GEOGRAPHIE, LANGUE ET TEXTES LITTERAIRES ÉCRIRE LE LIEU, FICTIONNALISER L’ESPACE

GÉOGRAPHIE, LANGUE ET TEXTES LITTÉRAIRES ÉCRIRE LE LIEU, FICTIONNALISER L’ESPACE

Vème Colloque luso-hispano-français / Porto/ 23- 24 avril 2015 

Appel à Communications

Depuis le XIXème, et plus précisément des ouvrages de Jules Verne, une certaine osmose entre l’approche géographique et la mise en fiction narrative s’est consolidée et a fait œuvre en littérature. Un souci théorique et thématique « géocritique » s’est fait jour au XXème siècle qui se penche sur des interrogations nouvelles autour des représentations linguistico-littéraires du lieu, et des approches géographiques du fait littéraire aux intersections disciplinaires fécondes.

En effet, la critique littéraire du XXIème siècle hérite de, et renforce une lecture et un descriptif spatial du récit, d’autant plus que l’enracinement et la délimitation purement « nationaux » du phénomène scriptural deviennent problématiques à l’heure de la mondialisation, de l’hybridation des repères et des identités narratives.

Plus que jamais, géographie, langue et littérature ont partie liée dans la perception du lieu ; d’un lieu en tant que constructo, espace façonné, habité, investi symboliquement par l’Homme. Dans cette approche, plusieurs perspectives critiques et lignes de recherche sont venues enrichir et complexifier, voire systématiser, les textes au carrefour du littéraire, du scientifique et du géographique et de l’historique, à savoir la géocritique, l’écocritique, la littérature de voyage ou les études exiliques, entre autres.

Qui plus est, les concepts de géocritique et d’écocritique, du fait de leur relative nouveauté dans le champ d’application littéraire respectif, méritent d’être creusés dans leur portée théorique.

Dans ce sens, nous proposons aux chercheurs que les croisements interdisciplinaires, – dans tous leurs aspects, prolongements et dérives -, intéressent et interpellent, de développer une réflexion scientifique, thématique et critique transversale autour des axes suivants:

1.    Perspective géographique et interdisciplinaire du fait littéraire (imaginaire et récit de voyage, etc.) ;

2.    Caractérisation du géographe-écrivain et écrivains intéressés par le fait géographique;

3.    Jules Verne : textes, territoires et technologies ;

4.    Mise en fiction des lieux ;

5.    Perspective géo- et écocritique du texte littéraire : théories et applications. 

LANGUES DES COMMUNICATIONS :

Les langues de présentation des communications sont le portugais, l’espagnol, le français et l’anglais.

LANGUE POUR NOS DEMARCHES:

Français.

CALENDRIER :

15 janvier 2015 : date limite pour présenter des propositions de communication (20 minutes maximum) (résumé entre 150 et 200 mots).

02 février 2015: date limite pour la réponse du comité scientifique.

1er avril 2015 : programme définitif.

ORGANISATION

José Domingues de Almeida (Un. Porto)

Maria de Fátima Outeirinho (Un. Porto)

 

COLLABORATEURS:

Ana Isabel Moniz (Un. Madère)

Jean-Yves Puyo (Un.Pau et des Pays de l’Adour)

Lionel Dupuy (Un Pau et des Pays de l’Adour)

Maria Hermínia Amado Laurel (Un. Aveiro)

María-Lourdes Cadena (Un. Zaragoza)

María-Pilar Tresaco (Un. Zaragoza)

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE:

Alain Montandon (Un. Blaise-Pascal)

Ana Paula Coutinho (Un. Porto)

Bertrand Westphal (Un. Limoges)

Daniel-Henri Pageaux (Un. Paris III)

Gonçalo Vilas-Boas (Un. Porto)

Jean-Marc Moura (Un. Paris X)

Jean-Michel Margot (NAJVS)

João Carlos dos Santos Garcia (Un. Porto)

Mário Matos (Un. Minho)

Volker Dehs (Chercheur indépendant)

 

 

Envoi des propositions de communications :

Toutes les propositions de communication seront soumises à l’évaluation du Comité scientifique du colloque. Prière d’indiquer l’axe de travail retenu. Les communications admises ne dépasseront pas les 20 minutes.

Afin de soumettre votre proposition de communication, sous forme d’un résumé de 150 à 200 mots accompagné d’un court CV (notice), nous vous prions de nous joindre à l’adresse électronique suivante : ilc@letras.up.pt

 

Inscription

100,00€. Un montant qui assure l’inscription (du 26 février au 15 mars 2015), le dossier, le certificat, les pauses-café et les deux déjeuners.

120,00€ (du 16 mars au 31 mars 2015)

Un dîner du colloque est prévu sur inscription.

 

MODADLITÉ DE PAIEMENT

Merci d’entrer sur https://www.letras.up.pt/gi/por/eventos.asp

Representations of Rurality in Crime Fiction and Media Culture” , Belfast, 15-16 juin, 2015)

Appel à communication

Representations of Rurality in Crime Fiction and Media Culture”

Queen’s University Belfast, June 15-16, 2015

The two day Symposium in June is supported by the Institute for Collaborative Research in the Humanities at Queen’s University and its 2014/15 theme of ‘Creativity in Imagined and Material Worlds’. It will bring together studies in crime fiction and media culture looking at a variety of outlets such as fiction, film, television, comics, games and many others with the concept of ‘rurality’. Here interdisciplinary papers are welcomed, but not contained to, Anthropology, Modern Languages, English, Film and Media Studies, History, Cultural Studies, Historical/Cultural Geography, Sociology, Spatial Planning. By bringing together an interdisciplinary group we might ask, therefore, how cultural constructions of the rural often ‘set the scene’ for crime fiction. For example It is obvious in the “noir” genre that an important (counter-) cultural current of strong, yet ambivalent representations of the rural runs throughout its landmark depictions of dark cities and hostile landscapes.

Idealised as the contrapuntic setting of an Idyllic, prelapsian, vision of community in culturally pessimistic tales of the criminal big city, or, on the contrary, mythified as a site of primal terror and unspeakable backwardness in “backwoods noir” fiction , the” rural” is an important horizon of the crime genre and all of its subgenres. It often sets the scene in modern, Scandinavian crime fiction; it informs the Geography of golden age mysteries, frequently set on big, remote, estates, on secluded islands and other cut-off locations. Even the mystery books of Enid Blyton, have children experiencing adventures ‘in’ the rural in a world away from adults; or gothic-inspired books and television series such as ‘Jamaica Inn’, where a brooding, rural backdrop provides an avenue into a darker, Cornish world. TV series recycle in imaginative ways such tropes, as evidenced in the recent Channel Four series ‘Glue’ where the not so idyllic aspects of rural teenage hood as rural ‘others’ are depicted thus drawing on Philo’s ‘Neglected Rural Others’. The rural idyll/anti idyll can be explored, for example, as within the backward, depraved world depicted in the U.S. film ‘Deliverance’, or ‘Cider House Rules’
The Symposium will provide a forum for concerted thinking around the ‘setting the scene’ theme and the relationships that might be explored. Thus the theme will not only offer an avenue for new readings into the canon of crime fiction and its satellites, from Conan Doyle to Faulkner, to Williams, to Upfield and D.O.A.; it can aid in thinking through conceptualizations and interdisciplinary collaborations. The Symposium will provide the opportunity to think through conceptualizations. The work of Raymond Williams (1973) might be usefully interrogated and the ways in which the country/city as counterpoint inform the development of narrative and plot; the spatial scales of the emotional, local, international within an increasing post-modern world and their manifestation in media culture might be discussed. Here, Bourdieu’s concepts such as those of Field and Habitus might also be fruitfully explored for the dominant norms and expressions presented in UK crime drama such as Midsummer Murders or Johnathan Creek, both set in and drawing on stereo-typical visions of rural locales’.
This conference will foreground the rural within crime and media culture. We could consider for example filmic representations of concepts of attachment and belonging to place. Here we might think about the Irish Film ‘The Field’, and how it depicts generational attachment to farming and the land through the crime embedded in the narrative. Or we might consider how crime fiction leads to the commodification and place-marketing of rural places via cultural planning and through, ‘trails’ taking the visitor through, the “crimes” of Robin Hood and his retreat into the Forest, stories of Highwaymen such as Dick Turpin, the Wild West, or more recently Scandinavian Crime fiction.
Thus the ‘Setting the Scene’ theme should be interpreted extensively within and beyond the themes mentioned. The Symposium provides an opportunity to tap into existing and new research ideas and develop exciting interdisciplinary research collaborations for the future.

GUEST SPEAKERS
Professor Paul Cloke, University of Exeter (invited)
Professor Benoît Tadié, University of Rennes (invited)

Deadline : Please send Abstracts by the 15th of January

Information complète sur Calenda : « Representations of Rurality in Crime Fiction and Media Culture », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 02 décembre 2014, http://calenda.org/306432

EUGEO 2015 « Écritures du rural / Rural writtings »

Appel à communication pour la conférence internationale EUGEO 2015, Budapest, 30 août-2 septembre 2015

« Écritures du rural / Rural writtings »

Les propositions de communication (titres et résumés) sont acceptées en français et en anglais. Devront aussi être mentionnées les coordonnées complètes de/s auteur/s (statut, université et/ou laboratoire de rattachement, adresse postale, adresse mail).

Elles sont à adresser à Mauricette.Fournier@univ-bpclermont.fr et marina.marengo@unisi.it pour le 15 mars 2015

Pour toute information complémentaire, se reporter au site de la conférence :

http://eugeo2015.com/sessions

Texte de l’appel en français

Si, corollaire de l’urbanisation, nombre d’artistes (écrivains, peintres. . ) se sont dès le XIXe siècle emparés de la ville comme objet et scène de leur réflexion sur un monde en construction, il n’en a pas été tout à fait de même pour les espaces ruraux. Force est de constater avec Pierre Bergounioux que, sauf exception, jusqu’à une période relativement récente les représentations des campagnes ont été forgées par les écrits d’une classe dominante (aristocratie, puis bourgeoisie) ; ainsi les conditions de production expliquent-elles largement l’appropriation symbolique des espaces ruraux par diverses idéologies, notamment celle portée par la littérature régionaliste, importante en France (Henry Pourrat, Jean Giono, filmographie de Marcel Pagnol), mais également bien représentée dans d’autres pays (par exemple José María de Pereda en Espagne, ou Patrice Lacombe au Canada, ou Verga et Federigo Tozzi pour l’Italie).
Depuis quelques décennies toutefois, à côté des romans du terroir qui s’inscrivent dans la lignée du courant rustique initié au XIXe siècle et qui rencontrent de vrais succès populaires au vu de l’importance des tirages, émergent un peu partout dans le monde des productions plus exigeantes. Ces écritures qu’alimentent souvent le sentiment de la perte et de la fin d’un certain mode de vie agricole (pour la France on peut citer Miette de Pierre Bergounioux, Les derniers Indiens de Marie-Hélène Lafon, Pays perdu de Pierre Jourde …) explorent aussi les recompositions contemporaines, peu médiatisées, des espaces ruraux (par exemple les albums Rural et Les ignorants d’Étienne Davodeau ou la trilogie Profils paysans de Raymond Depardon) et redéfinissent de nouvelles « régionalités » (terme moins militant et surtout moins connoté dans son lien passéiste au terroir).
Dans cette session nous nous proposons de revisiter le rural et ses représentations à partir des écritures contemporaines (depuis les années 1980), qu’elles s’apparentent à la culture populaire ou à la sphère légitime, afin de dessiner un panorama mondial des campagnes actuelles. Par « écritures » nous entendons la littérature, sous toutes ses formes (romans, autobiographies, bandes dessinées, littérature jeunesse …) mais aussi les productions audio-visuelles (fictions cinématographiques, documentaires, séries télévisées. . . ).

English
If corollary of urbanization, many artists (writers, painters. . ) seized in the nineteenth century the city as object and scene of their reflection on a world under construction, it has not been the same for rural areas. It is clear that, unless exceptions, until relatively recently the countryside’s representations have been shaped by the writings of a ruling class (aristocracy and bourgeoisie); then the production conditions explain largely the symbolic appropriation of rural areas by various ideologies, including the regionalist literature, important in France (Henry Pourrat, Jean Giono, Marcel Pagnol filmography), but also well represented in other countries (eg José María de Pereda in Spain, or Patrice Lacombe in Canada, or Verga and Federigo Tozzi pour l’Italie).
Recent decades, however, beside the « country novels » that follow in line with the rustic current initiated in the nineteenth century and meet real popular success given the importance of printings, emerge productions more demanding. These writings often fed by a sense of loss and the end of a certain agricultural lifestyle (for France we can mention Miette by Pierre Bergounioux, Les Derniers Indiens by Marie-Hélène Lafon, Pays Perdu by Pierre Jourde. . . ) are also exploring the contemporary reconstructions of rural areas, little publicized (eg the graphic novels Rural and Les Ignorants by Etienne Davodeau or the documentary-film Profils Paysans by Raymond Depardon) and redefine a new ‘régionality’ (term as less militant and certainly less connoted in its nostalgic link to the land).
In this session we propose to revisit the rural areas and their representations in the contemporary writings (since the 1980s), in the popular and legitimate cultures in order to draw a global landscape of current countrysides. By ‘writings’ we mean literature in all its forms (novels, autobiographies, comics, children’s literature. . . ) but also audio-visual productions (fiction films, documentaries, TV series. . . ).

Prolongement LIDO : étude et valorisation du « Voyage en Auvergne » d’Etienne-Jean Delécluze

Acquis en 2010  par le musée d’art Roger-Quilliot [MARQ] de Clermont-Ferrand, cet album inédit rassemble  soixante-douze dessins réalisés par Étienne-Jean Delécluze (1781-1863), à l’occasion d’un voyage en Auvergne en 1821. Il s’accompagnés d’un carnet de notes.

En 1821, Étienne-Jean Delécluze parcourut l’Auvergne pendant cinq mois, voyage qu’il raconta plus tard dans ses mémoires Souvenirs de soixante années (en ligne sur Gallica) en précisant qu’il y réalisa 120 dessins. L’album acquis par le MARQ contient des panoramas sur les puys,  des représentations des autres massifs volcaniques auvergnats, des phénomènes géologiques, des vues de villes et de villages ( pour en voir quelques exemples).

Une convention a été passée entre la bibliothèque numérique de Clermont-Université et le MARQ (Ville de Clermont-Ferrand) pour la numérisation de l’album et du carnet. Nous nous proposons maintenant de constituer une équipe pluri-disciplinaire pour géolocaliser, étudier et valoriser ces documents, à partir notamment de la création d’une plate-forme numérique.

Delecluze_Auvergne_6-80e00

Appel à communication « Patrimoine et Humanités numériques »

Patrimoine et Humanités numériques

 MSH-Alpes, Grenoble  10 juin 2014  -12 juin 2014

Colloque Interdisciplinaire en Lettres, Arts et Sciences humaines, organisé par Cécile Meynard (MSH-Alpes/Université Stendhal-Grenoble3), Thomas Lebarbé (Université Stendhal-Grenoble3) et Sandra Costa (Université Pierre Mendès-France).

Ce colloque interdisciplinaire et international a pour objectif de rapprocher et confronter deux notions actuellement très en vogue, celle de patrimoine, et celle d’humanités numériques. Le patrimoine, en tant que biens partagés par une communauté et qui fondent son identité culturelle, est aujourd’hui à prendre au sens le plus large, et concerne aussi bien les SHS traditionnelles (histoire, littérature, linguistique, art et architecture…) que, depuis les années 1970, des domaines parfois moins évidents pour le public mais non moins intéressants : à côté du patrimoine culturel et artistique, on souhaite aujourd’hui valoriser le patrimoine industriel, rural, etc. Les humanités numériques, prises comme domaine de recherche et d’enseignement faisant interagir différentes disciplines, l’informatique, les lettres et arts, et plus généralement les sciences humaines et sociales, proposent des méthodes, pratiques et outils numériques au service des objets d’étude traditionnels, mais aussi de nouveaux objets d’étude et de nouvelles approches théoriques et analytiques. En ce sens, on pourra s’interroger sur l’apport spécifique des humanités numériques, pour valoriser et diffuser un patrimoine donné. Quel peut être l’intérêt du numérique par rapport aux approches traditionnelles du point de vue muséographique, ethnologique, littéraire, linguistique, etc.? De quelle manière les humanités numériques peuvent-elles contribuer à un développement plus démocratique de la culture (sciences citoyennes ?) et comment leur apport peut-il s’organiser à une échelle internationale ? Avec quels enjeux ?

Elles permettent sans doute une transformation du regard sur l’objet patrimonial, voire une multiplication des approches de cet objet, ou des interactions entre ces approches.

Il s’agit aujourd’hui de mesurer la transformation conceptuelle de l’objet lui-même en même temps qu’elles le rendent accessible et compréhensible, en prenant en compte les nouveaux objets patrimoniaux, relevant parfois du patrimoine immatériel (à côté des chants, danses, expressions orales, fêtes et rituels, les sites, blogs et autres données liées aux nouveaux réseaux sociaux constituent sans aucun doute désormais des objets patrimoniaux inédits, qui suscitent d’ores et déjà l’intérêt des chercheurs, mais aussi du public).

Les propositions de communications, d’une quinzaine de lignes maximum, accompagnées d’un CV (1 page maximum) doivent être envoyées aux organisateurs à l’adresse suivante :cecile.meynard@gmail.com avant le 20 janvier 2013.

 Information sur Fabula : 

http://www.fabula.org/actualites/colloquepatrimoine-et-humanites-numeriques_60131.php

 

Colloque LIDO « Dessiner les lieux. Cartographier le monde »

« Dessiner les lieux. Cartographier le monde »

 Colloque international et interdisciplinaire 

14 et 15 novembre 2013

Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, amphi 219

Organisé par le CERAMAC,  CHEC et le CELIS t en partenariat avec les « Rendez-vous du carnet de voyage » et avec les soutiens du Conseil Régional Auvergne, du Conseil Général du Puy-de-Dôme et de la Ville de Clermont-Ferrand, le colloque est porté par une équipe pluridisciplinaire réunie à la MSH de Clermont-Ferrand dans le programme LIDO « Des lieux, des œuvres. Représentations cartographiques, littéraires et iconographiques des lieux et des territoires. Méthodologie pour la construction de corpus » qui rassemble des enseignants-chercheurs du CERAMAC, du CHEC, du CELIS et de l’EHIC.

 AFFICHE DESSINER LES LIEUX_Mise en page 1 (1)

 

Jeudi 14 novembre 2013

A partir de 8 h 30 – Accueil des participants
9 h

Ouverture du colloque par Laurent Rieutort, directeur de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand.
Introduction par Mauricette Fournier (CERAMAC) et Stéphane Gomis (CHEC), responsables du programme MSH-LIDO

Carnets de voyage et reportages graphiques

Modérateur : Annick STOEHR-MONJOU

9 h 30

Pascale ARGOD (U. Bordeaux III), Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards journalistiques et témoignages du réel
Mauricette Fournier (U. Clermont II), Images d’Afghanistan. De l’album photographique au reportage graphique

10 h 30 – Pause café
11 h

Jérôme MORENO (U. Toulouse II), Les carnets de voyage de Miquel Barcelo
Caroline ZIOLKO (ESBAMA/ Montpellier), Henri Cartier-Bresson. Carnets mexicains 1934-1964. Rétrospective ou programmatique ?

12 h 30 – Déjeuner

Pratiques du carnet

Modérateur : Pascale ARGOD

14 h

Brigitte AUBRY (U. Toulouse II), En vous souhaitant un agréable voyage… «  Le journal d’un usager de l’espace » de l’artiste Mira Sanders
Marion DUQUERROY (U. Paris I) et Julie FISCHER (Gertwiller), Le sens de la marche : entretien avec Julie Fischer
Carole LANOIX (U. Lausanne, Suisse), Notes, Notation, Narration : Le carnet de terrain comme carto-ethnographie

15 h 30 – Pause café

Le voyage réinventé

Modérateur : Mauricette FOURNIER

16 h

Olga KAZAKOVA (U. Orel, Russie), L’image de voyage 2D contre l’image 4D : deux panoramas transsibériens de l’Exposition Universelle à Paris en 1900
Fiona LEJOSNE (ENS Lyon), Lieux et espaces dans une compilation vénitienne de récits de voyage et de textes géographiques, les Navigationi et Viaggi de Ramusio
Bridget SHERIDAN (U. Toulouse II), Le chemin de la liberté : la poursuite de la mémoire
Valérie HELMAN (ENSACF/Paris), Représenter la ville vécue : le cas de Tel Aviv

Vendredi 15 novembre 2013

9 h – Accueil

Voyages et cartographie missionnaire

Modérateur : Stéphane GOMIS

9 h 15

Christina KULLBERG (U. Uppsala, Suède), Îles hideuses et belles terres  : Tracer le paysage antillais au début de la colonisation française (Du Tertre)
Jean-Michel VASQUEZ (U. Lyon II), Exploration et mission au Zanguebar

10 h 15 – Pause café
10 h 45

Wendy APPINDANGOYE-N’GUIA KAHMA (U. Paris I), Sur les pas de pieux voyageurs, excursions et cartographie missionnaires au Lesotho au XIXe siècle
Smail ADIL (Djibouti et U. Lyon II), Les cartes des missionnaires en Abyssinie : représenter les confins de l’Orient
Michel LOMPECH (U. Clermont II), Teilhard de Chardin et les voyages

12 h 30 – Déjeuner

Voyages en Gaule et cartographie antique dans la latinité tardive (IVe-VIe s.)

Modérateur : Rémy POIGNAULT

14 h

Delphine ACOLAT (U. Bretagne occidentale), Donner à voir la Gaule par les mots ou par l’image : héritages et acquis des géographes, voyageurs, et cartographes
Carlotta FRANCESCHELLI (U. Clermont II) et Pier Luigi DALL’AGLIO (U. de Bologne, Italie), Des voies de terre aux voies d’eau : la transformation du voyage en Gaule Cisalpine, entre l’Itinerarium Burdigalensis et le témoignage de Sidoine Apollinaire
Annick STOEHR-MONJOU (U. Clermont II), Voyages en Gaule dans les lettres de Sidoine Apollinaire

15 h 30 – Clôture du colloque et pause café

 

Télécharger le programme : http://ceramac.univ-bpclermont.fr/sites/ceramac.univ-bpclermont.fr/IMG/pdf/PROGRAMME_DESSINER_LIEUX.pdf

Appel à communication : Roman graphique

Journée d’études sur le roman graphique

Amiens, 5 juin 2014

Département d’anglais de l’UPJV et laboratoire CORPUS

Tout à la fois texte et dessin, ressortissant de la culture populaire et de la littérature introspective, le roman graphique est une œuvre hybride, qui ne se laisse pas facilement définir. Impossible d’identifier le roman graphique à un format. Les romans graphiques ne sont pas tous d’épais ouvrages brochés, et l’on peut lire de nombreuses œuvres qui appartiennent clairement à cette catégorie dans des formats plus divers (sérialisé, commeDykes to Watch out for d’Alison Bechdel, de 1987 à 2008, ou publié en tome comme les romans graphiques Sandman de Neil Gaiman, de 1989 à 1996). On ne peut non plus définir le roman graphique en fonction de la part d’expressivité du texte et du degré d’illustration des images : le roman graphique comme la bande dessinée se détachent du livre illustré par une intégration réciproque des deux media. Le critère fiction/non-fiction est tout aussi défaillant. Les romans graphiques mêlent autant les genres que la fiction et la réalité (comédie, fantasy, fiction historique, fiction réaliste ou encore fantastique).

Née dans les années 20 (God’s Man, Lynd Ward) en tant que forme narrative purement imagée, cette nouvelle forme de narration s’est nettement développée à partir des années 60, et connaît aujourd’hui un âge d’or avec la publication d’œuvres jugées essentielles (Maus d’Art Spiegelman, The Book of Genesis Illustrated de Robert Crumb, Black Hole de Charles Burns ou encore Ghost World, de Daniel Clowes) et la constitution d’un public toujours plus large. La raison d’une telle réussite réside peut-être dans la liberté qu’elle confère à son auteur, liberté qui lui permet d’exprimer une profonde intériorité narrative : des pensées réprimées, une voix, individuelle et sociale, jusqu’alors tue. De ce point de vue, le roman graphique pourrait s’envisager comme une forme mineure, ni roman, ni BD, porteur d’un double projet, narratif et politique : le roman graphique se distinguerait par son aspect autobiographique et sa propension à l’introspection, tout autant que par sa capacité à entrecroiser culture savante et culture populaire et à porter, dans son message mais aussi dans sa forme, des combats politiques.

Parmi les pistes de réflexion possibles, on pourra envisager :

1- Le texte et la narration

Dans les romans graphiques, la narration, souvent à la première personne, tient une place centrale. L’histoire ne reposerait pas tant sur les péripéties que sur le monologue intérieur du narrateur. Peut-on envisager les différents romans graphiques par le biais d’une typologie narratologique (du type Genette) ?

2 – Le rapport texte/image et les modes de lecture

Loin d’un rapport illustratif, répétitif, quelles formes de complémentarité jouent entre le texte et l’image ? Est-ce que le souvenir que l’on garde de la lecture d’un roman graphique est le même que celui d’un roman ou d’un ouvrage de BD ? En quoi le roman graphique affecte la visualisation de l’histoire ?

3 – Roman graphique et trauma

Thématiquement, le roman graphique fait la part belle à la représentation du trauma : les sujets difficiles, une tonalité sombre constituent l’univers de nombre de romans graphiques, y compris ceux de super héros. Comment le trauma est-il représenté graphiquement ? Quels sont les traits du trauma, de la violence ? Le corps tient souvent une place particulière dans le roman graphique, qu’il soit sur-représenté (les œuvres de Robert Crumb ou celles de Phoebe Gloeckner), ou au contraire effacé (Fun Home d’Alison Bechdel, Paying for it de Chester Brown). Peut-on parler pour le roman graphique d’une esthétique de la négativité ?

4 – Roman graphique et concept de minorité

Le roman graphique, en favorisant l’expression de l’intériorité, permet d’exprimer le trauma, de montrer le réprimé. En ce sens, il permettrait de rendre visibles des minorités raciales, sexuelles, culturelles, sociales – au sens de classes – (Marjane Satrapi, Gene Luen Yang, Art Spiegelman), qu’il s’agisse des thèmes abordés ou des auteurs qui les prennent en charge. En particulier, on peut se demander si le roman graphique permet aux femmes de s’exprimer davantage qu’à travers le genre « majeur » que serait la BD, très investi par les hommes. Plus largement, on pourrait s’intéresser à l’interaction entre le roman graphique et le concept de minorité défini par Deleuze et Guattari, à la fois comme « un état de fait, c’est-à-dire une situation d’un groupe qui, quel que soit son nombre, est exclu de la majorité » et comme « un devenir dans lequel on s’engage », une « variation [que l’on construit] autour de l’unité de mesure despotique » (in Gilles Deleuze, « Un manifeste de moins », Superpositions, Paris, Éditions de Minuit, 1979, 128-9).

5 – Le roman graphique entre culture populaire et savante

Le roman graphique trouve une partie de ses origines dans la BD. Pour autant, la place prépondérante du dessin fait-elle du roman graphique un avatar de la culture populaire ? La culture savante (la psychanalyse dans l’œuvre de Bechdel, les sciences dans Logicomix: An Epic Search for Truth, la culture viticole dans Les Ignorants, ou encore les rouages diplomatiques de la politique internationale française dans Quai d’Orsay) peut aussi y trouver un lieu d’expression privilégié. Le roman graphique présente en ce sens une hybridité intéressante. Loin d’être un objet d’étude statique, il s’inscrit au cœur de mutations culturelles.

6 – Le marché et l’avenir

Quelles sont les maisons d’édition qui publient des romans graphiques ? Sont-elles spécialisées ? Quel est le marché des romans graphiques ? Son lectorat ? Quelles sont ses évolutions significatives ? Est-ce que l’adaptation en romans graphiques d’œuvres réputées « difficiles » (Shakespeare, Tolkien) deviendra une/la nouvelle façon de faire l’expérience des classiques ? Le roman graphique, en permettant la médiation de discours peu accessibles, n’est-il pas déjà mainstream ?

Modalités

Proposition de communication (300 mots minimum, pour une communication de 15 minutes) à envoyer à Amélie Junqua (ajunqua@gmail.com) et Céline Mansanti (cmansanti@gmail.com)avant le 30 janvier 2014.

Texte complet sur Fabula :

http://www.fabula.org/actualites/journee-d-etudes-sur-le-roman-graphique-amiens-le-5-juin-2014-departement-d-anglais-de-l_58818.php

 

Formation « gestion de projets des sources numériques de la recherche en SHS »

Cette action nationale de formation abordera tous les aspects stratégiques de la mise en ligne et de l’édition de sources numériques en sciences humaines et sociales.

Elle aura lieu du 14 au 18 octobre 2013 à Aussois (Centre Paul Langevin du CAES).
Clôture des candidatures : le 1er juillet 2013

Pour tout renseignement : http://anf2013.msh-vdl.fr/

Dépôt des candidatures : http://anf2013.msh-vdl.fr/?q=content/formulaire-d-inscription

 

Principales informations

Publics

La formation s’adresse aux personnels du CNRS et de l’enseignement supérieur et de la recherche en SHS, doctorants et post-doctorants, professionnels de la conservation du patrimoine.

Objectifs

Le but de la formation est d’aborder tous les aspects stratégiques de la gestion de projets des sources numériques de la recherche en SHS : l’identification des acteurs et des compétences techniques, la répartition des tâches, la définition d’un calendrier rigoureux, la coordination de la communication tant au sein de l’équipe qu’en direction des tiers (financeurs, public), l’anticipation des problèmes qui peuvent survenir, l’articulation entre la structuration des données et l’usage qui en sera fait, les différents choix de diffusion, les conditions et techniques de pérennisation des données numériques et leurs enjeux méthodologiques.

La formation ne fournira pas une marche à suivre impérative, mais cherchera à exposer les manières de procéder, de même que leurs enjeux et leurs limites. Elle recommandera l’usage de méthodes souples alliant bonnes pratiques et créativité. Les stagiaires pourront ainsi ajuster leurs acquis aux objectifs scientifiques, éditoriaux et patrimoniaux des projets qu’ils conduisent ou seront amenés à conduire.

L’intervention de spécialistes de supports différents (texte, image et son) permettra aux participants de se familiariser avec les notions techniques qui leur seront nécessaires pour opérer ensuite des choix éclairés. Par ailleurs, cette semaine favorisera la rencontre et le partage d’expériences avec des membres de la communauté des humanités numériques en France.

L’objectif majeur de la formation est de montrer que la réussite d’un projet numérique est un travail d’équipe et repose à la fois sur le dialogue entre les partenaires impliqués (chercheurs, ingénieurs, gestionnaires, experts, financeurs), et sur la collaboration avec des réseaux plus larges (régionaux, nationaux, voire internationaux).

Financements et prise en charge

Hébergement au centre Paul Langevin du CAES-CNRS (Aussois) pris en charge par la délégation DR8 du CNRS pour tous les personnels CNRS.
Pour les autres, une participation de 300 € sera demandée.

Transports pris en charge par le service de formation de la délégation de rattachement pour les participants CNRS.  Pour les autres participants, il faut voir avec votre organisme de tutelle.

Lancement du site La France vue par les écrivains

Dans le prolongement de GéoCulture – Le Limousin vu par les artistes , développé par le Centre régional du livre en Limousin  vient d’être lancé le site national La France vue par les écrivains, porté cette fois-ci par la FIIL (Fédération inter-régionale du livre et de la lecture)  avec le concours des Centres régionaux du livre et de la Sofia (Société française des intérêts des auteurs de l’écrit).

Il s’agit d’un site et d’une application mobile (Android et Apple) qui permettent de découvrir la France par les yeux et les mots d’écrivains, avec des extraits géolocalisés d’œuvres,  des portraits d’auteurs, des interviews ou encore des lectures à voix haute.

http://geo.culture-en-limousin.fr/

http://lafrancevueparlesecrivains.fr/

Journées « Retours d’expériences » en matière de centre de ressources numériques en SHS

REGARDER LES INTERVENTIONS SUR VIDÉO CAMPUS
PROGRAMME LIDO RETOURS D’EXPERIENCES
AFFICHE LIDO RETOURS D’EXPERIENCES
PAD des journées d’études

Journées « Retours d’expériences »
en matière de centre de ressources numériques en SHS

4 et 5 octobre 2012, à la MSH de Clermont-Ferrand

Responsables scientifiques : Mauricette Fournier (CERAMAC) et Stéphane Gomis (CHEC), Clermont Université, Université Blaise-Pascal
Programme établi par l’équipe LIDO et dans le cadre du séminaire de l’axe 3 du CHEC – Plaines et montagnes : sociétés et espaces du Massif central

Le programme MSH LIDO « Des lieux, des œuvres » : Représentations cartographiques, littéraires et iconographiques des lieux et territoires. Méthodologie pour la construction de corpus réunit plusieurs centres de recherches en sciences humaines de l’Université Blaise-Pascal au sein de la MSH de Clermont-Ferrand : CERAMAC (géographie), CHEC (histoire, archéologie et histoire de l’art), CELIS (littérature), EHIC (Interactions culturelles) en collaboration avec d’autres enseignants-chercheurs français et étrangers et en partenariat avec la Bibliothèque Clermont-Université (Bibliothèque numérique), le Service Université Culture et les collectivités territoriales.
Ce programme, qui veut instaurer un dialogue interdisciplinaire autour de la représentation des lieux, a pour principal objectif d’alimenter une réflexion théorique et méthodologique et de permettre la constitution d’un corpus numérique commun à l’échelle du Massif central, avec la perspective de la mise en ligne de ces ressources dans l’esprit de l’open access afin, qu’au-delà de l’exploitation scientifique, cette mise en ligne constitue une plateforme accessible à un large public, du niveau local à l’international. La nature variée des corpus envisagés (cartographiques, iconographiques, textuelles et sonores), pour la plupart inédits, devrait permettre le développement d’un outil spécifique, qui sera testé dans le cadre du projet LIDO.
Ces journées d’étude ont pour objectif de découvrir, de comparer, de croiser un certain nombre d’expériences, dont les objets (méthode, outils, corpus) recoupent ceux définis dans le cadre du projet LIDO pour son centre de ressources numériques.

Conditions d’accès : Les journées se déroulent à la Maison des sciences de l’homme de Clermont-Ferrand, 4 rue Ledru, amphi 219. Elles sont gratuites et ouvertes à tout public.
Les interventions sont filmés par Vidéo Campus.
Résumés en fin de document

Organisateurs : Équipe LIDO « Des lieux, des œuvres », MSH de Clermont-Ferrand, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Centre d’Etudes et de Recherches Appliquées au MAssif Central, Vidéo Campus.

Renseignements : Mauricette Fournier (mauricette.fournier@univ-bpclermont.fr), Stéphane Gomis (stephane.gomis@univ-bpclermont.fr) et Isabelle Langlois (isabelle.langlois@univ-bpclermont.fr)

 Jeudi 4 octobre 2012

8h45 Accueil des participants
9h00 Ouverture par Mathias Bernard, Président de l’Université Blaise-Pascal
9h15 Introduction par Mauricette Fournier et Stéphane Gomis

Président de séance : Fabrice Boyer, Directeur de la Bibliothèque Clermont Université

9h45 Stéphane Pouyllau, Ingénieur de recherche au CNRS, Directeur de Corpus-IR (UMS 3534 Aix Marseille Université/CNRS) : Les enjeux du web sémantique pour la fabrication, l’édition et la diffusion de corpus numériques en SHS : initiatives, projets et structures pour une réutilisation maîtrisée des données de la recherche

10h30 Daniela Vaj, Responsable de recherche, coordinatrice scientifique de Viaticalpes, Université de Lausanne : Les nouvelles technologies du web au service de la recherche en sciences humaines : le projet Viaticalpes et la base de données Viatimages

11h15 Léonard Bourlet, Conservateur et Camille Meyer, Ingénieur d’études, Bibliothèque Clermont Université : Un projet collectif de diffusion de la culture scientifique : le cas des Carnets Glangeaud, collection de la bibliothèque numérique de la BCU

12h00 Déjeuner

Présidente de séance : Daniela Vaj

14h00 Véronique Ginouvès, Ingénieur de recherche au CNRS, Responsable de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence : Archives orales de la recherche : l’expérience de la Phonothèque de la MMSH

14h45 Olivier Thuillas, Chargé de mission, Centre régional du livre en Limousin : Le choix des œuvres dans Géoculture : entre comités scientifiques et crowdsourcing, les enjeux de la modération

15h30 Pause

16h00 Christophe Tuffery, Docteur en géographie, contributeur sur le site Espace&Fiction : Étude d’itinéraires géo-cartographiques interactifs à partir de l’œuvre de R. L. Stevenson, Voyage avec un âne dans les Cévennes

16h45 Présentation de posters

Éric Leroy, Géomaticien et Mélanie Foucault, Archéogéographe, Service archéologique de la ville de Lyon : Gestion et valorisation des cartes et plans anciens au service archéologique de la ville de Lyon
Éric Leroy, Données archéologiques et cartes anciennes au service de la restitution d’éléments urbains anciens (1/2)
Mélanie Foucault, La constitution de fonds de référence géoréférencés (2/2)

17h15 Discussion et clôture de la journée

Vendredi 5 octobre 2012

8h45 Accueil des participants
9h00 Ouverture par Jean-Philippe Luis, Directeur-adjoint du CHEC
9h15 Introduction par Stéphane Gomis

Président de séance : Jean-Luc Fray, Co-responsable de l’axe 3 du CHEC

9h45 Claire-Charlotte Butez, Ingénieure d’études en traitement, analyse et représentation de l’information spatiale au CNRS, LARHRA, UMR 5190, Lyon : Informations historiques, lieux et représentations : Retour d’expérience sur le projet SyMoGIH

10h30 Christian Kaiser, 361DEGRES, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut de géographie : Cartographie interactive d’illustrations de récits de voyage : l’expérience du projet Viaticalpes

11h15 Séverine Vilette-Billon et Frédérique Galin, Bibliothécaires, Bibliothèque Clermont Communauté : Le fonds cartographique de la Bibliothèque du Patrimoine : conception d’une exposition virtuelle

12h00 Déjeuner

Président de séance : Jean-Paul Oddos, Conservateur général, Responsable de la Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Communauté

14h00 Laurent Costa, Ingénieur d’études du CNRS, ArScAn UMR 7041 : Inventaire et analyse des cartes anciennes : l’exemple du bassin parisien

14h45 Stéphane Gomis, Professeur d’histoire moderne et Isabelle Langlois, Ingénieure d’études, CHEC, UBP : Des sources archivistiques et ressources cartographiques anciennes au traitement géomatique : la géographie ecclésiastique de l’Auvergne

15h30 Frédéric Faucon, Maître de conférences en géographie, CERAMAC, UBP : La Cartothèque de la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand : un patrimoine à valoriser

16h15 Discussion et clôture des journées

RÉSUMÉS

9h45 Stéphane Pouyllau, Ingénieur de recherche au CNRS, Directeur de Corpus-IR (UMS 3534 Aix Marseille Université/CNRS) : Les enjeux du web sémantique pour la fabrication, l’édition et la diffusion de corpus numériques en SHS : initiatives, projets et structures pour une réutilisation maîtrisée des données de la recherche

La diffusion des corpus numériques d’archives et de « sources » pour la recherche a été profondément modifiée depuis 20 ans par les méthodes, le potentiel des outils et les techniques du web. Au delà de la diffusion, c’est toute la chaîne de construction des corpus qui s’est transformée : de la définition du périmètre jusqu’aux outils de visualisation et de recherche, en passant par le travail collaboratif en ligne ou crowdsourcing. A l’aube d’une nouvelle évolution du web vers un web plus sémantique (ou web de données), débuté technologiquement il y a déjà plusieurs années, les scientifiques en SHS vont voir une nouvelle fois se transformer les paysages numériques (méthodes, outils, standards). L’intervention se propose de faire un pas en avant vers ces transformations « nouvelles » afin de les anticiper de façon sereine et d’en comprendre les avantages pour la recherche en SHS.

10h30 Daniela Vaj, Responsable de recherche, coordinatrice scientifique de Viaticalpes, Université de Lausanne : Les nouvelles technologies du web au service de la recherche en sciences humaines : le projet Viaticalpes et la base de données Viatimages

Le projet VIATICALPES (http://www.unil.ch/viaticalpes) dirigé par le professeur Claude Reichler et financé par le Fonds National Suisse et l’Université de Lausanne, a été rendu possible grâce à l’étroite collaboration entre une équipe de chercheurs en sciences humaines et six importantes bibliothèques patrimoniales suisses. Né dans le cadre du programme international VIATICA lancé par Centre de recherches sur la littérature de voyages (CRLV) de Paris IV Sorbonne, VIATICALPES s’est donné pour tâche de rassembler et étudier l’iconographie des récits de voyages anciens (XVe-XIXe siècles) dans l’arc alpin. Nous avons inventorié plus de 11 000 illustrations, publiées entre 1544 et 1860, pour l’espace alpin suisse, savoyard et italien. Une partie de ces images (2’500 actuellement) ont été déjà numérisées, décrites, indexées, géo-localisées et mises à disposition des chercheurs et de tout public en ligne, dans la base de connaissances VIATIMAGES qui a été développée par notre équipe (http://www.unil.ch/viatimages) et ouverte à tout public en avril 2009. L’accès facilité à ce corpus d’images a été au cœur de notre démarche. Ces illustrations sont associées aux textes qui les décrivent – également numérisés – et à d’autres informations permettant d’élucider le contexte de production et de remplois. Ma présentation abordera différents aspects de ce travail : collaboration avec les bibliothèques, gestion des droits, schémas de métadonnées, création du vocabulaire contrôlé multilingue, étude, diffusion et valorisation de ce corpus.
url consultables : Viaticalpes et Viatimages

11h15 Léonard Bourlet, Conservateur et Camille Meyer, Webmestre, Bibliothèque Clermont Université : Un projet collectif de diffusion de la culture scientifique : le cas des Carnets Glangeaud, collection de la bibliothèque numérique de la BCU

Le travail pour la mise en ligne des carnets de terrain de Philippe Glangeaud est le fruit d’une longue réflexion commune entre les trois partenaires du projet que sont le Laboratoire Magmas et Volcans, la Bibliothèque Clermont Université et le Muséum Henri-Lecoq. Il s’est agi de valoriser un fonds scientifique de première importance en utilisant les outils informatiques, de rassembler numériquement un corpus physiquement scindé en élaborant un outil adapté à la recherche. Cela a nécessité le partage et la collaboration de compétences diverses mises au service d’un même projet.
Url consultable : Carnets de Philippe Glangeaud http://bibliotheque.clermont-universite.fr/glangeaud/

14h00 Véronique Ginouvès, Ingénieur de recherche au CNRS, Responsable de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence : Archives orales de la recherche : l’expérience de la Phonothèque de la MMSH

Créée à la fin des années 1970, la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence documente et met en ligne plusieurs milliers d’heures d’archives sonores issues d’enregistrements de terrain de chercheurs : historiens, anthropologues, sociologues, géographes, linguistes, ethnomusicologues…. Avec les nouveaux usages du numérique et l’accentuation de la demande patrimoniale du grand public, l’identification, la conservation et la mise à disposition qui étaient à l’origine de sa création ne sont plus les seuls impératifs. Pour y parvenir, la phonothèque de la MMSH travaille en réseau et engage des collaborations avec d’autres institutions et s’appuie sur plusieurs cyberinfrastructure nationales. Ces coopérations et les nouvelles méthodes d’éditiorialisation sur les Carnets de recherche (Hypotheses.org) offrent de nouvelles perspectives à ces archives sonores restées, jusqu’ici, confidentielles. Il s’agit non seulement d’acquérir une meilleure compréhension de la méthodologie des chercheurs qui ont créé ces archives sur le terrain mais aussi de stimuler des comparaisons et accélérer la mise en relation des enregistrements, ou encore d’enrichir les corpus sonores par de nouvelles interprétations issues du contexte local. Pour les mettre en œuvre, la phonothèque a impulsé avec d’autres centres de ressources documentaires, une réflexion collective sur les questions juridiques et éthiques en vu de l’écriture d’un Recueil de bonnes pratiques pour la diffusion des données numériques en sciences humaines et sociales.
Url consultable : Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/

14h45 Olivier Thuillas, Chargé de mission, Centre régional du livre en Limousin : Le choix des œuvres dans Géoculture : entre comités scientifiques et crowdsourcing, les enjeux de la modération

GéoCulture est un service culturel numérique innovant de géolocalisation de contenus artistiques. Né en Limousin en septembre 2010, il s’est d’abord développé avec le service « Le Limousin vu par les artistes » qui propose plus de 500 œuvres (littérature, arts plastiques, musique, cinéma) représentant le territoire limousin. Les utilisateurs accèdent aux œuvres via une interface Internet et des applications mobiles leur permettant d’activer la fonction « Les œuvres autour de moi ».
Cette première expérience de GéoCulture, née de la théorie de la géocritique du professeur Bertrand Westphal (laboratoire EHIC, Limoges), rassemble environ 50 contributeurs, essentiellement des musées, centres d’art, bibliothèques, archives, éditeurs ainsi que des artistes et des écrivains, réunis autour du Centre régional du livre en Limousin, initiateur de ce service.
Devenu une marque et un modèle d’indexation, de traitement des données, GéoCulture s’ouvre désormais à l’ensemble des territoires et des champs artistiques. L’expérimentation en cours concerne « La France vue par les écrivains », qui rassemble une dizaine de structures régionales pour le livre autour de la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL) et du Centre national du livre (CNL).
Je souhaite aborder dans mon intervention les enjeux principaux liés à la constitution du corpus dans GéoCulture. Cette question du corpus, du choix des œuvres à intégrer ou non dans GéoCulture, est essentielle dans ce service qui propose uniquement des contenus « qualifiés », c’est-à-dire bénéficiant d’une validation scientifique. Au plus près du fondement éditorial de ce service se trouve la représentation esthétique du territoire, qui oblige à un questionnement toujours renouvelé de la notion de représentation. La nécessité de s’entourer de comités scientifiques qui valident le choix des oeuvres rencontre une autre nécessité, propre aux services du web 2.0, qui est d’ouvrir largement le service au grand public et de permettre aux utilisateurs de proposer eux-mêmes des œuvres. Le projet « La France vue par les écrivains » souhaite se développer en faisant appel à une large communauté de lecteurs susceptibles de trouver des extraits littéraires représentant un territoire. Cette pratique de crowdsourcing s’accompagne de la création de pôles de modérateurs capables de corriger et d’indexer correctement les différentes propositions. Par ailleurs, le corpus de GéoCulture est composé pour moitié d’œuvres sous droits, ce qui implique une négociation avec chacun des ayants-droit.
url consultable : http://geo.culture-en-limousin.fr/

16h00 Christophe Tuffery, Docteur en géographie, contributeur sur le site Espace&Fiction : Étude d’itinéraires géo-cartographiques interactifs à partir de l’œuvre de R. L. Stevenson, Voyage avec un âne dans les Cévennes

Nous proposons de présenter des travaux concernant la découverte géo-cartographique multimédia d’un itinéraire réalisé à partir de l’œuvre littéraire de R. L. Stevenson « Voyage avec un âne dans les Cévennes« .
Paru en 1879, ce récit relate le voyage qui fit l’écrivain écossais en France, à l’automne 1878 entre les bourgs du Monastier en Haute-Loire et Saint-Jean-du-Gard dans le Gard, soit près de 200 kms parcourus avec une ânesse comme seule compagne.
Grâce à la multiplication des applications cartographiques en ligne, il peut paraître aisé de réaliser des sites cartographiques interactifs pour faire découvrir des œuvres qui s’inscrivent fortement dans une « géographie réelle ».
Nous présenterons l’utilisation de plusieurs applications de cartographie en ligne existantes ou que nous avons réalisées autour de l’œuvre de Stevenson, permettant d’en faire une comparaison rapide des avantages et des inconvénients, de leur facilité respective de mise en œuvre et d’utilisation, et des possibilités d’intégration avec diverses ressources numériques.
Un autre axe de notre travail concerne une comparaison critique de la disponibilité en ligne de plusieurs fonds cartographiques, permettant de faire « découvrir » un itinéraire à partir des diverses représentations cartographiques d’un même territoire. Avec ce genre d’application, les risquent sont grands de multiplier les anachronismes entre la date et le contenu de l’œuvre et les autres ressources numériques mis en relation ou encore les incohérences entre les niveaux d’échelle et les contenus multimédia de précisions hétérogènes disponibles.
Enfin, une esquisse d' »archéologie de l’œuvre » est proposée pour en retrouver la genèse, les modalités du récit et les significations afin de ne pas cantonner cette œuvre à un simple récit de voyage devenu un des modèles de ce genre littéraire.
url consultable (e)space & fiction : http://spacefiction.wordpress.com/

Eric Leroy, Géomaticien et Mélanie Foucault, Archéogéographe, Service archéologique de la ville de Lyon : Poster Gestion et valorisation des cartes et plans anciens au service archéologique de la ville de Lyon

Présentation du projet SIG ALYAS, en particulier le volet gestion des cartes et plans anciens et valorisation dans le cadre de l’archéologie préventive et de l’analyse territoriale.
Éric Leroy, Données archéologiques et cartes anciennes au service de la restitution d’éléments urbains anciens (1/2)
Mélanie Foucault, La constitution de fonds de référence géoréférencés (2/2)

Vendredi 5 octobre 2012

9h45 Claire-Charlotte Butez, Ingénieure d’études en traitement, analyse et représentation de l’information spatiale au CNRS, LARHRA, UMR 5190, Lyon : Informations historiques, lieux et représentations : Retour d’expérience sur le projet SyMoGIH

Projet en plein développement, conçu par une équipe mêlant les compétences en sciences historiques, informatique et géomatique, le SYstème MOdulaire de Gestion de l’Information Historique (SyMoGIH) se propose de développer et de diffuser une nouvelle méthode, à la fois individuelle et collective, de gestion et d’exploitation de l’information historique et géographique. Dans ce projet, l’équipe a considéré la localisation de l’information historique comme une question majeure et par conséquent a développé et intégré un gazetteer dans le système SyMoGIH.
Cette présentation sera l’occasion de décrire la modélisation de ce système d’information géo-historique collaboratif et cumulatif et d’illustrer plus particulièrement la façon dont a été conçue la relation entre les informations historiques, les lieux et leurs représentations cartographiques.
url consultatble : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/Pole_Methodes/SyMoGIH_fr.php

10h30 Christian Kaiser, 361DEGRES, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut de géographie : Cartographie interactive d’illustrations de récits de voyage : l’expérience du projet Viaticalpes

La base de données en ligne Viatimages contient des centaines d’illustrations anciennes de récits de voyage ainsi que quelques cartes historiques. La plupart de ces illustrations ont été localisées dans l’espace à l’aide de coordonnées ainsi que des termes géographiques relatifs à ces images. L’application en ligne permet de visualiser les illustrations dans leur contexte géographique actuel, à l’aide de cartes interactives et aussi dans un contexte en 3D à l’aide de GoogleEarth. Le moteur de recherche permet de trouver des images directement depuis une carte interactive, ou à travers les termes géographiques. Ces termes géographiques sont classés dans plusieurs catégories. Le développement des aspects géographiques de la bas Viatimages qui est issu du projet Viaticalpes continue en permanence. Un aperçu des développements en route ou planifiés est donné. Ainsi, par exemple une mise en contexte hiérarchique est planifiée en utilisant des entités géographiques ayant une maille spatiale différente.
url consultables : www.unil.ch/viatimages et www.unil.ch/viaticalpes

11h15 Séverine Vilette-Billon et Frédérique Galin, Bibliothécaires, Bibliothèque Clermont Communauté : Le fonds cartographique de la Bibliothèque du Patrimoine : conception d’une exposition virtuelle

Présentation des collections cartographiques de la bibliothèque du Patrimoine (conservation, communication auprès des publics et valorisation). Naissance de projets de numérisation : présentation détaillée du projet du fonds de cartes anciennes sur l’Auvergne et de plans de Clermont. Création et mise en œuvre d’une exposition virtuelle « Quatre siècles de cartographie en Auvergne« .
url consultable : http://cartographie.clermontco.expomuseo.org/

14h00 Laurent Costa, Ingénieur d’études du CNRS, ArScAn UMR 7041 : Inventaire et analyse des cartes anciennes : l’exemple du bassin parisien

La constitution d’un référentiel géo-historique, couplé aux outils de diffusion et d’analyse adéquat peut permettre à des chercheurs des différentes disciplines historiques de travailler ensemble sur un espace géographique commun. Les cartes anciennes sont un des supports privilégiés pour la mise en place des outils.
La notion de référentiel géo-historique renouvèle celle de fonds de carte dans le sens où ces référentiels constituent pour les programmes de recherche historique ayant une dimension spatiale, un des socles élémentaires du partage de données et donc de l’interdisciplinarité. Il s’agit de créer un ensemble de couches de référence basées sur une analyse critique de la documentation en présence qui puisse permettre de spatialiser sur des bases géographiques fiables, des ensembles de données historiques possédant des références géographiques plus ou moins complexes à manipuler.
Mais au-delà de leur constitution, la réflexion doit aussi porter sur leur utilisation et leur diffusion. Pour être pleinement opérationnels, ces outils ne peuvent être dissociés des acteurs de la discipline, qui dialoguent, négocient et possèdent chacun des logiques, des cultures, des outils qui leurs sont propres.
L’examen des modalités de mise en œuvre de ces référentiels géo-historiques dans le contexte de l’archéologie française (GéoPratiq) complété par l’analyse détaillée d’exemples concrets menés dans le Bassin Parisien permet de mettre au jour des lignes directrices collectives et de préciser ce qui est à la base de ces infrastructures qui sont les expressions concrètes et matérielles de ces nouvelles formes d’interdisciplinarité.

14h45 Stéphane Gomis, Professeur d’histoire moderne et Isabelle Langlois, Ingénieure d’études, CHEC, UBP : Des sources archivistiques et ressources cartographiques anciennes au traitement géomatique : la géographie ecclésiastique de l’Auvergne

Apparus aux IVe et Ve siècles, les diocèses de France ont une histoire longue de quinze siècles. Pour autant, la cartographie ecclésiastique est une thématique étudiée depuis peu. Si certains évêques se sont intéressés à la géographie de leur diocèse dès le XVIe siècle, il faut attendre les travaux contemporains du père François de Dainville pour assister à la naissance d’une véritable école. En l’espèce, ses études ouvrent un champ nouveau de la recherche en cartographie dans lequel va notamment s’illustrer le bénédictin dom Jacques Dubois. Nous rappellerons les principaux apports de ces deux savants en nous intéressant tout particulièrement à la situation du Massif central que révèlent ces travaux. Par ailleurs, les sources archivistiques exploitées et les réalisations cartographiques des érudits des XIXe et XXe siècles méritent d’être détaillées.
Nous verrons comment l’ensemble de ces ressources permet au chercheur de proposer, avec les outils géomatiques d’aujourd’hui, des fonds de cartes restituant une géographie historique mouvante. Nous ne manquerons pas également de pointer les aspects qui posent problèmes, notamment ceux liés à la représentation des limites.

15h30 Frédéric Faucon, Maître de conférences en géographie, CERAMAC, UBP : La Cartothèque de la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand : un patrimoine à valoriser

La cartothèque du département de géographie rassemble plus de 20 000 cartes du monde entier. Ce fonds, constitué depuis un siècle par les géographes, et résultant d’épisodes historiques particuliers, représente un important patrimoine peu courant en France. Pendant des décennies les documents ont été stockés sans véritable archivage.
Les géographes ont souhaité mieux conserver et valoriser ce patrimoine. Une équipe-projet (enseignant-chercheur, bibliothécaire, cartographe) a réalisé un cahier des charges permettant d’élaborer un plan d’action s’étalant sur une dizaine d’années (période 2007-2017).
Le projet a débuté en 2008 par un inventaire détaillé du fonds, puis par une restauration de l’ensemble des documents. Il s’est poursuivi par la constitution d’une base de données consultable en ligne. La suite du programme consiste en une numérisation de cartes.
A terme, le souhait de l’équipe est de rendre ce fonds « vivant » en permettant sa consultation par un large public. Sa valorisation passe également par sa présentation, avec par exemple la mise en place d’expositions.