdiction de communication à un public large de corpus constitués dans un cadre de recherche.
Les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont variés, ils peuvent concerner l’édition de travaux appuyés sur des résultats d’utilisation de corpus, la mise en ligne d’articles déjà publiés chez un éditeur, par l’auteur lui-même, ou en republication par un autre éditeur, des retranscriptions d’expériences impliquant des relations  confidentielles,  l’enregistrement de personnes physiques…
Face à ces difficultés, les chercheurs sont bien souvent démunis et ne trouvent pas l’aide dont ils auraient besoin pour sortir des situations de blocage.
Cette journée se donne pour objectif de travailler sur quelques cas représentatifs de ces difficultés d’ordre juridique, de faire converger des retours d’expérience et de faire émerger des solutions qui pourront être partagées.
Si vous souhaitez évoquer une situation particulière à laquelle vous avez été ou vous êtes confrontés, vous êtes invités à l’indiquer dès maintenant. Des interventions de 5 minutes seront ménagées au titre de retour d’expérience, ce pour chacun des points évoqués.

Envoyer à :
archaimb@linguist.jussieu.fr
Denise.Pierrot@ens-lyon.fr
_______________________________________________________________________________________________________

Par ailleurs, nous vous rappelons que la participation à cette journée est libre, mais que la pré-inscription est obligatoire.
Merci de vous inscrire avec le formulaire joint, à retourner à : secretariat.ilf@ling.cnrs.fr

 

GEORGES BATAILLE EN AUVERGNE Riom-ès-Montagnes (9, 10, 11 novembre 2012)

Georges Bataille retrouve Riom-ès-Montagnes

En cette année du cinquantenaire de la disparition de Georges Bataille (1897-1962), Riom-ès-Montagnes se devait de rappeler quelle place il a occupé dans le monde intellectuel du XXe siècle et pourquoi d’éminents penseurs ou observateurs du XXIe lui font toujours référence en raison de sa vision préfigurative.

La mémoire de Georges Bataille revient donc le temps d’une journée élargie sur les terres de sa famille maternelle.

Spécialistes de son oeuvre et amateurs attentifs interviendront, évoquant aussi ses liens à l’Auvergne. Lectures, projections et présentation de publications les accompagneront.

Le  programme : http://www.fabula.org/actualites/georges-bataille-en-auvergne_53336.php

CONFÉRENCE de Lionel Maurel à Clermont le 6 décembre 2012

Cette conférence intéressera tout autant les responsables et dépositaires de collections patrimoniales que les gestionnaires de corpus et de projets intégrant des ressources numériques

Campus des Cézeaux à Aubière (63)
Jeudi 06 décembre 2012 – Gratuit sur inscription

Renouveler la réflexion et l’action en bibliothèque autour de la notion de «biens communs »
Lionel Maurel, Juriste & Bibliothécaire à la BDIC
Auteur du blog S.I.Lex, Chroniqueur juridique sur OWNI

Les bibliothèques donnent accès à des ressources qu’elles gèrent comme un bien public. Mais il existe une autre façon de concevoir leur mission, en considérant la connaissance comme un bien commun.
La notion de biens communs est née dans le champ de l’économie, mais elle investit en ce moment de nombreux secteurs, allant de l’écologie à la réflexion sur la société de l’information. Appliquée aux bibliothèques, la notion de biens communs constitue un levier puissant pour repenser leur rapport aux communautés qu’elles servent, leur insertion dans l’environnement numérique, les frictions juridiques qu’elles connaissent et leur rôle dans l’économie de la connaissance.
Les biens communs constituent aussi une notion fédératrice, capable de rassembler des communautés en apparence éloignées, ouvrant ainsi de nouveaux champs à l’action…

Lieu : Amphi Recherche du Pôle Physique – UFR Sciences et Technologie – Campus des Cézeaux – 63170 AUBIERE
Plan d’accès
9h30-9h45 : Accueil des participants autour d’un café dans le hall de l’Amphi
9h45-10h00 : Introduction
10h00-12h45 : Intervention de Lionel Maurel

Avec l’aide de l’État (Ministère de la culture et de la communication – DRAC Auvergne)
Groupe Auvergne
www.abf.asso.fr

Pour s’inscrire : http://www.abf.asso.fr/4/402/1116/ABF-Region/6-decembre-2012-journee-detude-et-assemblee-generale-de-l-abf