Parution du N° 2/2014 Belgeo « Arpenter le monde »

couverture_2014_2-small480Arpenter le monde

Ce numéro thématique ( n° 2/2014) de la revue Belgeo reprend un certain nombre de communications présentées lors du colloque international et interdisciplinaire « Dessiner les lieux. Cartographier le monde » organisé les  14 et 15 novembre 2013 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand par  Mauricette Fournier (Ceramac), Stéphane Gomis (CHEC) et  Annick Stoehr-Monjou (CELIS) dans le cadre du programme MSH LIDO.

Lien vers le numéro : http://belgeo.revues.org/

Table des matières :

FIG 2015 Les territoires de l’imaginaire — utopies, représentations, prospective

Appel à contribution

Festival International de Géographie – Saint-Dié-des-Vosges – 26e édition 2-3-4 octobre 2015

Les territoires de l’imaginaire — utopies, représentations, prospective

Pays invité : L’Australie

Texte de l’appel : http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/images/00_Homepage/actu_2015/Appel_geographes_FIG_2015.pdf

Toutes les informations sur le site du FIG : http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/

EUGEO 2015 « Écritures du rural / Rural writtings »

Appel à communication pour la conférence internationale EUGEO 2015, Budapest, 30 août-2 septembre 2015

« Écritures du rural / Rural writtings »

Les propositions de communication (titres et résumés) sont acceptées en français et en anglais. Devront aussi être mentionnées les coordonnées complètes de/s auteur/s (statut, université et/ou laboratoire de rattachement, adresse postale, adresse mail).

Elles sont à adresser à Mauricette.Fournier@univ-bpclermont.fr et marina.marengo@unisi.it pour le 15 mars 2015

Pour toute information complémentaire, se reporter au site de la conférence :

http://eugeo2015.com/sessions

Texte de l’appel en français

Si, corollaire de l’urbanisation, nombre d’artistes (écrivains, peintres. . ) se sont dès le XIXe siècle emparés de la ville comme objet et scène de leur réflexion sur un monde en construction, il n’en a pas été tout à fait de même pour les espaces ruraux. Force est de constater avec Pierre Bergounioux que, sauf exception, jusqu’à une période relativement récente les représentations des campagnes ont été forgées par les écrits d’une classe dominante (aristocratie, puis bourgeoisie) ; ainsi les conditions de production expliquent-elles largement l’appropriation symbolique des espaces ruraux par diverses idéologies, notamment celle portée par la littérature régionaliste, importante en France (Henry Pourrat, Jean Giono, filmographie de Marcel Pagnol), mais également bien représentée dans d’autres pays (par exemple José María de Pereda en Espagne, ou Patrice Lacombe au Canada, ou Verga et Federigo Tozzi pour l’Italie).
Depuis quelques décennies toutefois, à côté des romans du terroir qui s’inscrivent dans la lignée du courant rustique initié au XIXe siècle et qui rencontrent de vrais succès populaires au vu de l’importance des tirages, émergent un peu partout dans le monde des productions plus exigeantes. Ces écritures qu’alimentent souvent le sentiment de la perte et de la fin d’un certain mode de vie agricole (pour la France on peut citer Miette de Pierre Bergounioux, Les derniers Indiens de Marie-Hélène Lafon, Pays perdu de Pierre Jourde …) explorent aussi les recompositions contemporaines, peu médiatisées, des espaces ruraux (par exemple les albums Rural et Les ignorants d’Étienne Davodeau ou la trilogie Profils paysans de Raymond Depardon) et redéfinissent de nouvelles « régionalités » (terme moins militant et surtout moins connoté dans son lien passéiste au terroir).
Dans cette session nous nous proposons de revisiter le rural et ses représentations à partir des écritures contemporaines (depuis les années 1980), qu’elles s’apparentent à la culture populaire ou à la sphère légitime, afin de dessiner un panorama mondial des campagnes actuelles. Par « écritures » nous entendons la littérature, sous toutes ses formes (romans, autobiographies, bandes dessinées, littérature jeunesse …) mais aussi les productions audio-visuelles (fictions cinématographiques, documentaires, séries télévisées. . . ).

English
If corollary of urbanization, many artists (writers, painters. . ) seized in the nineteenth century the city as object and scene of their reflection on a world under construction, it has not been the same for rural areas. It is clear that, unless exceptions, until relatively recently the countryside’s representations have been shaped by the writings of a ruling class (aristocracy and bourgeoisie); then the production conditions explain largely the symbolic appropriation of rural areas by various ideologies, including the regionalist literature, important in France (Henry Pourrat, Jean Giono, Marcel Pagnol filmography), but also well represented in other countries (eg José María de Pereda in Spain, or Patrice Lacombe in Canada, or Verga and Federigo Tozzi pour l’Italie).
Recent decades, however, beside the « country novels » that follow in line with the rustic current initiated in the nineteenth century and meet real popular success given the importance of printings, emerge productions more demanding. These writings often fed by a sense of loss and the end of a certain agricultural lifestyle (for France we can mention Miette by Pierre Bergounioux, Les Derniers Indiens by Marie-Hélène Lafon, Pays Perdu by Pierre Jourde. . . ) are also exploring the contemporary reconstructions of rural areas, little publicized (eg the graphic novels Rural and Les Ignorants by Etienne Davodeau or the documentary-film Profils Paysans by Raymond Depardon) and redefine a new ‘régionality’ (term as less militant and certainly less connoted in its nostalgic link to the land).
In this session we propose to revisit the rural areas and their representations in the contemporary writings (since the 1980s), in the popular and legitimate cultures in order to draw a global landscape of current countrysides. By ‘writings’ we mean literature in all its forms (novels, autobiographies, comics, children’s literature. . . ) but also audio-visual productions (fiction films, documentaries, TV series. . . ).

Colloque LIDO « Dessiner les lieux. Cartographier le monde »

« Dessiner les lieux. Cartographier le monde »

 Colloque international et interdisciplinaire 

14 et 15 novembre 2013

Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, amphi 219

Organisé par le CERAMAC,  CHEC et le CELIS t en partenariat avec les « Rendez-vous du carnet de voyage » et avec les soutiens du Conseil Régional Auvergne, du Conseil Général du Puy-de-Dôme et de la Ville de Clermont-Ferrand, le colloque est porté par une équipe pluridisciplinaire réunie à la MSH de Clermont-Ferrand dans le programme LIDO « Des lieux, des œuvres. Représentations cartographiques, littéraires et iconographiques des lieux et des territoires. Méthodologie pour la construction de corpus » qui rassemble des enseignants-chercheurs du CERAMAC, du CHEC, du CELIS et de l’EHIC.

 AFFICHE DESSINER LES LIEUX_Mise en page 1 (1)

 

Jeudi 14 novembre 2013

A partir de 8 h 30 – Accueil des participants
9 h

Ouverture du colloque par Laurent Rieutort, directeur de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand.
Introduction par Mauricette Fournier (CERAMAC) et Stéphane Gomis (CHEC), responsables du programme MSH-LIDO

Carnets de voyage et reportages graphiques

Modérateur : Annick STOEHR-MONJOU

9 h 30

Pascale ARGOD (U. Bordeaux III), Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards journalistiques et témoignages du réel
Mauricette Fournier (U. Clermont II), Images d’Afghanistan. De l’album photographique au reportage graphique

10 h 30 – Pause café
11 h

Jérôme MORENO (U. Toulouse II), Les carnets de voyage de Miquel Barcelo
Caroline ZIOLKO (ESBAMA/ Montpellier), Henri Cartier-Bresson. Carnets mexicains 1934-1964. Rétrospective ou programmatique ?

12 h 30 – Déjeuner

Pratiques du carnet

Modérateur : Pascale ARGOD

14 h

Brigitte AUBRY (U. Toulouse II), En vous souhaitant un agréable voyage… «  Le journal d’un usager de l’espace » de l’artiste Mira Sanders
Marion DUQUERROY (U. Paris I) et Julie FISCHER (Gertwiller), Le sens de la marche : entretien avec Julie Fischer
Carole LANOIX (U. Lausanne, Suisse), Notes, Notation, Narration : Le carnet de terrain comme carto-ethnographie

15 h 30 – Pause café

Le voyage réinventé

Modérateur : Mauricette FOURNIER

16 h

Olga KAZAKOVA (U. Orel, Russie), L’image de voyage 2D contre l’image 4D : deux panoramas transsibériens de l’Exposition Universelle à Paris en 1900
Fiona LEJOSNE (ENS Lyon), Lieux et espaces dans une compilation vénitienne de récits de voyage et de textes géographiques, les Navigationi et Viaggi de Ramusio
Bridget SHERIDAN (U. Toulouse II), Le chemin de la liberté : la poursuite de la mémoire
Valérie HELMAN (ENSACF/Paris), Représenter la ville vécue : le cas de Tel Aviv

Vendredi 15 novembre 2013

9 h – Accueil

Voyages et cartographie missionnaire

Modérateur : Stéphane GOMIS

9 h 15

Christina KULLBERG (U. Uppsala, Suède), Îles hideuses et belles terres  : Tracer le paysage antillais au début de la colonisation française (Du Tertre)
Jean-Michel VASQUEZ (U. Lyon II), Exploration et mission au Zanguebar

10 h 15 – Pause café
10 h 45

Wendy APPINDANGOYE-N’GUIA KAHMA (U. Paris I), Sur les pas de pieux voyageurs, excursions et cartographie missionnaires au Lesotho au XIXe siècle
Smail ADIL (Djibouti et U. Lyon II), Les cartes des missionnaires en Abyssinie : représenter les confins de l’Orient
Michel LOMPECH (U. Clermont II), Teilhard de Chardin et les voyages

12 h 30 – Déjeuner

Voyages en Gaule et cartographie antique dans la latinité tardive (IVe-VIe s.)

Modérateur : Rémy POIGNAULT

14 h

Delphine ACOLAT (U. Bretagne occidentale), Donner à voir la Gaule par les mots ou par l’image : héritages et acquis des géographes, voyageurs, et cartographes
Carlotta FRANCESCHELLI (U. Clermont II) et Pier Luigi DALL’AGLIO (U. de Bologne, Italie), Des voies de terre aux voies d’eau : la transformation du voyage en Gaule Cisalpine, entre l’Itinerarium Burdigalensis et le témoignage de Sidoine Apollinaire
Annick STOEHR-MONJOU (U. Clermont II), Voyages en Gaule dans les lettres de Sidoine Apollinaire

15 h 30 – Clôture du colloque et pause café

 

Télécharger le programme : http://ceramac.univ-bpclermont.fr/sites/ceramac.univ-bpclermont.fr/IMG/pdf/PROGRAMME_DESSINER_LIEUX.pdf

Appel à communication : Roman graphique

Journée d’études sur le roman graphique

Amiens, 5 juin 2014

Département d’anglais de l’UPJV et laboratoire CORPUS

Tout à la fois texte et dessin, ressortissant de la culture populaire et de la littérature introspective, le roman graphique est une œuvre hybride, qui ne se laisse pas facilement définir. Impossible d’identifier le roman graphique à un format. Les romans graphiques ne sont pas tous d’épais ouvrages brochés, et l’on peut lire de nombreuses œuvres qui appartiennent clairement à cette catégorie dans des formats plus divers (sérialisé, commeDykes to Watch out for d’Alison Bechdel, de 1987 à 2008, ou publié en tome comme les romans graphiques Sandman de Neil Gaiman, de 1989 à 1996). On ne peut non plus définir le roman graphique en fonction de la part d’expressivité du texte et du degré d’illustration des images : le roman graphique comme la bande dessinée se détachent du livre illustré par une intégration réciproque des deux media. Le critère fiction/non-fiction est tout aussi défaillant. Les romans graphiques mêlent autant les genres que la fiction et la réalité (comédie, fantasy, fiction historique, fiction réaliste ou encore fantastique).

Née dans les années 20 (God’s Man, Lynd Ward) en tant que forme narrative purement imagée, cette nouvelle forme de narration s’est nettement développée à partir des années 60, et connaît aujourd’hui un âge d’or avec la publication d’œuvres jugées essentielles (Maus d’Art Spiegelman, The Book of Genesis Illustrated de Robert Crumb, Black Hole de Charles Burns ou encore Ghost World, de Daniel Clowes) et la constitution d’un public toujours plus large. La raison d’une telle réussite réside peut-être dans la liberté qu’elle confère à son auteur, liberté qui lui permet d’exprimer une profonde intériorité narrative : des pensées réprimées, une voix, individuelle et sociale, jusqu’alors tue. De ce point de vue, le roman graphique pourrait s’envisager comme une forme mineure, ni roman, ni BD, porteur d’un double projet, narratif et politique : le roman graphique se distinguerait par son aspect autobiographique et sa propension à l’introspection, tout autant que par sa capacité à entrecroiser culture savante et culture populaire et à porter, dans son message mais aussi dans sa forme, des combats politiques.

Parmi les pistes de réflexion possibles, on pourra envisager :

1- Le texte et la narration

Dans les romans graphiques, la narration, souvent à la première personne, tient une place centrale. L’histoire ne reposerait pas tant sur les péripéties que sur le monologue intérieur du narrateur. Peut-on envisager les différents romans graphiques par le biais d’une typologie narratologique (du type Genette) ?

2 – Le rapport texte/image et les modes de lecture

Loin d’un rapport illustratif, répétitif, quelles formes de complémentarité jouent entre le texte et l’image ? Est-ce que le souvenir que l’on garde de la lecture d’un roman graphique est le même que celui d’un roman ou d’un ouvrage de BD ? En quoi le roman graphique affecte la visualisation de l’histoire ?

3 – Roman graphique et trauma

Thématiquement, le roman graphique fait la part belle à la représentation du trauma : les sujets difficiles, une tonalité sombre constituent l’univers de nombre de romans graphiques, y compris ceux de super héros. Comment le trauma est-il représenté graphiquement ? Quels sont les traits du trauma, de la violence ? Le corps tient souvent une place particulière dans le roman graphique, qu’il soit sur-représenté (les œuvres de Robert Crumb ou celles de Phoebe Gloeckner), ou au contraire effacé (Fun Home d’Alison Bechdel, Paying for it de Chester Brown). Peut-on parler pour le roman graphique d’une esthétique de la négativité ?

4 – Roman graphique et concept de minorité

Le roman graphique, en favorisant l’expression de l’intériorité, permet d’exprimer le trauma, de montrer le réprimé. En ce sens, il permettrait de rendre visibles des minorités raciales, sexuelles, culturelles, sociales – au sens de classes – (Marjane Satrapi, Gene Luen Yang, Art Spiegelman), qu’il s’agisse des thèmes abordés ou des auteurs qui les prennent en charge. En particulier, on peut se demander si le roman graphique permet aux femmes de s’exprimer davantage qu’à travers le genre « majeur » que serait la BD, très investi par les hommes. Plus largement, on pourrait s’intéresser à l’interaction entre le roman graphique et le concept de minorité défini par Deleuze et Guattari, à la fois comme « un état de fait, c’est-à-dire une situation d’un groupe qui, quel que soit son nombre, est exclu de la majorité » et comme « un devenir dans lequel on s’engage », une « variation [que l’on construit] autour de l’unité de mesure despotique » (in Gilles Deleuze, « Un manifeste de moins », Superpositions, Paris, Éditions de Minuit, 1979, 128-9).

5 – Le roman graphique entre culture populaire et savante

Le roman graphique trouve une partie de ses origines dans la BD. Pour autant, la place prépondérante du dessin fait-elle du roman graphique un avatar de la culture populaire ? La culture savante (la psychanalyse dans l’œuvre de Bechdel, les sciences dans Logicomix: An Epic Search for Truth, la culture viticole dans Les Ignorants, ou encore les rouages diplomatiques de la politique internationale française dans Quai d’Orsay) peut aussi y trouver un lieu d’expression privilégié. Le roman graphique présente en ce sens une hybridité intéressante. Loin d’être un objet d’étude statique, il s’inscrit au cœur de mutations culturelles.

6 – Le marché et l’avenir

Quelles sont les maisons d’édition qui publient des romans graphiques ? Sont-elles spécialisées ? Quel est le marché des romans graphiques ? Son lectorat ? Quelles sont ses évolutions significatives ? Est-ce que l’adaptation en romans graphiques d’œuvres réputées « difficiles » (Shakespeare, Tolkien) deviendra une/la nouvelle façon de faire l’expérience des classiques ? Le roman graphique, en permettant la médiation de discours peu accessibles, n’est-il pas déjà mainstream ?

Modalités

Proposition de communication (300 mots minimum, pour une communication de 15 minutes) à envoyer à Amélie Junqua (ajunqua@gmail.com) et Céline Mansanti (cmansanti@gmail.com)avant le 30 janvier 2014.

Texte complet sur Fabula :

http://www.fabula.org/actualites/journee-d-etudes-sur-le-roman-graphique-amiens-le-5-juin-2014-departement-d-anglais-de-l_58818.php