Appel à communication : ODYSSÉES: RÉCITS DE VOYAGE EN FRANÇAIS

ODYSSEYS: TRAVEL NARRATIVES IN

FRENCH/

ODYSSÉES: RÉCITS DE VOYAGE EN

FRANÇAIS

Un colloque dédié aux récits de voyage en français se tiendra à l’Université de la Caroline du Sud aux Etats-Unis du 27 au 29 mars, 2014.

Une proposition de communication (500 mots) et une notice biographique (limitée à 50 mots) peuvent être envoyées avant le 15 novembre 2013 à Jeanne Garane, Department of Languages, Literatures, and Cultures, University of South Carolina, Columbia, SC 29208, USA, garanej@mailbox.sc.edu. La durée des communications sera de 30 minutes.

À la suite du colloque, les participants seront invités à présenter un article complet au comité éditorial de la French Literature Series (date de parution: printemps 2015).

Url de référence :
http://artsandsciences.sc.edu/dllc/FREN/LitConference

 

Source, Fabula : http://www.fabula.org/actualites/odysseys-travel-narratives-in-french-odyssees-recits-de-voyage-en-francais_57593.php

Appel à communication : Travel, travelers, and traveling in late antique literary culture

Travel, travelers, and traveling in late antique

literary culture

APA 146TH annual meeting January 8-11, 2015, New Orleans, LA

Appel à contributions
Date limite : 1er mars 2014

Organizer: Cam Grey, University of Pennsylvania
Sponsored by the Society for Late Antiquity

The panel sponsored by the Society for Late Antiquity at the 2015 meeting of the American Philological Association from January 8-11 in New Orleans will explore aspects of travel and traveling in late antique literary culture. Narratives of travel can be found structuring devotional pilgrimage accounts and ethnographic treatises, and they constitute a crucial element in hagiographical texts, where the saint’s physical journey often functions as a metaphor and analog for his or her spiritual journey. These narratives are also enlisted for political and military purposes, such as the anonymously authored fourth-century Itinerarium Alexandri or accounts of travel contained in historiographical works. Meanwhile, the phenomenon of the imperial adventus acquired an unprecedented level of ceremony and ritual in the period, and envoys and ambassadors traveled extensively both within and beyond the boundaries of the empire, treating with domestic and foreign potentates. Aristocratic and ecclesiastical letter writers penned and preserved in their collections letters of recommendation for an extraordinary variety of individuals, who appear to have walked or rode the roads of the Roman with little regard for the apparent deterioration in safety and security that haunts a work like Rutilius Namatianus’ De Reditu Suo.

The result is a rich body of material for exploring questions about the role of travel as a structuring device for authors to employ, a metaphor for them to access, or even a motivation for them to claim as a reason for writing. We invite the submission of abstracts offering consideration of these and other questions about travel, traveling, and travelers in late antique literary culture. One-page abstracts (ca. 400 words) for papers requiring a maximum of 20 minutes to deliver should be sent no later than February 18, 2014 by email attachment to Cam Grey at cgrey@sas.upenn.edu. Please follow the APA’s instructions for the format of individual abstracts:http://www.apaclassics.org/index.php/annual_meeting/abstract_instructions/guidelines_for_authors_of_abstracts. All submissions will be judged anonymously by two referees. Those whose papers are accepted must be members of the APA by March 1, 2014 and must attend the 2015 meeting in New Orleans. The Society for Late Antiquity cannot provide funding for travel.

Source de l’appel, Compitum : http://www.compitum.fr/appels-a-contribution/6579-travel-travelers-and-traveling-in-late-antique-literary-culture

Appel à communication : Roman graphique

Journée d’études sur le roman graphique

Amiens, 5 juin 2014

Département d’anglais de l’UPJV et laboratoire CORPUS

Tout à la fois texte et dessin, ressortissant de la culture populaire et de la littérature introspective, le roman graphique est une œuvre hybride, qui ne se laisse pas facilement définir. Impossible d’identifier le roman graphique à un format. Les romans graphiques ne sont pas tous d’épais ouvrages brochés, et l’on peut lire de nombreuses œuvres qui appartiennent clairement à cette catégorie dans des formats plus divers (sérialisé, commeDykes to Watch out for d’Alison Bechdel, de 1987 à 2008, ou publié en tome comme les romans graphiques Sandman de Neil Gaiman, de 1989 à 1996). On ne peut non plus définir le roman graphique en fonction de la part d’expressivité du texte et du degré d’illustration des images : le roman graphique comme la bande dessinée se détachent du livre illustré par une intégration réciproque des deux media. Le critère fiction/non-fiction est tout aussi défaillant. Les romans graphiques mêlent autant les genres que la fiction et la réalité (comédie, fantasy, fiction historique, fiction réaliste ou encore fantastique).

Née dans les années 20 (God’s Man, Lynd Ward) en tant que forme narrative purement imagée, cette nouvelle forme de narration s’est nettement développée à partir des années 60, et connaît aujourd’hui un âge d’or avec la publication d’œuvres jugées essentielles (Maus d’Art Spiegelman, The Book of Genesis Illustrated de Robert Crumb, Black Hole de Charles Burns ou encore Ghost World, de Daniel Clowes) et la constitution d’un public toujours plus large. La raison d’une telle réussite réside peut-être dans la liberté qu’elle confère à son auteur, liberté qui lui permet d’exprimer une profonde intériorité narrative : des pensées réprimées, une voix, individuelle et sociale, jusqu’alors tue. De ce point de vue, le roman graphique pourrait s’envisager comme une forme mineure, ni roman, ni BD, porteur d’un double projet, narratif et politique : le roman graphique se distinguerait par son aspect autobiographique et sa propension à l’introspection, tout autant que par sa capacité à entrecroiser culture savante et culture populaire et à porter, dans son message mais aussi dans sa forme, des combats politiques.

Parmi les pistes de réflexion possibles, on pourra envisager :

1- Le texte et la narration

Dans les romans graphiques, la narration, souvent à la première personne, tient une place centrale. L’histoire ne reposerait pas tant sur les péripéties que sur le monologue intérieur du narrateur. Peut-on envisager les différents romans graphiques par le biais d’une typologie narratologique (du type Genette) ?

2 – Le rapport texte/image et les modes de lecture

Loin d’un rapport illustratif, répétitif, quelles formes de complémentarité jouent entre le texte et l’image ? Est-ce que le souvenir que l’on garde de la lecture d’un roman graphique est le même que celui d’un roman ou d’un ouvrage de BD ? En quoi le roman graphique affecte la visualisation de l’histoire ?

3 – Roman graphique et trauma

Thématiquement, le roman graphique fait la part belle à la représentation du trauma : les sujets difficiles, une tonalité sombre constituent l’univers de nombre de romans graphiques, y compris ceux de super héros. Comment le trauma est-il représenté graphiquement ? Quels sont les traits du trauma, de la violence ? Le corps tient souvent une place particulière dans le roman graphique, qu’il soit sur-représenté (les œuvres de Robert Crumb ou celles de Phoebe Gloeckner), ou au contraire effacé (Fun Home d’Alison Bechdel, Paying for it de Chester Brown). Peut-on parler pour le roman graphique d’une esthétique de la négativité ?

4 – Roman graphique et concept de minorité

Le roman graphique, en favorisant l’expression de l’intériorité, permet d’exprimer le trauma, de montrer le réprimé. En ce sens, il permettrait de rendre visibles des minorités raciales, sexuelles, culturelles, sociales – au sens de classes – (Marjane Satrapi, Gene Luen Yang, Art Spiegelman), qu’il s’agisse des thèmes abordés ou des auteurs qui les prennent en charge. En particulier, on peut se demander si le roman graphique permet aux femmes de s’exprimer davantage qu’à travers le genre « majeur » que serait la BD, très investi par les hommes. Plus largement, on pourrait s’intéresser à l’interaction entre le roman graphique et le concept de minorité défini par Deleuze et Guattari, à la fois comme « un état de fait, c’est-à-dire une situation d’un groupe qui, quel que soit son nombre, est exclu de la majorité » et comme « un devenir dans lequel on s’engage », une « variation [que l’on construit] autour de l’unité de mesure despotique » (in Gilles Deleuze, « Un manifeste de moins », Superpositions, Paris, Éditions de Minuit, 1979, 128-9).

5 – Le roman graphique entre culture populaire et savante

Le roman graphique trouve une partie de ses origines dans la BD. Pour autant, la place prépondérante du dessin fait-elle du roman graphique un avatar de la culture populaire ? La culture savante (la psychanalyse dans l’œuvre de Bechdel, les sciences dans Logicomix: An Epic Search for Truth, la culture viticole dans Les Ignorants, ou encore les rouages diplomatiques de la politique internationale française dans Quai d’Orsay) peut aussi y trouver un lieu d’expression privilégié. Le roman graphique présente en ce sens une hybridité intéressante. Loin d’être un objet d’étude statique, il s’inscrit au cœur de mutations culturelles.

6 – Le marché et l’avenir

Quelles sont les maisons d’édition qui publient des romans graphiques ? Sont-elles spécialisées ? Quel est le marché des romans graphiques ? Son lectorat ? Quelles sont ses évolutions significatives ? Est-ce que l’adaptation en romans graphiques d’œuvres réputées « difficiles » (Shakespeare, Tolkien) deviendra une/la nouvelle façon de faire l’expérience des classiques ? Le roman graphique, en permettant la médiation de discours peu accessibles, n’est-il pas déjà mainstream ?

Modalités

Proposition de communication (300 mots minimum, pour une communication de 15 minutes) à envoyer à Amélie Junqua (ajunqua@gmail.com) et Céline Mansanti (cmansanti@gmail.com)avant le 30 janvier 2014.

Texte complet sur Fabula :

http://www.fabula.org/actualites/journee-d-etudes-sur-le-roman-graphique-amiens-le-5-juin-2014-departement-d-anglais-de-l_58818.php

 

Appel à contribution : « Villes mortes », dossier pour la revue Sociétés & représentations

Villes mortes

Projet de dossier pour la revue Sociétés & représentations

coordonné par Sébastien Le Pajolec et Bertrand Tillier

Depuis l’époque classique, la ruine est un motif de la mélancolie et un blason du passé ou de l’histoire, dont la littérature et la peinture romantiques ont réactualisé les valeurs et promu le pittoresque, comme l’ont montré les travaux de Roland Mortier (La poétique des ruines en France, 1974) ou Michel Makarius (Ruines, 2004).

Pour autant, par une extension radicale et spectaculaire de la ruine, la ville morte a jusqu’ici peu retenu l’attention, qui puise aux mythes de l’Atlantide (ville engloutie) ou de Sodome et Gomorrhe (villes ruinées et détruites), mais aussi aux découvertes archéologiques de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle (Herculanum ou Pompéi). Du romantisme de Théophile Gautier (Aria Marcella, 1852) au symbolisme de Georges Rodenbach (Bruges-la-Morte, 1892), les villes mortes développent tout au long du XIXe siècle un imaginaire et une poétique de l’archéologie-fiction ou de l’inquiétante étrangeté, dont Freud a exploré en 1907 la signification dans son interprétation de la Gradhiva de Jensen (1903).

Entre refoulement et expression du désir, les villes mortes sont l’envers des mégapoles modernes et le revers de la Grande Ville comme emblème du capitalisme. Rien d’étonnant, dans cette perspective, que Paris consacrée capitale du XIXe siècle (Walter Benjamin) ait été perçue, dans les gravures et les photographies de ses destructions du printemps révolutionnaire de 1871, comme une ville morte, vidée de toute présence humaine, comparée par certains contemporains à l’équivalent moderne de Pompéi.

Promise à un avenir de fantôme, la ville morte procède de l’inconscient urbain, dont les guerres, mais aussi les catastrophes du XXe siècle (Dresde, Hiroshima, Tchernobyl…) ont promu un imaginaire de cités désertées et figées, muséifiées et fétichisées, comme l’a esquissé Mike Davis dans son essai (Dead Cities, 2002). A l’heure du post-modernisme et de la culture de masse, les villes mortes hantent le cinéma, la bande dessinée, la photographie plasticienne, le photoreportage, la peinture et la littérature, dont elles sont bien plus que le décor impressionnant sous l’apparence duquel elles semblent se donner à voir.

Entre histoire des imaginaires et histoire culturelle, histoire littéraire et histoire de l’art, les contributions interrogeront, du XIXe siècle à l’heure actuelle, les représentations sociales de la ville morte, leurs figures, leurs valeurs, leurs supports, leur diffusion et leur réception, entre ruptures et continuités.

Les contributions (35 000 signes, notes et bibliographie comprises) seront soumises au comité de lecture de la revue, au plus tard le 1er septembre 2014. Elles seront conjointement adressées à Sébastien Le Pajolec (seblepajolec@gmail.com) et Bertrand Tillier (tillier-bertrand@orange.fr).

 

Voir sur Fabula : http://www.fabula.org/actualites/villes-mortes_58783.php

Appel à communication : Narrative Knowing/Récit et Savoir

Appel à communication : Narrative Knowing/Récit et Savoir

Narrative Matters 2014, the 7th Narrative Matters conference, will be held from 23rdJune to 27th June 2014 at the University of Paris Diderot and the American University of Paris. The conference will address the theme of Narrative Knowing / Récit et savoir. This conference will bring together scholars of all disciplines — psychology, psychoanalysis, sociology, anthropology, history, philosophy, linguistics, literary studies, feminist and gender studies, education, medicine/healthcare, social work, biology, law, theology, computer science, visual studies, etc. — to reflect on the issue of the, sometimes, contested epistemic powers of narrative.

Le congrès présenté ici est le septième congrès mondial Narrative Matters. Cette série de réunions internationales a été inaugurée à l’Université de Saint-Thomas au Canada (New Brunswick) en 2002. L’édition 2012 s’est tenue à l’Université américaine de Paris du 28 mai au 1er juin 2012, en partenariat avec l’Université Paris Diderot-Paris 7 (Narrative Matters 2012: Life and Narrative). L’édition 2014 se tiendra du 23 au 27 juin 2014 à l’Université Paris Diderot, en partenariat avec l’Université américaine de Paris, et aura pour thème : Narrative Knowing/Récit et Savoir.

À l’instar des éditions précédentes, le congrès réunira des chercheurs de toutes les disciplines — psychologie, psychanalyse, sociologie, anthropologie, histoire, philosophie, sciences du langage, études littéraires, études féministes et études de genre, éducation, médecine, santé et action sociale, biologie, droit, sciences des religions, informatique, visual studies… —, invités à réfléchir à la question des puissances épistémiques, parfois controversées, du récit.

Lire la suite sur calenda :

« Narrative Matters 2014 », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 01 juillet 2013, http://calenda.org/254510

Les propositions de panels ou de communications devront être déposées sur le site du Congrès pour le 15 novembre 2013 au plus tard