Journées « Retours d’expériences » en matière de centre de ressources numériques en SHS

REGARDER LES INTERVENTIONS SUR VIDÉO CAMPUS
PROGRAMME LIDO RETOURS D’EXPERIENCES
AFFICHE LIDO RETOURS D’EXPERIENCES
PAD des journées d’études

Journées « Retours d’expériences »
en matière de centre de ressources numériques en SHS

4 et 5 octobre 2012, à la MSH de Clermont-Ferrand

Responsables scientifiques : Mauricette Fournier (CERAMAC) et Stéphane Gomis (CHEC), Clermont Université, Université Blaise-Pascal
Programme établi par l’équipe LIDO et dans le cadre du séminaire de l’axe 3 du CHEC – Plaines et montagnes : sociétés et espaces du Massif central

Le programme MSH LIDO « Des lieux, des œuvres » : Représentations cartographiques, littéraires et iconographiques des lieux et territoires. Méthodologie pour la construction de corpus réunit plusieurs centres de recherches en sciences humaines de l’Université Blaise-Pascal au sein de la MSH de Clermont-Ferrand : CERAMAC (géographie), CHEC (histoire, archéologie et histoire de l’art), CELIS (littérature), EHIC (Interactions culturelles) en collaboration avec d’autres enseignants-chercheurs français et étrangers et en partenariat avec la Bibliothèque Clermont-Université (Bibliothèque numérique), le Service Université Culture et les collectivités territoriales.
Ce programme, qui veut instaurer un dialogue interdisciplinaire autour de la représentation des lieux, a pour principal objectif d’alimenter une réflexion théorique et méthodologique et de permettre la constitution d’un corpus numérique commun à l’échelle du Massif central, avec la perspective de la mise en ligne de ces ressources dans l’esprit de l’open access afin, qu’au-delà de l’exploitation scientifique, cette mise en ligne constitue une plateforme accessible à un large public, du niveau local à l’international. La nature variée des corpus envisagés (cartographiques, iconographiques, textuelles et sonores), pour la plupart inédits, devrait permettre le développement d’un outil spécifique, qui sera testé dans le cadre du projet LIDO.
Ces journées d’étude ont pour objectif de découvrir, de comparer, de croiser un certain nombre d’expériences, dont les objets (méthode, outils, corpus) recoupent ceux définis dans le cadre du projet LIDO pour son centre de ressources numériques.

Conditions d’accès : Les journées se déroulent à la Maison des sciences de l’homme de Clermont-Ferrand, 4 rue Ledru, amphi 219. Elles sont gratuites et ouvertes à tout public.
Les interventions sont filmés par Vidéo Campus.
Résumés en fin de document

Organisateurs : Équipe LIDO « Des lieux, des œuvres », MSH de Clermont-Ferrand, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Centre d’Etudes et de Recherches Appliquées au MAssif Central, Vidéo Campus.

Renseignements : Mauricette Fournier (mauricette.fournier@univ-bpclermont.fr), Stéphane Gomis (stephane.gomis@univ-bpclermont.fr) et Isabelle Langlois (isabelle.langlois@univ-bpclermont.fr)

 Jeudi 4 octobre 2012

8h45 Accueil des participants
9h00 Ouverture par Mathias Bernard, Président de l’Université Blaise-Pascal
9h15 Introduction par Mauricette Fournier et Stéphane Gomis

Président de séance : Fabrice Boyer, Directeur de la Bibliothèque Clermont Université

9h45 Stéphane Pouyllau, Ingénieur de recherche au CNRS, Directeur de Corpus-IR (UMS 3534 Aix Marseille Université/CNRS) : Les enjeux du web sémantique pour la fabrication, l’édition et la diffusion de corpus numériques en SHS : initiatives, projets et structures pour une réutilisation maîtrisée des données de la recherche

10h30 Daniela Vaj, Responsable de recherche, coordinatrice scientifique de Viaticalpes, Université de Lausanne : Les nouvelles technologies du web au service de la recherche en sciences humaines : le projet Viaticalpes et la base de données Viatimages

11h15 Léonard Bourlet, Conservateur et Camille Meyer, Ingénieur d’études, Bibliothèque Clermont Université : Un projet collectif de diffusion de la culture scientifique : le cas des Carnets Glangeaud, collection de la bibliothèque numérique de la BCU

12h00 Déjeuner

Présidente de séance : Daniela Vaj

14h00 Véronique Ginouvès, Ingénieur de recherche au CNRS, Responsable de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence : Archives orales de la recherche : l’expérience de la Phonothèque de la MMSH

14h45 Olivier Thuillas, Chargé de mission, Centre régional du livre en Limousin : Le choix des œuvres dans Géoculture : entre comités scientifiques et crowdsourcing, les enjeux de la modération

15h30 Pause

16h00 Christophe Tuffery, Docteur en géographie, contributeur sur le site Espace&Fiction : Étude d’itinéraires géo-cartographiques interactifs à partir de l’œuvre de R. L. Stevenson, Voyage avec un âne dans les Cévennes

16h45 Présentation de posters

Éric Leroy, Géomaticien et Mélanie Foucault, Archéogéographe, Service archéologique de la ville de Lyon : Gestion et valorisation des cartes et plans anciens au service archéologique de la ville de Lyon
Éric Leroy, Données archéologiques et cartes anciennes au service de la restitution d’éléments urbains anciens (1/2)
Mélanie Foucault, La constitution de fonds de référence géoréférencés (2/2)

17h15 Discussion et clôture de la journée

Vendredi 5 octobre 2012

8h45 Accueil des participants
9h00 Ouverture par Jean-Philippe Luis, Directeur-adjoint du CHEC
9h15 Introduction par Stéphane Gomis

Président de séance : Jean-Luc Fray, Co-responsable de l’axe 3 du CHEC

9h45 Claire-Charlotte Butez, Ingénieure d’études en traitement, analyse et représentation de l’information spatiale au CNRS, LARHRA, UMR 5190, Lyon : Informations historiques, lieux et représentations : Retour d’expérience sur le projet SyMoGIH

10h30 Christian Kaiser, 361DEGRES, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut de géographie : Cartographie interactive d’illustrations de récits de voyage : l’expérience du projet Viaticalpes

11h15 Séverine Vilette-Billon et Frédérique Galin, Bibliothécaires, Bibliothèque Clermont Communauté : Le fonds cartographique de la Bibliothèque du Patrimoine : conception d’une exposition virtuelle

12h00 Déjeuner

Président de séance : Jean-Paul Oddos, Conservateur général, Responsable de la Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Communauté

14h00 Laurent Costa, Ingénieur d’études du CNRS, ArScAn UMR 7041 : Inventaire et analyse des cartes anciennes : l’exemple du bassin parisien

14h45 Stéphane Gomis, Professeur d’histoire moderne et Isabelle Langlois, Ingénieure d’études, CHEC, UBP : Des sources archivistiques et ressources cartographiques anciennes au traitement géomatique : la géographie ecclésiastique de l’Auvergne

15h30 Frédéric Faucon, Maître de conférences en géographie, CERAMAC, UBP : La Cartothèque de la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand : un patrimoine à valoriser

16h15 Discussion et clôture des journées

RÉSUMÉS

9h45 Stéphane Pouyllau, Ingénieur de recherche au CNRS, Directeur de Corpus-IR (UMS 3534 Aix Marseille Université/CNRS) : Les enjeux du web sémantique pour la fabrication, l’édition et la diffusion de corpus numériques en SHS : initiatives, projets et structures pour une réutilisation maîtrisée des données de la recherche

La diffusion des corpus numériques d’archives et de « sources » pour la recherche a été profondément modifiée depuis 20 ans par les méthodes, le potentiel des outils et les techniques du web. Au delà de la diffusion, c’est toute la chaîne de construction des corpus qui s’est transformée : de la définition du périmètre jusqu’aux outils de visualisation et de recherche, en passant par le travail collaboratif en ligne ou crowdsourcing. A l’aube d’une nouvelle évolution du web vers un web plus sémantique (ou web de données), débuté technologiquement il y a déjà plusieurs années, les scientifiques en SHS vont voir une nouvelle fois se transformer les paysages numériques (méthodes, outils, standards). L’intervention se propose de faire un pas en avant vers ces transformations « nouvelles » afin de les anticiper de façon sereine et d’en comprendre les avantages pour la recherche en SHS.

10h30 Daniela Vaj, Responsable de recherche, coordinatrice scientifique de Viaticalpes, Université de Lausanne : Les nouvelles technologies du web au service de la recherche en sciences humaines : le projet Viaticalpes et la base de données Viatimages

Le projet VIATICALPES (http://www.unil.ch/viaticalpes) dirigé par le professeur Claude Reichler et financé par le Fonds National Suisse et l’Université de Lausanne, a été rendu possible grâce à l’étroite collaboration entre une équipe de chercheurs en sciences humaines et six importantes bibliothèques patrimoniales suisses. Né dans le cadre du programme international VIATICA lancé par Centre de recherches sur la littérature de voyages (CRLV) de Paris IV Sorbonne, VIATICALPES s’est donné pour tâche de rassembler et étudier l’iconographie des récits de voyages anciens (XVe-XIXe siècles) dans l’arc alpin. Nous avons inventorié plus de 11 000 illustrations, publiées entre 1544 et 1860, pour l’espace alpin suisse, savoyard et italien. Une partie de ces images (2’500 actuellement) ont été déjà numérisées, décrites, indexées, géo-localisées et mises à disposition des chercheurs et de tout public en ligne, dans la base de connaissances VIATIMAGES qui a été développée par notre équipe (http://www.unil.ch/viatimages) et ouverte à tout public en avril 2009. L’accès facilité à ce corpus d’images a été au cœur de notre démarche. Ces illustrations sont associées aux textes qui les décrivent – également numérisés – et à d’autres informations permettant d’élucider le contexte de production et de remplois. Ma présentation abordera différents aspects de ce travail : collaboration avec les bibliothèques, gestion des droits, schémas de métadonnées, création du vocabulaire contrôlé multilingue, étude, diffusion et valorisation de ce corpus.
url consultables : Viaticalpes et Viatimages

11h15 Léonard Bourlet, Conservateur et Camille Meyer, Webmestre, Bibliothèque Clermont Université : Un projet collectif de diffusion de la culture scientifique : le cas des Carnets Glangeaud, collection de la bibliothèque numérique de la BCU

Le travail pour la mise en ligne des carnets de terrain de Philippe Glangeaud est le fruit d’une longue réflexion commune entre les trois partenaires du projet que sont le Laboratoire Magmas et Volcans, la Bibliothèque Clermont Université et le Muséum Henri-Lecoq. Il s’est agi de valoriser un fonds scientifique de première importance en utilisant les outils informatiques, de rassembler numériquement un corpus physiquement scindé en élaborant un outil adapté à la recherche. Cela a nécessité le partage et la collaboration de compétences diverses mises au service d’un même projet.
Url consultable : Carnets de Philippe Glangeaud http://bibliotheque.clermont-universite.fr/glangeaud/

14h00 Véronique Ginouvès, Ingénieur de recherche au CNRS, Responsable de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence : Archives orales de la recherche : l’expérience de la Phonothèque de la MMSH

Créée à la fin des années 1970, la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence documente et met en ligne plusieurs milliers d’heures d’archives sonores issues d’enregistrements de terrain de chercheurs : historiens, anthropologues, sociologues, géographes, linguistes, ethnomusicologues…. Avec les nouveaux usages du numérique et l’accentuation de la demande patrimoniale du grand public, l’identification, la conservation et la mise à disposition qui étaient à l’origine de sa création ne sont plus les seuls impératifs. Pour y parvenir, la phonothèque de la MMSH travaille en réseau et engage des collaborations avec d’autres institutions et s’appuie sur plusieurs cyberinfrastructure nationales. Ces coopérations et les nouvelles méthodes d’éditiorialisation sur les Carnets de recherche (Hypotheses.org) offrent de nouvelles perspectives à ces archives sonores restées, jusqu’ici, confidentielles. Il s’agit non seulement d’acquérir une meilleure compréhension de la méthodologie des chercheurs qui ont créé ces archives sur le terrain mais aussi de stimuler des comparaisons et accélérer la mise en relation des enregistrements, ou encore d’enrichir les corpus sonores par de nouvelles interprétations issues du contexte local. Pour les mettre en œuvre, la phonothèque a impulsé avec d’autres centres de ressources documentaires, une réflexion collective sur les questions juridiques et éthiques en vu de l’écriture d’un Recueil de bonnes pratiques pour la diffusion des données numériques en sciences humaines et sociales.
Url consultable : Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/

14h45 Olivier Thuillas, Chargé de mission, Centre régional du livre en Limousin : Le choix des œuvres dans Géoculture : entre comités scientifiques et crowdsourcing, les enjeux de la modération

GéoCulture est un service culturel numérique innovant de géolocalisation de contenus artistiques. Né en Limousin en septembre 2010, il s’est d’abord développé avec le service « Le Limousin vu par les artistes » qui propose plus de 500 œuvres (littérature, arts plastiques, musique, cinéma) représentant le territoire limousin. Les utilisateurs accèdent aux œuvres via une interface Internet et des applications mobiles leur permettant d’activer la fonction « Les œuvres autour de moi ».
Cette première expérience de GéoCulture, née de la théorie de la géocritique du professeur Bertrand Westphal (laboratoire EHIC, Limoges), rassemble environ 50 contributeurs, essentiellement des musées, centres d’art, bibliothèques, archives, éditeurs ainsi que des artistes et des écrivains, réunis autour du Centre régional du livre en Limousin, initiateur de ce service.
Devenu une marque et un modèle d’indexation, de traitement des données, GéoCulture s’ouvre désormais à l’ensemble des territoires et des champs artistiques. L’expérimentation en cours concerne « La France vue par les écrivains », qui rassemble une dizaine de structures régionales pour le livre autour de la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL) et du Centre national du livre (CNL).
Je souhaite aborder dans mon intervention les enjeux principaux liés à la constitution du corpus dans GéoCulture. Cette question du corpus, du choix des œuvres à intégrer ou non dans GéoCulture, est essentielle dans ce service qui propose uniquement des contenus « qualifiés », c’est-à-dire bénéficiant d’une validation scientifique. Au plus près du fondement éditorial de ce service se trouve la représentation esthétique du territoire, qui oblige à un questionnement toujours renouvelé de la notion de représentation. La nécessité de s’entourer de comités scientifiques qui valident le choix des oeuvres rencontre une autre nécessité, propre aux services du web 2.0, qui est d’ouvrir largement le service au grand public et de permettre aux utilisateurs de proposer eux-mêmes des œuvres. Le projet « La France vue par les écrivains » souhaite se développer en faisant appel à une large communauté de lecteurs susceptibles de trouver des extraits littéraires représentant un territoire. Cette pratique de crowdsourcing s’accompagne de la création de pôles de modérateurs capables de corriger et d’indexer correctement les différentes propositions. Par ailleurs, le corpus de GéoCulture est composé pour moitié d’œuvres sous droits, ce qui implique une négociation avec chacun des ayants-droit.
url consultable : http://geo.culture-en-limousin.fr/

16h00 Christophe Tuffery, Docteur en géographie, contributeur sur le site Espace&Fiction : Étude d’itinéraires géo-cartographiques interactifs à partir de l’œuvre de R. L. Stevenson, Voyage avec un âne dans les Cévennes

Nous proposons de présenter des travaux concernant la découverte géo-cartographique multimédia d’un itinéraire réalisé à partir de l’œuvre littéraire de R. L. Stevenson « Voyage avec un âne dans les Cévennes« .
Paru en 1879, ce récit relate le voyage qui fit l’écrivain écossais en France, à l’automne 1878 entre les bourgs du Monastier en Haute-Loire et Saint-Jean-du-Gard dans le Gard, soit près de 200 kms parcourus avec une ânesse comme seule compagne.
Grâce à la multiplication des applications cartographiques en ligne, il peut paraître aisé de réaliser des sites cartographiques interactifs pour faire découvrir des œuvres qui s’inscrivent fortement dans une « géographie réelle ».
Nous présenterons l’utilisation de plusieurs applications de cartographie en ligne existantes ou que nous avons réalisées autour de l’œuvre de Stevenson, permettant d’en faire une comparaison rapide des avantages et des inconvénients, de leur facilité respective de mise en œuvre et d’utilisation, et des possibilités d’intégration avec diverses ressources numériques.
Un autre axe de notre travail concerne une comparaison critique de la disponibilité en ligne de plusieurs fonds cartographiques, permettant de faire « découvrir » un itinéraire à partir des diverses représentations cartographiques d’un même territoire. Avec ce genre d’application, les risquent sont grands de multiplier les anachronismes entre la date et le contenu de l’œuvre et les autres ressources numériques mis en relation ou encore les incohérences entre les niveaux d’échelle et les contenus multimédia de précisions hétérogènes disponibles.
Enfin, une esquisse d' »archéologie de l’œuvre » est proposée pour en retrouver la genèse, les modalités du récit et les significations afin de ne pas cantonner cette œuvre à un simple récit de voyage devenu un des modèles de ce genre littéraire.
url consultable (e)space & fiction : http://spacefiction.wordpress.com/

Eric Leroy, Géomaticien et Mélanie Foucault, Archéogéographe, Service archéologique de la ville de Lyon : Poster Gestion et valorisation des cartes et plans anciens au service archéologique de la ville de Lyon

Présentation du projet SIG ALYAS, en particulier le volet gestion des cartes et plans anciens et valorisation dans le cadre de l’archéologie préventive et de l’analyse territoriale.
Éric Leroy, Données archéologiques et cartes anciennes au service de la restitution d’éléments urbains anciens (1/2)
Mélanie Foucault, La constitution de fonds de référence géoréférencés (2/2)

Vendredi 5 octobre 2012

9h45 Claire-Charlotte Butez, Ingénieure d’études en traitement, analyse et représentation de l’information spatiale au CNRS, LARHRA, UMR 5190, Lyon : Informations historiques, lieux et représentations : Retour d’expérience sur le projet SyMoGIH

Projet en plein développement, conçu par une équipe mêlant les compétences en sciences historiques, informatique et géomatique, le SYstème MOdulaire de Gestion de l’Information Historique (SyMoGIH) se propose de développer et de diffuser une nouvelle méthode, à la fois individuelle et collective, de gestion et d’exploitation de l’information historique et géographique. Dans ce projet, l’équipe a considéré la localisation de l’information historique comme une question majeure et par conséquent a développé et intégré un gazetteer dans le système SyMoGIH.
Cette présentation sera l’occasion de décrire la modélisation de ce système d’information géo-historique collaboratif et cumulatif et d’illustrer plus particulièrement la façon dont a été conçue la relation entre les informations historiques, les lieux et leurs représentations cartographiques.
url consultatble : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/Pole_Methodes/SyMoGIH_fr.php

10h30 Christian Kaiser, 361DEGRES, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut de géographie : Cartographie interactive d’illustrations de récits de voyage : l’expérience du projet Viaticalpes

La base de données en ligne Viatimages contient des centaines d’illustrations anciennes de récits de voyage ainsi que quelques cartes historiques. La plupart de ces illustrations ont été localisées dans l’espace à l’aide de coordonnées ainsi que des termes géographiques relatifs à ces images. L’application en ligne permet de visualiser les illustrations dans leur contexte géographique actuel, à l’aide de cartes interactives et aussi dans un contexte en 3D à l’aide de GoogleEarth. Le moteur de recherche permet de trouver des images directement depuis une carte interactive, ou à travers les termes géographiques. Ces termes géographiques sont classés dans plusieurs catégories. Le développement des aspects géographiques de la bas Viatimages qui est issu du projet Viaticalpes continue en permanence. Un aperçu des développements en route ou planifiés est donné. Ainsi, par exemple une mise en contexte hiérarchique est planifiée en utilisant des entités géographiques ayant une maille spatiale différente.
url consultables : www.unil.ch/viatimages et www.unil.ch/viaticalpes

11h15 Séverine Vilette-Billon et Frédérique Galin, Bibliothécaires, Bibliothèque Clermont Communauté : Le fonds cartographique de la Bibliothèque du Patrimoine : conception d’une exposition virtuelle

Présentation des collections cartographiques de la bibliothèque du Patrimoine (conservation, communication auprès des publics et valorisation). Naissance de projets de numérisation : présentation détaillée du projet du fonds de cartes anciennes sur l’Auvergne et de plans de Clermont. Création et mise en œuvre d’une exposition virtuelle « Quatre siècles de cartographie en Auvergne« .
url consultable : http://cartographie.clermontco.expomuseo.org/

14h00 Laurent Costa, Ingénieur d’études du CNRS, ArScAn UMR 7041 : Inventaire et analyse des cartes anciennes : l’exemple du bassin parisien

La constitution d’un référentiel géo-historique, couplé aux outils de diffusion et d’analyse adéquat peut permettre à des chercheurs des différentes disciplines historiques de travailler ensemble sur un espace géographique commun. Les cartes anciennes sont un des supports privilégiés pour la mise en place des outils.
La notion de référentiel géo-historique renouvèle celle de fonds de carte dans le sens où ces référentiels constituent pour les programmes de recherche historique ayant une dimension spatiale, un des socles élémentaires du partage de données et donc de l’interdisciplinarité. Il s’agit de créer un ensemble de couches de référence basées sur une analyse critique de la documentation en présence qui puisse permettre de spatialiser sur des bases géographiques fiables, des ensembles de données historiques possédant des références géographiques plus ou moins complexes à manipuler.
Mais au-delà de leur constitution, la réflexion doit aussi porter sur leur utilisation et leur diffusion. Pour être pleinement opérationnels, ces outils ne peuvent être dissociés des acteurs de la discipline, qui dialoguent, négocient et possèdent chacun des logiques, des cultures, des outils qui leurs sont propres.
L’examen des modalités de mise en œuvre de ces référentiels géo-historiques dans le contexte de l’archéologie française (GéoPratiq) complété par l’analyse détaillée d’exemples concrets menés dans le Bassin Parisien permet de mettre au jour des lignes directrices collectives et de préciser ce qui est à la base de ces infrastructures qui sont les expressions concrètes et matérielles de ces nouvelles formes d’interdisciplinarité.

14h45 Stéphane Gomis, Professeur d’histoire moderne et Isabelle Langlois, Ingénieure d’études, CHEC, UBP : Des sources archivistiques et ressources cartographiques anciennes au traitement géomatique : la géographie ecclésiastique de l’Auvergne

Apparus aux IVe et Ve siècles, les diocèses de France ont une histoire longue de quinze siècles. Pour autant, la cartographie ecclésiastique est une thématique étudiée depuis peu. Si certains évêques se sont intéressés à la géographie de leur diocèse dès le XVIe siècle, il faut attendre les travaux contemporains du père François de Dainville pour assister à la naissance d’une véritable école. En l’espèce, ses études ouvrent un champ nouveau de la recherche en cartographie dans lequel va notamment s’illustrer le bénédictin dom Jacques Dubois. Nous rappellerons les principaux apports de ces deux savants en nous intéressant tout particulièrement à la situation du Massif central que révèlent ces travaux. Par ailleurs, les sources archivistiques exploitées et les réalisations cartographiques des érudits des XIXe et XXe siècles méritent d’être détaillées.
Nous verrons comment l’ensemble de ces ressources permet au chercheur de proposer, avec les outils géomatiques d’aujourd’hui, des fonds de cartes restituant une géographie historique mouvante. Nous ne manquerons pas également de pointer les aspects qui posent problèmes, notamment ceux liés à la représentation des limites.

15h30 Frédéric Faucon, Maître de conférences en géographie, CERAMAC, UBP : La Cartothèque de la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand : un patrimoine à valoriser

La cartothèque du département de géographie rassemble plus de 20 000 cartes du monde entier. Ce fonds, constitué depuis un siècle par les géographes, et résultant d’épisodes historiques particuliers, représente un important patrimoine peu courant en France. Pendant des décennies les documents ont été stockés sans véritable archivage.
Les géographes ont souhaité mieux conserver et valoriser ce patrimoine. Une équipe-projet (enseignant-chercheur, bibliothécaire, cartographe) a réalisé un cahier des charges permettant d’élaborer un plan d’action s’étalant sur une dizaine d’années (période 2007-2017).
Le projet a débuté en 2008 par un inventaire détaillé du fonds, puis par une restauration de l’ensemble des documents. Il s’est poursuivi par la constitution d’une base de données consultable en ligne. La suite du programme consiste en une numérisation de cartes.
A terme, le souhait de l’équipe est de rendre ce fonds « vivant » en permettant sa consultation par un large public. Sa valorisation passe également par sa présentation, avec par exemple la mise en place d’expositions.