LES CHEMINS DE BERGOUNIOUX – SE FAIRE ÉCRIVAIN PAR LA CONQUÊTE SYMBOLIQUE DU RÉEL

Colloque international 22-24 mai 2013

Organisé par la MSH de Clermont-Ferrand et le CELIS (Centre de recherche sur les littératures et la sociopoétique) de l’Université Blaise Pascal – Équipe « Littératures 20/21 » (en collaboration avec le CIEREC de Saint-Etienne et l’université de BARI)

Le colloque auquel nous vous convions est le premier organisé en France, sur l’œuvre d’un auteur qui écrit depuis trente ans, a publié une œuvre considérable (près de 70 titres) récompensée par plusieurs prix.

Ce colloque se propose d’aborder la période la plus résolument narrative de l’écriture, c’est-à-dire celle qui va de 1984 à 2001 ; et dans cette même période, le corpus se limitera aux récits. Désormais, la parution des Carnets de note, en particulier les deux premiers volumes, permettent d’apporter un éclairage précieux sur le parcours qui conduit Bergounioux du roman à des récits plus brefs.

Pour cette première étape d’un programme de recherches qui devrait se poursuivre avec les textes réflexifs de Pierre Bergounioux, nous proposons le titre qui est aussi l’idée directrice de nos recherches : « Se faire écrivain par la « conquête symbolique du réel » ». Car c’est bien la visée réaliste, l’interrogation du monde et l’invention de nouveaux outils pour le dire et le penser (sans oublier la crainte peut-être, source d’une féconde inquiétude, de ne pas toujours être à même de mettre en œuvre une si haute exigence), qui nous semblent prépondérantes dans l’entreprise littéraire de Pierre Bergounioux, et ce dès son entrée dans l’écriture. Il s’agira en fin de compte d’esquisser une esthétique romanesque et de dégager quelques chemins d’une pensée forte, qui s’attache sans relâche à élucider le monde dont nous héritons, et que nous transmettons.

Dès lors, nous attendons aussi bien des analyses formelles que thématiques, ou plus conceptuelles, visant à dresser le portrait littéraire du premier Bergounioux.

Programme

Affiche_Colloque_Bergounioux

 

 

En complément du colloque, les Ferrailles de Pierre Bergounioux seront exposées du 7 au 31 mai à

Espace municipal Pierre-Laporte

Centre Jaude – 3e niveau

Du mardi au samedi de 11 h à 18 h

Affiche de l’exposition Affiche Ferailles _40x60reduc

 

 

 

Portraits de pays illustrés – Un genre photolittéraire (4 avril 2014 – KU Leuven, Belgique)

Cette journée d’étude a pour objectif d’étudier le genre du portrait de pays dans les littératures de langue française depuis l’invention de la photographie. 

Elle est organisée dans le cadre des activités de recherche du groupe MDRN (www.mdrn.be), du Pôle d’Attraction Interuniversitaire « Literature and Media innovation » (www.lmi.arts.kuleuven.be), soutenu par Belspo (Belgian Science Policy Office) et du programme de recherche Photolittérature (www.phlit.org).

Les propositions de communication (500 mots, accompagnés d’une bio-bibliographie) sont attendues pour le 30 juin 2013 au plus tard.

Voir le texte de l’appel à communicationsCFP – Portraits de pays 30 juin

 

Lancement du site La France vue par les écrivains

Dans le prolongement de GéoCulture – Le Limousin vu par les artistes , développé par le Centre régional du livre en Limousin  vient d’être lancé le site national La France vue par les écrivains, porté cette fois-ci par la FIIL (Fédération inter-régionale du livre et de la lecture)  avec le concours des Centres régionaux du livre et de la Sofia (Société française des intérêts des auteurs de l’écrit).

Il s’agit d’un site et d’une application mobile (Android et Apple) qui permettent de découvrir la France par les yeux et les mots d’écrivains, avec des extraits géolocalisés d’œuvres,  des portraits d’auteurs, des interviews ou encore des lectures à voix haute.

http://geo.culture-en-limousin.fr/

http://lafrancevueparlesecrivains.fr/

Appel à communication de l’EHIC sur les sociétés savantes et les explorateurs

Les sociétés et académies savantes

Voyages et voyageurs

Exploration et explorateurs 1600-1900

Colloque organisé à Clermont-Ferrand par Sandhya Patel (EHIC)  les 15 et 16 novembre 2013 dans le cadre des Rendez-vous du Carnet de Voyage

Les propositions de communication ou d’atelier (une page A4) sont à envoyer avant le 30 juin 2013 à sandhya.patel@univ-bpclermont.fr.

Un projet de publication (en anglais) sera soumis à une sélection de maisons d’édition en Grande-Bretagne.

Appel à communication et AFFICHE colloque voyageurs

 

 

 

 

Séminaire « Littérature et développement des territoires »

Séminaire « Littérature et développement des territoires »

organisé par le Ceramac à la MSH de  Clermont-Ferrand

Mercredi 20 mars 2013, 14 h-17 h
Amphi 219
Organisatrices : Mauricette Fournier et Aurore Bonniot

Intervenant-e-s :

  • Géraldine Molina : La fabrique de la littérature oulipienne : quand l’espace renouvelle les pratiques littéraires
  • Aurore Bonniot : L’œuvre littéraire et le territoire : si l’imaginaire des lieux a besoin d’une inscription spatiale pour être appréhendé par le visiteur, est-ce que la maison d’écrivain est un objet qui fait sens ?
  • Kaouther Abderrezeg, Seydou Ba, Perrine Deschellette, Marie-Fleur Desmeuraux, Vanessa Iceri, Samera Kadum, Anthony Leroy, Jovan Ljiljak, Vanesta Soffack (étudiants du Master recherche TAM) : Quelle place pour la maison natale de Jean Giraudoux dans le développement de Bellac ?

BELGEO : Géographie des guides et récits de voyage

 

Le dernier numéro (3/2012) de la revue BELGEO, désormais en ligne, est consacré à la

Géographie des guides et récits de voyage

 

Au sommaire de ce numéro pluridisciplinaire en dix  contributions, deux articles  de l’équipe LIDO

 

Lien vers le numéro : http://belgeo.revues.org/7132

 

 

 

 

Fichier sans titre

Deux nouvelles publications « Villes et littérature »

Viennent de paraître deux nouvelles publications sur la thématique « Villes et littérature »

–  la revue genevoise Globe (qui fête son  152e anniversaire) propose un numéro sur  

« Ville et littérature. Image et expérience des métropoles »

sous la direction de Bertrand Lévy

Les articles peuvent être consultés en ligne :

http://www.academia.edu/2760571/Ville_et_litterature._Image_et_experience_des_metropoles

 

– les Presses Universitaires Francois Rabelais de Tours viennent de publier

« Lire les villes. Panoramas du monde urbain contemporain »  

sous la direction d’Anna Madoeuf et Raffaele Cattedra

Anna Madoeuf et Raffaele Cattedra (dir.), Lire les villes. Panoramas du monde urbain contemporain, Presses Universitaires Francois Rabelais, coll. « Villes et Territoires », 2012, 230 p., ISBN : 978-2-86906-288-7.

http://pufr-editions.fr/livre/lire-villes

 

 

Appel à communication : « Géographie et littérature: de la relecture du Monde au Développement des Territoires »

A l’occasion de l’EUGEO 2013 qui se tiendra à Rome les 5-7 septembre 2013, l’équipe LIDO a proposé la session suivante :

« Géographie et littérature: de la relecture du Monde au Développement des Territoires »

Call for papers

[Français] Nous proposons de réfléchir collectivement dans cette session à un champ de recherches ouvert depuis une petite quarantaine d’années, qui tend à se développer depuis les années 90, en Europe comme en d’autres régions du monde : la géographie et la littérature. Ce champ de recherches entre en résonnance avec l’intérêt contemporain des études littéraires qui redécouvrent l’espace dans les œuvres et/ou s’attachent à en produire une cartographie. Il intègre la réflexion critique des sciences sociales et leur questionnement sur les savoirs « hors les murs », en l’occurrence sur les savoirs de l’espace produits hors de la géographie académique. Les dimensions heuristique et pédagogique des travaux géolittéraires, soulignées par maints auteurs, leur dimension épistémologique également, en particulier la réflexion sur les écritures du géographique, font de cette thématique de recherches un champ prometteur.

La conférence européenne des sociétés de géographie apparaît comme le lieu et le moment pertinents pour donner une visibilité à un champ encore peu structuré et pour nouer des liens d’où pourra naître une mise en réseau des chercheurs intéressés à construire un champ géolittéraire. Cette session intitulée « Géographie et littérature : de la relecture du monde au développement des territoires » sera centrées sur les thèmes du voyage (en Europe ou en ville) ou du territoire (envisagé comme espace vécu ou comme espace à développer et valoriser) Les contributions attendues, qu’elles s’inscrivent dans une perspective épistémologique ou aménagiste, viseront à montrer, du point de vue de la discipline, l’intérêt d’une lecture géographique du monde avec la littérature et d’une traduction cartographique du littéraire et du point de vue d’une géographie applicable, l’intérêt, pour les acteurs des territoires, de la valorisation des patrimoines littéraires.

 

Pour déposer une proposition, merci de vous rendre sur le site d’EUGEO 2013 :

http://www.eugeo2013.com/component/content/article/77-S15

ou de remplir ce formulaire eugeo2013_abstractform et de le poster à :  s15@eugeo2013.com

Les propositions sont attendues jusqu’au 30 avril. 

Constitution et diffusion de CORPUS : ASPECTS JURIDIQUES

Co-organisée par les consortia Corpus écrits, IRCOM et CAHIER : Journée d’information et d’échanges sur les aspects juridiques liés à la constitution et à la diffusion des corpus

24 novembre 2012
Campus des Cordeliers
15, rue de l’Ecole de Médecine
75006 Paris
Métro Odéon


PROGRAMME 


10 h – 11 h 30
    Droits de l’auteur scientifique vs droits de l’éditeur commercial
Présentation : Sylvie Archaimbault (Corpus écrits)
Répondant : Marie Cornu, CECOJI.

11 h 30- 13 h    L’utilisation de documents dans la constitution de corpus diffusés
Présentation : Denise Pierrot (CAHIER)
Répondant : Marie Cornu, CECOJI.

Déjeuner sur place

14 h 30 – 16 h    Les droits de la personne filmée ou enregistrée 
Présentation : Gabriel Bergounioux (IRCOM)
Répondant : Nathalie Mallet-Poujol, UMR Dynamique du droit.

Cette journée d’information et d’échanges part d’un constat : de nombreuses difficultés, d’ordre juridique,  se  font jour dans l’élaboration et la mise à disposition de la communauté des corpus auxquels participent les chercheurs.
Celles-ci peuvent, dans certains cas de blocage, aboutir à une interdiction de communication à un public large de corpus constitués dans un cadre de recherche.
Les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont variés, ils peuvent concerner l’édition de travaux appuyés sur des résultats d’utilisation de corpus, la mise en ligne d’articles déjà publiés chez un éditeur, par l’auteur lui-même, ou en republication par un autre éditeur, des retranscriptions d’expériences impliquant des relations  confidentielles,  l’enregistrement de personnes physiques…
Face à ces difficultés, les chercheurs sont bien souvent démunis et ne trouvent pas l’aide dont ils auraient besoin pour sortir des situations de blocage.
Cette journée se donne pour objectif de travailler sur quelques cas représentatifs de ces difficultés d’ordre juridique, de faire converger des retours d’expérience et de faire émerger des solutions qui pourront être partagées.
Si vous souhaitez évoquer une situation particulière à laquelle vous avez été ou vous êtes confrontés, vous êtes invités à l’indiquer dès maintenant. Des interventions de 5 minutes seront ménagées au titre de retour d’expérience, ce pour chacun des points évoqués.

Envoyer à :
archaimb@linguist.jussieu.fr
Denise.Pierrot@ens-lyon.fr
_______________________________________________________________________________________________________

Par ailleurs, nous vous rappelons que la participation à cette journée est libre, mais que la pré-inscription est obligatoire.
Merci de vous inscrire avec le formulaire joint, à retourner à : secretariat.ilf@ling.cnrs.fr

 

GEORGES BATAILLE EN AUVERGNE Riom-ès-Montagnes (9, 10, 11 novembre 2012)

Georges Bataille retrouve Riom-ès-Montagnes

En cette année du cinquantenaire de la disparition de Georges Bataille (1897-1962), Riom-ès-Montagnes se devait de rappeler quelle place il a occupé dans le monde intellectuel du XXe siècle et pourquoi d’éminents penseurs ou observateurs du XXIe lui font toujours référence en raison de sa vision préfigurative.

La mémoire de Georges Bataille revient donc le temps d’une journée élargie sur les terres de sa famille maternelle.

Spécialistes de son oeuvre et amateurs attentifs interviendront, évoquant aussi ses liens à l’Auvergne. Lectures, projections et présentation de publications les accompagneront.

Le  programme : http://www.fabula.org/actualites/georges-bataille-en-auvergne_53336.php

Perspectives interculturelles sur les littératures française et canadienne actuelles : Histoires de familles et de territoires

Rencontres internationales (Canada, Slovaquie, Allemagne, République Tchèque, France) et interdisciplinaires – Programmes LIDO (MSH, Université Blaise Pascal) et Stefanik (MAE).

Du 29 mai au 1er juin 2012 Amphi 220MSH – 4 rue Ledru – 63057 Clermont-Ferrand Cedex

Voir le programme : http://celis.univ-bpclermont.fr/spip.php?article599

 

 

Journées d’études « comment cartographier les récits documentaires et fictionnels », vendredi 16 et samedi 17 novembre 2012

Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels

vendredi 16 et samedi 17 novembre 2012

Nous tenterons, lors de ces journées, de proposer des méthodologies pour « traduire » en langage cartographique le langage textuel des oeuvres littéraires, des récits documentaires ou les discours historiques (relayés par exemple dans les musées, les expositions, les circuits touristiques).

Les journées sont gratuites et ouvertes à tout public.

RESUMES CARTOGRAPHIER RECITS

 Programme

Vendredi 16 novembre 2012 (Amphi IADT, 51 bd F. Mitterrand)

8 h 45 – Accueil des participants

9 h 00 – Ouverture des Journées d’études par Timothy Whitton, Directeur de l’EHIC

9 h 15 – Introduction par Mauricette FOURNIERCERAMAC et Sandhya PATEL, EHIC

9 h 30 – Cartographier pour (re)lire la ville

Florence TROIN, UMR 7324 CITERES, Tours

➟ Une expérience de cartographie stimulante : révéler des dimensions cachées à l’intérieur des récits policiers, L’Ombre du vent de C.R. Zafón et la trilogie Fabio Montale de J.-C. Izzo

Elise OLMEDO, Doctorante, UMR Géographie-Cités, Équipe EHGO

➟ Femmes de Marrakech. Pour une cartographie émotionnelle des récits des femmes de Sidi Youssef Ben Ali

10 h 30 – Pause

11 h 00 – Mise en carte du récit de la nation

Paloma MORENO-DIAZ, Professeur Agrégée, Doctorante en littérature comparée (Univ. Paris III)

➟ Une maison vide de Carlos Cerda ou comment cartographier l’horreur

Inna KHMELEVSKAYA, Doctorante, EDEAGE (Institut d’Etudes Anglophones, Paris-III, Sorbonne Nouvelle)

➟ L’Easter Rising 1916 dans la littérature irlandaise :mise en carte de la mémoire

Juliette MOREL, Doctorante à Paris Sorbonne (Paris 4), CIEF (Centre International d’Études Francophones)

➟ Cartographier le Cycle de Nedjma de Kateb Yacine,ou comment représenter la non-linéarité d’une structure narrative

12 h30 – Déjeuner

14 h 00 – Approches méthodologiques

Séverine Vilette-Billon et Frédérique Galin, Bibliothécaires, Bibliothèque Clermont Communauté

➟ Présentation de La Limagna d’Overnia (1560) de Gabriel Siméoni : une transcription cartographique du Bello Gallico de César

Emmanuelle PERALDO, Université Jean Monnet , Saint-Etienne, CELEC, LIRE, Yann CALBÉRAC, Université Paris-Sorbonne (IUFM de Paris), UMR 8185 ENeC

➟ Performativité à la carte, La cartographie comme modalité du discours narratif dansGulliver’s Travels et Through the Looking-Glass

Sylvie LARDON, INRA et AgroParisTech, UMR Métafort, Clermont-Ferrand

➟ Le « mobile de chorèmes » pour cartographier les récits de voyage au coeur des territoires. Expériences personnelles

15 h 30 – Pause

16 h 00 – Arrêt sur images : cartographie et cinéma

Laura CORSI, doctorante EHESS, Paris

➟ Cartographier un corpus de films pour analyser les dimensions spatiales du discours politique et social du nouveau cinéma des rues cubain

Sébastien CAQUARD, Professeur adjoint, Department of Geography, Planning and Environment, Concordia University,Montreal, Canada

➟ Propositions cartographiques pour la représentation des récits cinématographiques

17 h 00 – Clôture de la journée

Samedi 17 novembre 2012 (Amphi 220, MSH, 4 rue Ledru)

8 h 45 – Accueil des participants

9 h 00 – Mobilités romanesques

Laurence BROGNIEZ, Professeur de littérature, Jean-Michel DECROLY, Professeur de géographie humaine, Christophe LOIR, Chercheur qualifié FNRS en histoire, Tatiana DEBROUX, Doctorante en géographie humaine, Université libre de Bruxelles, Belgique

➟ Le diable à Bruxelles : essai d’analyse cartographique d’un récit documentaire et fictionnel du milieu du 19e siècle

Sylviane SAUGUES, Maître de conférences en littérature française, Item/CNRS (équipe « Manuscrit, linguistique, cognition ») ; Xavier GARNERIN, écrivain, rédacteur cartographe indépendant

➟ La cartographie au service de la poétique du déplacement dans les romans de Christian Oster

Bénédicte GAZAGNE-ZAMORA, docteure en Lettres modernes, Erelha, laboratoire de recherche en lettres de

l’ICT, Toulouse

➟ La cartographie proustienne. Territoires et espaces réels et symboliques

10 h 30 – Pause

11 h 00 – Mise en carte de l’éthique

Delphine PAPINFrancesca FATTORIFlavie HOLZINGER, Institut Français de Géopolitique (Paris 8) et journalistes au Monde

➟ Cartographier des représentations géopolitiques. Cartographier les utopies

Matthew MOYLE, Ph.D. Assistant Professor of French, Oxford College, Emory University (Géorgie, USA)

➟ Récits-cartographes ; cartes-palimpsestes

12 h 00 – Déjeuner

14 h 00 – Itinéraires numériques, les nouveaux habits de la cartographie

Pascale ARGOD, PRCE à l’université de Bordeaux IV, Docteure en sciences de l’information et de la communication

➟ Le carnet de voyage intermédia, esthétique géographique et art visuel pour la valorisation des lieux touristiques et patrimoniaux : de la cartographie sensitive et de l’image composée à l’itinéraire culturel

Caroline BOUGOURD, Doctorante Paris 1 – La Sorbonne; Loup CELLARD, Scénariste nouveaux médias CFA com’ de Bagnolet ; Robin de MOURAT, Normalien en Design à l’ENS Cachan

➟ La balade au Merlan, une ballade mémorielle ? Ou la controverse patrimoniale d’un quartier à l’épreuve d’une carte interactive

Sylvie LAROCHEArchitecte, doctorante au CRESSON et Grégoire ChELKOFF, Architecte, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et directeur du Laboratoire CRESSON, Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain

➟ Explorations urbaines sur internet

15 h 30 – Pause

16 h 00 – Expérimentations in situ

Arnaud du BOISTESSELIN, Photographe et journaliste indépendant, auteur

➟ L’immeuble Yacoubian

Michel-Jean LAVEAUD, Directeur du CICSTE Arcure Art.17, chef de projet interrégional RELIANCE 2010 2020, Animateur de L’OUvroir de CItoyennetés POtentielles

➟ Pays d’art et d’histoire, stèles & monuments et le nouveau design des territoires

17 h 00 – Fin des journées

 

Programme PROGRAMME CARTO RECITS

 

CONFÉRENCE de Lionel Maurel à Clermont le 6 décembre 2012

Cette conférence intéressera tout autant les responsables et dépositaires de collections patrimoniales que les gestionnaires de corpus et de projets intégrant des ressources numériques

Campus des Cézeaux à Aubière (63)
Jeudi 06 décembre 2012 – Gratuit sur inscription

Renouveler la réflexion et l’action en bibliothèque autour de la notion de «biens communs »
Lionel Maurel, Juriste & Bibliothécaire à la BDIC
Auteur du blog S.I.Lex, Chroniqueur juridique sur OWNI

Les bibliothèques donnent accès à des ressources qu’elles gèrent comme un bien public. Mais il existe une autre façon de concevoir leur mission, en considérant la connaissance comme un bien commun.
La notion de biens communs est née dans le champ de l’économie, mais elle investit en ce moment de nombreux secteurs, allant de l’écologie à la réflexion sur la société de l’information. Appliquée aux bibliothèques, la notion de biens communs constitue un levier puissant pour repenser leur rapport aux communautés qu’elles servent, leur insertion dans l’environnement numérique, les frictions juridiques qu’elles connaissent et leur rôle dans l’économie de la connaissance.
Les biens communs constituent aussi une notion fédératrice, capable de rassembler des communautés en apparence éloignées, ouvrant ainsi de nouveaux champs à l’action…

Lieu : Amphi Recherche du Pôle Physique – UFR Sciences et Technologie – Campus des Cézeaux – 63170 AUBIERE
Plan d’accès
9h30-9h45 : Accueil des participants autour d’un café dans le hall de l’Amphi
9h45-10h00 : Introduction
10h00-12h45 : Intervention de Lionel Maurel

Avec l’aide de l’État (Ministère de la culture et de la communication – DRAC Auvergne)
Groupe Auvergne
www.abf.asso.fr

Pour s’inscrire : http://www.abf.asso.fr/4/402/1116/ABF-Region/6-decembre-2012-journee-detude-et-assemblee-generale-de-l-abf

Journées « Retours d’expériences » en matière de centre de ressources numériques en SHS

REGARDER LES INTERVENTIONS SUR VIDÉO CAMPUS
PROGRAMME LIDO RETOURS D’EXPERIENCES
AFFICHE LIDO RETOURS D’EXPERIENCES
PAD des journées d’études

Journées « Retours d’expériences »
en matière de centre de ressources numériques en SHS

4 et 5 octobre 2012, à la MSH de Clermont-Ferrand

Responsables scientifiques : Mauricette Fournier (CERAMAC) et Stéphane Gomis (CHEC), Clermont Université, Université Blaise-Pascal
Programme établi par l’équipe LIDO et dans le cadre du séminaire de l’axe 3 du CHEC – Plaines et montagnes : sociétés et espaces du Massif central

Le programme MSH LIDO « Des lieux, des œuvres » : Représentations cartographiques, littéraires et iconographiques des lieux et territoires. Méthodologie pour la construction de corpus réunit plusieurs centres de recherches en sciences humaines de l’Université Blaise-Pascal au sein de la MSH de Clermont-Ferrand : CERAMAC (géographie), CHEC (histoire, archéologie et histoire de l’art), CELIS (littérature), EHIC (Interactions culturelles) en collaboration avec d’autres enseignants-chercheurs français et étrangers et en partenariat avec la Bibliothèque Clermont-Université (Bibliothèque numérique), le Service Université Culture et les collectivités territoriales.
Ce programme, qui veut instaurer un dialogue interdisciplinaire autour de la représentation des lieux, a pour principal objectif d’alimenter une réflexion théorique et méthodologique et de permettre la constitution d’un corpus numérique commun à l’échelle du Massif central, avec la perspective de la mise en ligne de ces ressources dans l’esprit de l’open access afin, qu’au-delà de l’exploitation scientifique, cette mise en ligne constitue une plateforme accessible à un large public, du niveau local à l’international. La nature variée des corpus envisagés (cartographiques, iconographiques, textuelles et sonores), pour la plupart inédits, devrait permettre le développement d’un outil spécifique, qui sera testé dans le cadre du projet LIDO.
Ces journées d’étude ont pour objectif de découvrir, de comparer, de croiser un certain nombre d’expériences, dont les objets (méthode, outils, corpus) recoupent ceux définis dans le cadre du projet LIDO pour son centre de ressources numériques.

Conditions d’accès : Les journées se déroulent à la Maison des sciences de l’homme de Clermont-Ferrand, 4 rue Ledru, amphi 219. Elles sont gratuites et ouvertes à tout public.
Les interventions sont filmés par Vidéo Campus.
Résumés en fin de document

Organisateurs : Équipe LIDO « Des lieux, des œuvres », MSH de Clermont-Ferrand, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Centre d’Etudes et de Recherches Appliquées au MAssif Central, Vidéo Campus.

Renseignements : Mauricette Fournier (mauricette.fournier@univ-bpclermont.fr), Stéphane Gomis (stephane.gomis@univ-bpclermont.fr) et Isabelle Langlois (isabelle.langlois@univ-bpclermont.fr)

 Jeudi 4 octobre 2012

8h45 Accueil des participants
9h00 Ouverture par Mathias Bernard, Président de l’Université Blaise-Pascal
9h15 Introduction par Mauricette Fournier et Stéphane Gomis

Président de séance : Fabrice Boyer, Directeur de la Bibliothèque Clermont Université

9h45 Stéphane Pouyllau, Ingénieur de recherche au CNRS, Directeur de Corpus-IR (UMS 3534 Aix Marseille Université/CNRS) : Les enjeux du web sémantique pour la fabrication, l’édition et la diffusion de corpus numériques en SHS : initiatives, projets et structures pour une réutilisation maîtrisée des données de la recherche

10h30 Daniela Vaj, Responsable de recherche, coordinatrice scientifique de Viaticalpes, Université de Lausanne : Les nouvelles technologies du web au service de la recherche en sciences humaines : le projet Viaticalpes et la base de données Viatimages

11h15 Léonard Bourlet, Conservateur et Camille Meyer, Ingénieur d’études, Bibliothèque Clermont Université : Un projet collectif de diffusion de la culture scientifique : le cas des Carnets Glangeaud, collection de la bibliothèque numérique de la BCU

12h00 Déjeuner

Présidente de séance : Daniela Vaj

14h00 Véronique Ginouvès, Ingénieur de recherche au CNRS, Responsable de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence : Archives orales de la recherche : l’expérience de la Phonothèque de la MMSH

14h45 Olivier Thuillas, Chargé de mission, Centre régional du livre en Limousin : Le choix des œuvres dans Géoculture : entre comités scientifiques et crowdsourcing, les enjeux de la modération

15h30 Pause

16h00 Christophe Tuffery, Docteur en géographie, contributeur sur le site Espace&Fiction : Étude d’itinéraires géo-cartographiques interactifs à partir de l’œuvre de R. L. Stevenson, Voyage avec un âne dans les Cévennes

16h45 Présentation de posters

Éric Leroy, Géomaticien et Mélanie Foucault, Archéogéographe, Service archéologique de la ville de Lyon : Gestion et valorisation des cartes et plans anciens au service archéologique de la ville de Lyon
Éric Leroy, Données archéologiques et cartes anciennes au service de la restitution d’éléments urbains anciens (1/2)
Mélanie Foucault, La constitution de fonds de référence géoréférencés (2/2)

17h15 Discussion et clôture de la journée

Vendredi 5 octobre 2012

8h45 Accueil des participants
9h00 Ouverture par Jean-Philippe Luis, Directeur-adjoint du CHEC
9h15 Introduction par Stéphane Gomis

Président de séance : Jean-Luc Fray, Co-responsable de l’axe 3 du CHEC

9h45 Claire-Charlotte Butez, Ingénieure d’études en traitement, analyse et représentation de l’information spatiale au CNRS, LARHRA, UMR 5190, Lyon : Informations historiques, lieux et représentations : Retour d’expérience sur le projet SyMoGIH

10h30 Christian Kaiser, 361DEGRES, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut de géographie : Cartographie interactive d’illustrations de récits de voyage : l’expérience du projet Viaticalpes

11h15 Séverine Vilette-Billon et Frédérique Galin, Bibliothécaires, Bibliothèque Clermont Communauté : Le fonds cartographique de la Bibliothèque du Patrimoine : conception d’une exposition virtuelle

12h00 Déjeuner

Président de séance : Jean-Paul Oddos, Conservateur général, Responsable de la Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Communauté

14h00 Laurent Costa, Ingénieur d’études du CNRS, ArScAn UMR 7041 : Inventaire et analyse des cartes anciennes : l’exemple du bassin parisien

14h45 Stéphane Gomis, Professeur d’histoire moderne et Isabelle Langlois, Ingénieure d’études, CHEC, UBP : Des sources archivistiques et ressources cartographiques anciennes au traitement géomatique : la géographie ecclésiastique de l’Auvergne

15h30 Frédéric Faucon, Maître de conférences en géographie, CERAMAC, UBP : La Cartothèque de la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand : un patrimoine à valoriser

16h15 Discussion et clôture des journées

RÉSUMÉS

9h45 Stéphane Pouyllau, Ingénieur de recherche au CNRS, Directeur de Corpus-IR (UMS 3534 Aix Marseille Université/CNRS) : Les enjeux du web sémantique pour la fabrication, l’édition et la diffusion de corpus numériques en SHS : initiatives, projets et structures pour une réutilisation maîtrisée des données de la recherche

La diffusion des corpus numériques d’archives et de « sources » pour la recherche a été profondément modifiée depuis 20 ans par les méthodes, le potentiel des outils et les techniques du web. Au delà de la diffusion, c’est toute la chaîne de construction des corpus qui s’est transformée : de la définition du périmètre jusqu’aux outils de visualisation et de recherche, en passant par le travail collaboratif en ligne ou crowdsourcing. A l’aube d’une nouvelle évolution du web vers un web plus sémantique (ou web de données), débuté technologiquement il y a déjà plusieurs années, les scientifiques en SHS vont voir une nouvelle fois se transformer les paysages numériques (méthodes, outils, standards). L’intervention se propose de faire un pas en avant vers ces transformations « nouvelles » afin de les anticiper de façon sereine et d’en comprendre les avantages pour la recherche en SHS.

10h30 Daniela Vaj, Responsable de recherche, coordinatrice scientifique de Viaticalpes, Université de Lausanne : Les nouvelles technologies du web au service de la recherche en sciences humaines : le projet Viaticalpes et la base de données Viatimages

Le projet VIATICALPES (http://www.unil.ch/viaticalpes) dirigé par le professeur Claude Reichler et financé par le Fonds National Suisse et l’Université de Lausanne, a été rendu possible grâce à l’étroite collaboration entre une équipe de chercheurs en sciences humaines et six importantes bibliothèques patrimoniales suisses. Né dans le cadre du programme international VIATICA lancé par Centre de recherches sur la littérature de voyages (CRLV) de Paris IV Sorbonne, VIATICALPES s’est donné pour tâche de rassembler et étudier l’iconographie des récits de voyages anciens (XVe-XIXe siècles) dans l’arc alpin. Nous avons inventorié plus de 11 000 illustrations, publiées entre 1544 et 1860, pour l’espace alpin suisse, savoyard et italien. Une partie de ces images (2’500 actuellement) ont été déjà numérisées, décrites, indexées, géo-localisées et mises à disposition des chercheurs et de tout public en ligne, dans la base de connaissances VIATIMAGES qui a été développée par notre équipe (http://www.unil.ch/viatimages) et ouverte à tout public en avril 2009. L’accès facilité à ce corpus d’images a été au cœur de notre démarche. Ces illustrations sont associées aux textes qui les décrivent – également numérisés – et à d’autres informations permettant d’élucider le contexte de production et de remplois. Ma présentation abordera différents aspects de ce travail : collaboration avec les bibliothèques, gestion des droits, schémas de métadonnées, création du vocabulaire contrôlé multilingue, étude, diffusion et valorisation de ce corpus.
url consultables : Viaticalpes et Viatimages

11h15 Léonard Bourlet, Conservateur et Camille Meyer, Webmestre, Bibliothèque Clermont Université : Un projet collectif de diffusion de la culture scientifique : le cas des Carnets Glangeaud, collection de la bibliothèque numérique de la BCU

Le travail pour la mise en ligne des carnets de terrain de Philippe Glangeaud est le fruit d’une longue réflexion commune entre les trois partenaires du projet que sont le Laboratoire Magmas et Volcans, la Bibliothèque Clermont Université et le Muséum Henri-Lecoq. Il s’est agi de valoriser un fonds scientifique de première importance en utilisant les outils informatiques, de rassembler numériquement un corpus physiquement scindé en élaborant un outil adapté à la recherche. Cela a nécessité le partage et la collaboration de compétences diverses mises au service d’un même projet.
Url consultable : Carnets de Philippe Glangeaud http://bibliotheque.clermont-universite.fr/glangeaud/

14h00 Véronique Ginouvès, Ingénieur de recherche au CNRS, Responsable de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence : Archives orales de la recherche : l’expérience de la Phonothèque de la MMSH

Créée à la fin des années 1970, la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence documente et met en ligne plusieurs milliers d’heures d’archives sonores issues d’enregistrements de terrain de chercheurs : historiens, anthropologues, sociologues, géographes, linguistes, ethnomusicologues…. Avec les nouveaux usages du numérique et l’accentuation de la demande patrimoniale du grand public, l’identification, la conservation et la mise à disposition qui étaient à l’origine de sa création ne sont plus les seuls impératifs. Pour y parvenir, la phonothèque de la MMSH travaille en réseau et engage des collaborations avec d’autres institutions et s’appuie sur plusieurs cyberinfrastructure nationales. Ces coopérations et les nouvelles méthodes d’éditiorialisation sur les Carnets de recherche (Hypotheses.org) offrent de nouvelles perspectives à ces archives sonores restées, jusqu’ici, confidentielles. Il s’agit non seulement d’acquérir une meilleure compréhension de la méthodologie des chercheurs qui ont créé ces archives sur le terrain mais aussi de stimuler des comparaisons et accélérer la mise en relation des enregistrements, ou encore d’enrichir les corpus sonores par de nouvelles interprétations issues du contexte local. Pour les mettre en œuvre, la phonothèque a impulsé avec d’autres centres de ressources documentaires, une réflexion collective sur les questions juridiques et éthiques en vu de l’écriture d’un Recueil de bonnes pratiques pour la diffusion des données numériques en sciences humaines et sociales.
Url consultable : Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/

14h45 Olivier Thuillas, Chargé de mission, Centre régional du livre en Limousin : Le choix des œuvres dans Géoculture : entre comités scientifiques et crowdsourcing, les enjeux de la modération

GéoCulture est un service culturel numérique innovant de géolocalisation de contenus artistiques. Né en Limousin en septembre 2010, il s’est d’abord développé avec le service « Le Limousin vu par les artistes » qui propose plus de 500 œuvres (littérature, arts plastiques, musique, cinéma) représentant le territoire limousin. Les utilisateurs accèdent aux œuvres via une interface Internet et des applications mobiles leur permettant d’activer la fonction « Les œuvres autour de moi ».
Cette première expérience de GéoCulture, née de la théorie de la géocritique du professeur Bertrand Westphal (laboratoire EHIC, Limoges), rassemble environ 50 contributeurs, essentiellement des musées, centres d’art, bibliothèques, archives, éditeurs ainsi que des artistes et des écrivains, réunis autour du Centre régional du livre en Limousin, initiateur de ce service.
Devenu une marque et un modèle d’indexation, de traitement des données, GéoCulture s’ouvre désormais à l’ensemble des territoires et des champs artistiques. L’expérimentation en cours concerne « La France vue par les écrivains », qui rassemble une dizaine de structures régionales pour le livre autour de la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL) et du Centre national du livre (CNL).
Je souhaite aborder dans mon intervention les enjeux principaux liés à la constitution du corpus dans GéoCulture. Cette question du corpus, du choix des œuvres à intégrer ou non dans GéoCulture, est essentielle dans ce service qui propose uniquement des contenus « qualifiés », c’est-à-dire bénéficiant d’une validation scientifique. Au plus près du fondement éditorial de ce service se trouve la représentation esthétique du territoire, qui oblige à un questionnement toujours renouvelé de la notion de représentation. La nécessité de s’entourer de comités scientifiques qui valident le choix des oeuvres rencontre une autre nécessité, propre aux services du web 2.0, qui est d’ouvrir largement le service au grand public et de permettre aux utilisateurs de proposer eux-mêmes des œuvres. Le projet « La France vue par les écrivains » souhaite se développer en faisant appel à une large communauté de lecteurs susceptibles de trouver des extraits littéraires représentant un territoire. Cette pratique de crowdsourcing s’accompagne de la création de pôles de modérateurs capables de corriger et d’indexer correctement les différentes propositions. Par ailleurs, le corpus de GéoCulture est composé pour moitié d’œuvres sous droits, ce qui implique une négociation avec chacun des ayants-droit.
url consultable : http://geo.culture-en-limousin.fr/

16h00 Christophe Tuffery, Docteur en géographie, contributeur sur le site Espace&Fiction : Étude d’itinéraires géo-cartographiques interactifs à partir de l’œuvre de R. L. Stevenson, Voyage avec un âne dans les Cévennes

Nous proposons de présenter des travaux concernant la découverte géo-cartographique multimédia d’un itinéraire réalisé à partir de l’œuvre littéraire de R. L. Stevenson « Voyage avec un âne dans les Cévennes« .
Paru en 1879, ce récit relate le voyage qui fit l’écrivain écossais en France, à l’automne 1878 entre les bourgs du Monastier en Haute-Loire et Saint-Jean-du-Gard dans le Gard, soit près de 200 kms parcourus avec une ânesse comme seule compagne.
Grâce à la multiplication des applications cartographiques en ligne, il peut paraître aisé de réaliser des sites cartographiques interactifs pour faire découvrir des œuvres qui s’inscrivent fortement dans une « géographie réelle ».
Nous présenterons l’utilisation de plusieurs applications de cartographie en ligne existantes ou que nous avons réalisées autour de l’œuvre de Stevenson, permettant d’en faire une comparaison rapide des avantages et des inconvénients, de leur facilité respective de mise en œuvre et d’utilisation, et des possibilités d’intégration avec diverses ressources numériques.
Un autre axe de notre travail concerne une comparaison critique de la disponibilité en ligne de plusieurs fonds cartographiques, permettant de faire « découvrir » un itinéraire à partir des diverses représentations cartographiques d’un même territoire. Avec ce genre d’application, les risquent sont grands de multiplier les anachronismes entre la date et le contenu de l’œuvre et les autres ressources numériques mis en relation ou encore les incohérences entre les niveaux d’échelle et les contenus multimédia de précisions hétérogènes disponibles.
Enfin, une esquisse d' »archéologie de l’œuvre » est proposée pour en retrouver la genèse, les modalités du récit et les significations afin de ne pas cantonner cette œuvre à un simple récit de voyage devenu un des modèles de ce genre littéraire.
url consultable (e)space & fiction : http://spacefiction.wordpress.com/

Eric Leroy, Géomaticien et Mélanie Foucault, Archéogéographe, Service archéologique de la ville de Lyon : Poster Gestion et valorisation des cartes et plans anciens au service archéologique de la ville de Lyon

Présentation du projet SIG ALYAS, en particulier le volet gestion des cartes et plans anciens et valorisation dans le cadre de l’archéologie préventive et de l’analyse territoriale.
Éric Leroy, Données archéologiques et cartes anciennes au service de la restitution d’éléments urbains anciens (1/2)
Mélanie Foucault, La constitution de fonds de référence géoréférencés (2/2)

Vendredi 5 octobre 2012

9h45 Claire-Charlotte Butez, Ingénieure d’études en traitement, analyse et représentation de l’information spatiale au CNRS, LARHRA, UMR 5190, Lyon : Informations historiques, lieux et représentations : Retour d’expérience sur le projet SyMoGIH

Projet en plein développement, conçu par une équipe mêlant les compétences en sciences historiques, informatique et géomatique, le SYstème MOdulaire de Gestion de l’Information Historique (SyMoGIH) se propose de développer et de diffuser une nouvelle méthode, à la fois individuelle et collective, de gestion et d’exploitation de l’information historique et géographique. Dans ce projet, l’équipe a considéré la localisation de l’information historique comme une question majeure et par conséquent a développé et intégré un gazetteer dans le système SyMoGIH.
Cette présentation sera l’occasion de décrire la modélisation de ce système d’information géo-historique collaboratif et cumulatif et d’illustrer plus particulièrement la façon dont a été conçue la relation entre les informations historiques, les lieux et leurs représentations cartographiques.
url consultatble : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/Pole_Methodes/SyMoGIH_fr.php

10h30 Christian Kaiser, 361DEGRES, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut de géographie : Cartographie interactive d’illustrations de récits de voyage : l’expérience du projet Viaticalpes

La base de données en ligne Viatimages contient des centaines d’illustrations anciennes de récits de voyage ainsi que quelques cartes historiques. La plupart de ces illustrations ont été localisées dans l’espace à l’aide de coordonnées ainsi que des termes géographiques relatifs à ces images. L’application en ligne permet de visualiser les illustrations dans leur contexte géographique actuel, à l’aide de cartes interactives et aussi dans un contexte en 3D à l’aide de GoogleEarth. Le moteur de recherche permet de trouver des images directement depuis une carte interactive, ou à travers les termes géographiques. Ces termes géographiques sont classés dans plusieurs catégories. Le développement des aspects géographiques de la bas Viatimages qui est issu du projet Viaticalpes continue en permanence. Un aperçu des développements en route ou planifiés est donné. Ainsi, par exemple une mise en contexte hiérarchique est planifiée en utilisant des entités géographiques ayant une maille spatiale différente.
url consultables : www.unil.ch/viatimages et www.unil.ch/viaticalpes

11h15 Séverine Vilette-Billon et Frédérique Galin, Bibliothécaires, Bibliothèque Clermont Communauté : Le fonds cartographique de la Bibliothèque du Patrimoine : conception d’une exposition virtuelle

Présentation des collections cartographiques de la bibliothèque du Patrimoine (conservation, communication auprès des publics et valorisation). Naissance de projets de numérisation : présentation détaillée du projet du fonds de cartes anciennes sur l’Auvergne et de plans de Clermont. Création et mise en œuvre d’une exposition virtuelle « Quatre siècles de cartographie en Auvergne« .
url consultable : http://cartographie.clermontco.expomuseo.org/

14h00 Laurent Costa, Ingénieur d’études du CNRS, ArScAn UMR 7041 : Inventaire et analyse des cartes anciennes : l’exemple du bassin parisien

La constitution d’un référentiel géo-historique, couplé aux outils de diffusion et d’analyse adéquat peut permettre à des chercheurs des différentes disciplines historiques de travailler ensemble sur un espace géographique commun. Les cartes anciennes sont un des supports privilégiés pour la mise en place des outils.
La notion de référentiel géo-historique renouvèle celle de fonds de carte dans le sens où ces référentiels constituent pour les programmes de recherche historique ayant une dimension spatiale, un des socles élémentaires du partage de données et donc de l’interdisciplinarité. Il s’agit de créer un ensemble de couches de référence basées sur une analyse critique de la documentation en présence qui puisse permettre de spatialiser sur des bases géographiques fiables, des ensembles de données historiques possédant des références géographiques plus ou moins complexes à manipuler.
Mais au-delà de leur constitution, la réflexion doit aussi porter sur leur utilisation et leur diffusion. Pour être pleinement opérationnels, ces outils ne peuvent être dissociés des acteurs de la discipline, qui dialoguent, négocient et possèdent chacun des logiques, des cultures, des outils qui leurs sont propres.
L’examen des modalités de mise en œuvre de ces référentiels géo-historiques dans le contexte de l’archéologie française (GéoPratiq) complété par l’analyse détaillée d’exemples concrets menés dans le Bassin Parisien permet de mettre au jour des lignes directrices collectives et de préciser ce qui est à la base de ces infrastructures qui sont les expressions concrètes et matérielles de ces nouvelles formes d’interdisciplinarité.

14h45 Stéphane Gomis, Professeur d’histoire moderne et Isabelle Langlois, Ingénieure d’études, CHEC, UBP : Des sources archivistiques et ressources cartographiques anciennes au traitement géomatique : la géographie ecclésiastique de l’Auvergne

Apparus aux IVe et Ve siècles, les diocèses de France ont une histoire longue de quinze siècles. Pour autant, la cartographie ecclésiastique est une thématique étudiée depuis peu. Si certains évêques se sont intéressés à la géographie de leur diocèse dès le XVIe siècle, il faut attendre les travaux contemporains du père François de Dainville pour assister à la naissance d’une véritable école. En l’espèce, ses études ouvrent un champ nouveau de la recherche en cartographie dans lequel va notamment s’illustrer le bénédictin dom Jacques Dubois. Nous rappellerons les principaux apports de ces deux savants en nous intéressant tout particulièrement à la situation du Massif central que révèlent ces travaux. Par ailleurs, les sources archivistiques exploitées et les réalisations cartographiques des érudits des XIXe et XXe siècles méritent d’être détaillées.
Nous verrons comment l’ensemble de ces ressources permet au chercheur de proposer, avec les outils géomatiques d’aujourd’hui, des fonds de cartes restituant une géographie historique mouvante. Nous ne manquerons pas également de pointer les aspects qui posent problèmes, notamment ceux liés à la représentation des limites.

15h30 Frédéric Faucon, Maître de conférences en géographie, CERAMAC, UBP : La Cartothèque de la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand : un patrimoine à valoriser

La cartothèque du département de géographie rassemble plus de 20 000 cartes du monde entier. Ce fonds, constitué depuis un siècle par les géographes, et résultant d’épisodes historiques particuliers, représente un important patrimoine peu courant en France. Pendant des décennies les documents ont été stockés sans véritable archivage.
Les géographes ont souhaité mieux conserver et valoriser ce patrimoine. Une équipe-projet (enseignant-chercheur, bibliothécaire, cartographe) a réalisé un cahier des charges permettant d’élaborer un plan d’action s’étalant sur une dizaine d’années (période 2007-2017).
Le projet a débuté en 2008 par un inventaire détaillé du fonds, puis par une restauration de l’ensemble des documents. Il s’est poursuivi par la constitution d’une base de données consultable en ligne. La suite du programme consiste en une numérisation de cartes.
A terme, le souhait de l’équipe est de rendre ce fonds « vivant » en permettant sa consultation par un large public. Sa valorisation passe également par sa présentation, avec par exemple la mise en place d’expositions.