« Ecriture et territoire », 20-21 juin 2014

La prochaine rencontre LIDO (pluridisciplinaire et internationale) aura lieu les 20-21 juin 2014 sur le thème :  « Ecriture et territoire »,  organisé par le Célis et le Ceramac , avec la participation de collègues littéraires et géographes canadiens et espagnols et la présence des écrivains  Marie Hélène Lafon et Mathieu Riboulet.

Petite présentation de « géographie et littérature » sur Oxford Bibliographies

Juha Ridanpää (2013). Geography and Literature. In Barney Warf (ed.): Oxford Bibliographies in Geography. Oxford University Press: New York. Forthcoming.

http://www.oxfordbibliographies.com/view/document/obo-9780199874002/obo-9780199874002-0013.xml

Appel à communication pour la conférence internationale SCIENCE & LITERATURE , 10-11 JULY 2014, ATHENS, GREECE

Appel à communication pour la conférence internationale SCIENCE & LITERATURE,  10-11 JULY 2014, ATHENS, GREECE

     Call for papers

This Conference is the first to be organized under the aegis of the Commission on Science and Literature DHST/ IUHPST, which was established in July 2013. Co-organizers will be the School of Humanities, Hellenic Open University and the Program of History and Philosophy of Science and Technology of the Institute of Historical Studies/ National Hellenic Research Foundation.

The Conference does not have a specific theme, as its intent is to create an open forum for all scholars interested in Science and Literature, thus bringing into the dialogue multiple perspectives. Nevertheless, the Conference will be organized along thematic sessions, according to the papers which will be accepted by the Scientific Committee.

During the Conference, members of the Commission will elect the first body of officers (president, two vice presidents, secretary and webmaster) who will serve as Council Board for three years. Membership in the Commission is open (without anyfees). To apply for membership send an email to gvlahakis@yahoo.com.

Submission of  Papers

Proposals for individual papers (20 minutes) or panels of three or four papers should be submitted to gvlahakis@yahoo.com until the 31 January 2014. They must include the title of the paper (or the theme of the panel), name and affiliation of the author(s), an abstract of no more than 350 words and a short CV of up to five lines.

An international committee will review the submissions and notice of acceptance will be given on 15th of February.

 

 

Information complète sur Fabula : 

http://www.fabula.org/actualites/science-literature_59686.php

« Lieux d’appartenance », appel à articles pour la revue numérique The Postcolonialist

La revue numérique The Postcolonialist  qui publie des articles dans une diversité de disciplines, (notamment en linguistique, en littérature, en sciences politiques, en communication, en anthropologie, en sociologie, en arts visuels, en arts de la performance et en cinéma) lance un appel à articles pour  un dossier scientifique  : « Lieux d’appartenance ».

Les articles devront explorer les façons dont les espaces (linguistiques, physiques, artistiques, politiques ou sociaux) d’appartenance se construisent et se déconstruisent à l’ère de la mondialisation, de la technologie numérique et des migrations de masse. Il s’agit de problématiser et de dépasser les cadres traditionnels de l’appartenance, pour rendre compte des nouveaux sites (réels, appropriés, virtuels ou imaginaires) de nationalité et de citoyenneté, dans le contexte d’une géographie postcoloniale.

La date-limite de soumission d’articles pour le prochain numéro est le 14 février 2014  à adresser à : editorinchief@postcolonialist.com.

Pour de l’information supplémentaire, voir la page de « Soumissions » sur le site web : http://postcolonialist.com/about/submissions/soumissions/;

Url de référence : http://postcolonialist.com

 

Information complète sur Fabulahttp://www.fabula.org/actualites/lieux-d-appartenance_60370.php

Appel à communication « Patrimoine et Humanités numériques »

Patrimoine et Humanités numériques

 MSH-Alpes, Grenoble  10 juin 2014  -12 juin 2014

Colloque Interdisciplinaire en Lettres, Arts et Sciences humaines, organisé par Cécile Meynard (MSH-Alpes/Université Stendhal-Grenoble3), Thomas Lebarbé (Université Stendhal-Grenoble3) et Sandra Costa (Université Pierre Mendès-France).

Ce colloque interdisciplinaire et international a pour objectif de rapprocher et confronter deux notions actuellement très en vogue, celle de patrimoine, et celle d’humanités numériques. Le patrimoine, en tant que biens partagés par une communauté et qui fondent son identité culturelle, est aujourd’hui à prendre au sens le plus large, et concerne aussi bien les SHS traditionnelles (histoire, littérature, linguistique, art et architecture…) que, depuis les années 1970, des domaines parfois moins évidents pour le public mais non moins intéressants : à côté du patrimoine culturel et artistique, on souhaite aujourd’hui valoriser le patrimoine industriel, rural, etc. Les humanités numériques, prises comme domaine de recherche et d’enseignement faisant interagir différentes disciplines, l’informatique, les lettres et arts, et plus généralement les sciences humaines et sociales, proposent des méthodes, pratiques et outils numériques au service des objets d’étude traditionnels, mais aussi de nouveaux objets d’étude et de nouvelles approches théoriques et analytiques. En ce sens, on pourra s’interroger sur l’apport spécifique des humanités numériques, pour valoriser et diffuser un patrimoine donné. Quel peut être l’intérêt du numérique par rapport aux approches traditionnelles du point de vue muséographique, ethnologique, littéraire, linguistique, etc.? De quelle manière les humanités numériques peuvent-elles contribuer à un développement plus démocratique de la culture (sciences citoyennes ?) et comment leur apport peut-il s’organiser à une échelle internationale ? Avec quels enjeux ?

Elles permettent sans doute une transformation du regard sur l’objet patrimonial, voire une multiplication des approches de cet objet, ou des interactions entre ces approches.

Il s’agit aujourd’hui de mesurer la transformation conceptuelle de l’objet lui-même en même temps qu’elles le rendent accessible et compréhensible, en prenant en compte les nouveaux objets patrimoniaux, relevant parfois du patrimoine immatériel (à côté des chants, danses, expressions orales, fêtes et rituels, les sites, blogs et autres données liées aux nouveaux réseaux sociaux constituent sans aucun doute désormais des objets patrimoniaux inédits, qui suscitent d’ores et déjà l’intérêt des chercheurs, mais aussi du public).

Les propositions de communications, d’une quinzaine de lignes maximum, accompagnées d’un CV (1 page maximum) doivent être envoyées aux organisateurs à l’adresse suivante :cecile.meynard@gmail.com avant le 20 janvier 2013.

 Information sur Fabula : 

http://www.fabula.org/actualites/colloquepatrimoine-et-humanites-numeriques_60131.php

 

« Littérature et développement des territoires », appel à contribution pour un numéro thématique de la revue Territoire en mouvement

La revue Territoire en mouvement lance un appel à textes pour un numéro sur la thématique « Littérature et développement des territoires ». L’objectif de ce numéro est d’appréhender selon quelles modalités la littérature est appropriée, mobilisée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels comme immatériels, par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique pouvant contribuer au développement des territoires. Les entrées sur la thématique issues de disciplines autres que la géographie sont les bienvenues, à condition de bien mettre en avant la dimension spatiale des objets étudiés et de se conformer à la ligne éditoriale de la revue.

Appel à textes

Depuis une petite quarantaine d’années, s’est ouvert un champ de recherches, la géographie littéraire, qui tend à se développer depuis les années 90, en Europe comme en d’autres régions du monde (Lévy, 1989 ; Brosseau, 1996 ; Rosemberg, 2007 ; Bédard et Lahaie, 2008 pour ne mentionner que quelques jalons), et entre en résonance avec l’intérêt contemporain des études littéraires qui redécouvrent l’espace dans les œuvres (Collot, 2011) et/ou s’attachent à en produire une cartographie (Moretti, 2000 ; Piatti, 2012).

A contrario la géographie de la littérature, que certains géographes appellent de leurs vœux (ainsi Brosseau, 2002, Molina, 2010, 2014 après Frémont, 1976), a été encore peu systématiquement explorée : il s’agit dans ce cas de s’intéresser aux rapports entre littérature et société, aux contextes socio-spatiaux de production et d’appropriation des faits littéraires.

Or, de la métropole au village, des acteurs de plus en plus nombreux (associations, élus, institutions patrimoniales, professionnels du livre, du tourisme, de l’architecture et de l’urbanisme …) s’emparent des œuvres, des livres et des écrivains pour construire des projets d’aménagement et de développement, à vocation culturelle, identitaire, sociale, économique.

Ces initiatives prennent des formes très variées.
A l’instar de la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde (créée en 1973), du Festival international de la Bande dessinée d’Angoulême (1974), du Salon du livre de Paris (1981) ou des Lecture sous l’arbre du Chambon-sur-Lignon (1991) se multiplient à toutes les échelles des évènements culturels mobilisant les livres et les écrivains dans le but d’animer les territoires. Les écrivains sont de plus en plus sollicités par les collectivités pour faire des lectures ou organiser des ateliers d’écriture, accomplissant alors une mission tant culturelle que sociale. Dans un autre registre, il leur est parfois demandé de travailler en partenariat avec des architectes à l’aménagement des espaces urbains, participant ainsi à une fabrique littéraire de la ville (par exemple, participation des membres de l’Oulipo à des divers projets, comme le tramway de Strasbourg ou la bibliothèque universitaire de Paris VIII, étudiés par Molina).

Sur le modèle longtemps unique de Hay-on-Wye, au Pays de Galles, ont fleuri dans les années 2000, en France comme dans le reste du monde, des « villages du livre » (Seaton, 1999), rassemblant principalement des bouquinistes, associés à des artisans tels que relieurs, doreurs, encadreurs, fabricants de papiers, imprimeries artisanales… Pour sa part l’UNESCO a proposé, dans le cadre du programme Creative Cities Network, lancé en 2004, le label Cité de la Littérature, qui a déjà séduit une grosse demi douzaine de villes dont Edimbourg (2004), Melbourne (2008), Dublin (2010), Reykjavík (2011), et Cracovie (2013).

Regroupées depuis 1997 au sein de la Fédération des maisons d’écrivain et des patrimoines littéraires, les maisons d’écrivain sont aussi en plein essor : plus de la moitié des 185 sites ouverts en France au public ont été créés après 1980 et les chiffres de fréquentation révèlent l’engouement croissant des visiteurs (près d’un million d’entrées en 2011, en hausse d’un tiers par rapport à 2007). La création d’itinéraires littéraires se développe également, de la balade urbaine à la randonnée au long cours, invitant le public à partir sur les traces de l’Ulysse de Joyce à Dublin lors du Bloomsday ou de Stevenson sur les 252 kms du GR 70 reproduisant le Voyage avec un âne dans les Cévennes, à visiter le Louvres sur les pas du héros du Da Vinci Code de Dan Brown ou la Provence de Jean Giono grâce à un ensemble de 25 boucles de petites randonnée (PR) dispersées de Manosque à Sisteron.

Cette série d’exemples, qui pourront être approfondis dans le cadre de cet appel à textes, permet d’illustrer comment la littérature a été appropriée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels (les livres, la maison d’écrivain, sa bibliothèque…) comme immatériels (l’imaginaire des lieux développé dans les œuvres, les traces de l’auteur …) par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique pouvant contribuer au développement des territoires (Colletis et Pecqueur, 2005 ; Gumuchian et Pecqueur, 2007). Elle montre aussi qu’après nombre d’autres objets culturels, la littérature prend sa place dans « l’explosion patrimonialisante » (Gravari-Barbas et Guichard-Anguis, 2003).

Les contributions attendues porteront particulièrement sur les problématiques suivantes :
– Les processus de « mise en littérature » des territoires, de transformation de la ressource littéraire en ressource territoriale. Quels sont des acteurs impliqués ? Comment s’organisent-ils ? Quelles sont leurs représentations des lieux, leurs systèmes de valeurs ? Par qui sont conduites les procédures de valorisation des patrimoines littéraires, pour qui, pour quoi ? Pourquoi certains territoires sont-ils plus enclins que d’autres à s’intéresser à leurs héritages littéraires ? Certains auteurs ou catégories d’écrits se prêtent-ils plus que d’autres à cette valorisation ? Quels critères peuvent expliquer la réussite ou l’échec de telles initiatives ?

– Les enjeux économiques directs ou indirects et la compétitivité des territoires. Peut-on mesurer les conséquences économiques d’une opération de « mise en littérature » du territoire (en terme de ressources financières, d’emplois, de création d’activités) ? Crée-t-elle une rente monopolisée par certains acteurs et territoires au détriment d’autres ? L’enjeu territorial ne réside-t-il pas davantage dans l’affirmation d’une attractivité culturelle que, par exemple, dans la promotion de produits touristiques ? Est-ce que la valorisation de la ressource littéraire bénéficie plus à certains types d’espaces (milieux ruraux, petites villes, métropoles) et pour quelles raisons ?

– La question de la réception (par les habitants et les usagers) ainsi que les enjeux politiques et territoriaux. Quels enjeux politiques, territoriaux, identitaires recouvre la « mise en littérature » d’un espace ? Comment se manifeste l’appropriation de la littérature par le politique, les habitants, les touristes ? Peut-on examiner de façon précise les modalités de construction des images, les mécanismes conduisant à une esthétisation des lieux ? Cette esthétisation littéraire est-elle partagée par les habitants et les visiteurs ?

Territoire en mouvement, revue de géographie et aménagement, accorde un intérêt particulier aux approches interdisciplinaires autant que les approches ouvertes vers d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, sous la condition d’envisager la dimension spatiale et/ou territoriale de l’objet d’étude.

Les propositions et articles sont à envoyer à Mauricette Fournier (Mauricette.FOURNIER@univ-bpclermont.fr) au plus tard le 15 février 2014. Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Après notification de l’accord du comité de rédaction sur la proposition (courant mars 2014), les auteurs devront envoyer avant le 30 juin 2014 un article dont la taille ne dépasse pas 50 000 signes (espaces compris) et rédigé selon le respect des consignes de la note aux auteurs de la revue (http://tem.revues.org/​1379). L’article est évalué en double aveugle.

Calendrier 

Date limite pour l’envoi des propositions d’articles (titre et résumé) : 15 février 2014
Avis du comité de rédaction sur les propositions : mars 2014
Date limite pour l’envoi des articles au comité de rédaction : 30 juin 2014

Contact

Mauricette Fournier
Maître de conférence en géographie
Université Blaise Pascal
CERAMAC
Maison des Sciences de l’Homme
63057 Clermont-Ferrand Cedex 1
Mauricette.FOURNIER@univ-bpclermont.fr

Bibliographie

Bédard M., Lahaie C. (dir.), 2008, Géographie et littérature, Cahiers de Géographie du Québec, 52, n° 147, 150 p.

Brosseau M., 1996, Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, coll. Géographie et cultures, 246 p.

Brosseau M., Cambron M., 2003, Entre géographie et littérature : frontières et perspectives dialogiques, Recherches sociographiques, vol 44, n° 3, pp. 525-547

Colletis G., Pecqueur B., 2005, Révélation de ressources spécifiques et coordination située, Économie et Institutions, 1er et 2nd semestres, pp. 51-74.

Collot M., 2011, Pour une géographie littéraire, n° 8, Littérature, Histoire, Théorie (LHT), publié le 16 mai 2011 [En ligne], URL :http://www.fabula.org/lht/8/8dossier/242-collot

Fremont A., 1976, La Région, espace vécu, Paris, Flammarion, 223 p.

Gravari-Barbas M., Guichard-Anguis, S., (dir.), 2003, Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, PU Paris-Sorbonne, 952 p.

Gumuchian H., Pecqueur B., 2007, La ressource territoriale, Economica, Anthropos, Paris, 248 p.

Molina G., 2010, Les faiseurs de ville et la littérature ; lumières sur un star-system contemporain et ses discours publics. Des usages de la littérature au service de l’action des grands architectes-urbanistes, Thèse de géographie et d’urbanisme, Université Toulouse-le-Mirail.

Molina G., 2014, Lorsque l’imaginaire géographique littéraire déborde les frontières du livre… et s’inscrit dans l’espace , in L. Dupuy, J.-Y.Puyo (dir.),Géographie, langue et textes littéraires : regards croisés sur l’imaginaire géographique, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, à paraître.

Moretti F., 2000, Atlas du roman européen, Paris, Seuil, 235 p.

Piatti B., 2012, Un Atlas littéraire de l’Europe ou comment cartographier des géographies fictives ? In A. Bergé, M. Collot et J. Mottet, Paysages européens et mondialisationwww.geographielitteraire.hypotheses.org.

Seaton A.-V., 1999, Book towns as tourism developments in peripheral areas, in Tourism in Peripheral Areas, International Journal of Tourism Research, vol. 1, 5, pp. 389–399.

Rosemberg M. (dir), 2007, Le roman policier. Lieux et itinéraires, Géographie et Cultures, n° 61, 143 p.