Parution de l’ouvrage collectif « Labellisation et mise en marque des territoires »

Labellisation_34

 

« Labellisation et mise en marque des territoires »

Parution de l’ouvrage collectif, n°34 de la collection du Ceramac aux Presses Universitaires Blaise Pascal, sous la direction de Mauricette Fournier

Lien vers les PUBP

Lien vers la table des matières ici

Un nombre grandissant de territoires cherchent à faire reconnaître, ces dernières années, leurs spécificités culturelles en s’inscrivant dans des démarches de labellisation, voire de véritable mise en marque, sur le modèle des enseignes commerciales qui scandent le quotidien contemporain, de la rue aux écrans. Des enjeux économiques, mais plus encore politiques, territoriaux, identitaires, semblent être à l’origine de ces initiatives pour distinguer la qualité d’un patrimoine, d’un lieu, d’un produit, pour définir son authenticité. Mais cet engouement n’est-il pas sans risques ? Les territoires ne tendent-ils pas ainsi à devenir des « produits », touristiques ou culturels, authentifiés, labellisés, esthétisés, prêts à consommer une fois estampillés ?
Par une approche pluridisciplinaire, les contributeurs de cet ouvrage, confrontant leurs analyses scientifiques et expériences, proposent d’analyser l’expansion de ce phénomène en interrogeant ses motivations (Repli identitaire face à l’angoisse de la banalisation ? Réinvention des identités et reterritorialisation des économies ?), en mettant en lumière ses mécanismes (Par qui sont conduites les procédures de labellisation, pour quel(s) motif(s) ? Comment sont produites et mobilisées les normes sous-jacentes ?) et ses conséquences.

Imaginaire géographique – Exploration du champ géo-littéraire

Journée d’études « Imaginaire géographie  Exploration du champ géo-littéraire »

Mardi 14 octobre 2014 – 9 h-16 h – MSH de Clermont-Ferrand – Amphi 220

Depuis une petite quarantaine d’années, s’est ouvert un champ de recherches, la géographie littéraire, qui tend à se développer depuis les années 1990, en Europe comme en d’autres régions du monde (Lévy, 1989 ; Brosseau, 1996 ; Rosemberg, 2007 ; Bédard et Lahaie, 2008 pour ne mentionner que quelques jalons), et entre en résonance avec l’intérêt contemporain des études littéraires qui redécouvrent l’espace dans les œuvres (Collot, 2011) et/ou s’attachent à en produire une cartographie (Moretti, 2000 ; Piatti, 2012 ), qu’expérimentent aussi quelques géographes (Semmoud et Troin, 2012).

A contrario, la géographie de la littérature, que certains géographes appellent de leurs vœux (ainsi Brosseau, 2002, Molina, 2010, 2014 après Frémont, 1976), a été encore peu systématiquement explorée : il s’agit, dans ce cas, de s’intéresser aux rapports entre littérature et société, aux contextes socio-spatiaux de production et d’appropriation des faits littéraires, depuis la valorisation de la ressource littéraire pour le développement des territoires jusqu’à la réception des œuvres par les populations concernées.

Cette journée d’étude se propose d’explorer le panorama des recherches associant géographie et littérature par des approches à la fois théoriques, méthodologiques et empiriques, élaborées dans divers contextes nationaux (Canada, Espagne, France, Italie).

Programme

  • « Introduction à la journée d’études : panorama du champs géo-littéraire » – Mauricette Fournier, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
  • « Marginalités romanesques : réflexions géographiques à partir d’exemples littéraires francais et italiens » – Marina Marengo, Université de Sienne, Italie
  • « La géographicité de Josep Pla. Proposition de classement des textes et quelques applications à partir de Cadaqués (1947) » – Rosa catala, Université de Barcelone, Espagne
  • « Tourisme et littérature : l’expérience des lieux pour reli(re) l’œuvre et reli(er) les lieux » – Aurore Bonniot, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
  • « Entre témoignage et conte : la littérature du lieu pour ses habitants et ses visiteurs » – Pierre-Mathieu Le Bel, Université du Québec à Montréal, Canada

Affiche :  http://ceramac.univbpclermont.fr/sites/ceramac.univbpclermont.fr/IMG/pdf/Affiche_Imaginaire_Geographique.pdf

Appel à texte « Ce que le musée fait à la littérature »

Appel à texte

Ce que le musée fait à la littérature.  Muséalisation et exposition du littéraire

Pour un  numéro de la revue

 Interférences littéraires/Literaire interferenties

Les contributions qui se proposeront d’approcher la thématique sous un angle pluri- et interdisciplinaire en combinant sociologie, histoire littéraire, histoire culturelle, histoire de l’art et/ou muséologie seront privilégiées, au même titre que les approches comparatives impliquant des espaces nationaux et/ou linguistiques différents.

La longueur des articles devrait idéalement être de 30.000 à 50.000 signes (espaces et notes compris).

Propositions à retourner avant le 21 juin 2014 à Marie-Clémence Régnier (marieclemenceregnier@hotmail.com) et à David Martens (david.martens@arts.kuleuven.be).

Pour plus d’informations :

L’appel sur Fabula : http://www.fabula.org/actualites/ce-que-le-musee-fait-la-litteraturemusealisation-et-exposition-du-litteraire_62878.php

Site de la revue : http://interferenceslitteraires.be/node/313

Appel à contribution : Sociopoétique du Val de Loire

Université du Temps Libre (Université d’Orléans) organise les 22 et 23 mai 2014 un colloque sur le thème : Sociopoétique du Val de Loire

Ce colloque voudrait éclairer les liens qui unissent les œuvres et la culture locale, les paysages et les pratiques, les croyances, les interactions et les représentations sociales. Ce qui peut s’envisager dans une direction ou dans l’autre, de l’écrivain(e) vers le terroir ou des pratiques culturelles vers la littérature. On pourra donc étudier l’imprégnation d’un(e) auteur(e) par le milieu, ou montrer comment une pratique culturelle est déclinée dans des œuvres diverses au long de l’histoire.

Les propositions de communication sont à adresser avant le 23 février 2014 à : fleguennec@gmail.com

Information complète sur calenda : « Socio-poétique du Val de Loire », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 30 janvier 2014, http://calenda.org/274705

Prolongement LIDO : étude et valorisation du « Voyage en Auvergne » d’Etienne-Jean Delécluze

Acquis en 2010  par le musée d’art Roger-Quilliot [MARQ] de Clermont-Ferrand, cet album inédit rassemble  soixante-douze dessins réalisés par Étienne-Jean Delécluze (1781-1863), à l’occasion d’un voyage en Auvergne en 1821. Il s’accompagnés d’un carnet de notes.

En 1821, Étienne-Jean Delécluze parcourut l’Auvergne pendant cinq mois, voyage qu’il raconta plus tard dans ses mémoires Souvenirs de soixante années (en ligne sur Gallica) en précisant qu’il y réalisa 120 dessins. L’album acquis par le MARQ contient des panoramas sur les puys,  des représentations des autres massifs volcaniques auvergnats, des phénomènes géologiques, des vues de villes et de villages ( pour en voir quelques exemples).

Une convention a été passée entre la bibliothèque numérique de Clermont-Université et le MARQ (Ville de Clermont-Ferrand) pour la numérisation de l’album et du carnet. Nous nous proposons maintenant de constituer une équipe pluri-disciplinaire pour géolocaliser, étudier et valoriser ces documents, à partir notamment de la création d’une plate-forme numérique.

Delecluze_Auvergne_6-80e00

« Lieux d’appartenance », appel à articles pour la revue numérique The Postcolonialist

La revue numérique The Postcolonialist  qui publie des articles dans une diversité de disciplines, (notamment en linguistique, en littérature, en sciences politiques, en communication, en anthropologie, en sociologie, en arts visuels, en arts de la performance et en cinéma) lance un appel à articles pour  un dossier scientifique  : « Lieux d’appartenance ».

Les articles devront explorer les façons dont les espaces (linguistiques, physiques, artistiques, politiques ou sociaux) d’appartenance se construisent et se déconstruisent à l’ère de la mondialisation, de la technologie numérique et des migrations de masse. Il s’agit de problématiser et de dépasser les cadres traditionnels de l’appartenance, pour rendre compte des nouveaux sites (réels, appropriés, virtuels ou imaginaires) de nationalité et de citoyenneté, dans le contexte d’une géographie postcoloniale.

La date-limite de soumission d’articles pour le prochain numéro est le 14 février 2014  à adresser à : editorinchief@postcolonialist.com.

Pour de l’information supplémentaire, voir la page de « Soumissions » sur le site web : http://postcolonialist.com/about/submissions/soumissions/;

Url de référence : http://postcolonialist.com

 

Information complète sur Fabulahttp://www.fabula.org/actualites/lieux-d-appartenance_60370.php

Appel à communication « Patrimoine et Humanités numériques »

Patrimoine et Humanités numériques

 MSH-Alpes, Grenoble  10 juin 2014  -12 juin 2014

Colloque Interdisciplinaire en Lettres, Arts et Sciences humaines, organisé par Cécile Meynard (MSH-Alpes/Université Stendhal-Grenoble3), Thomas Lebarbé (Université Stendhal-Grenoble3) et Sandra Costa (Université Pierre Mendès-France).

Ce colloque interdisciplinaire et international a pour objectif de rapprocher et confronter deux notions actuellement très en vogue, celle de patrimoine, et celle d’humanités numériques. Le patrimoine, en tant que biens partagés par une communauté et qui fondent son identité culturelle, est aujourd’hui à prendre au sens le plus large, et concerne aussi bien les SHS traditionnelles (histoire, littérature, linguistique, art et architecture…) que, depuis les années 1970, des domaines parfois moins évidents pour le public mais non moins intéressants : à côté du patrimoine culturel et artistique, on souhaite aujourd’hui valoriser le patrimoine industriel, rural, etc. Les humanités numériques, prises comme domaine de recherche et d’enseignement faisant interagir différentes disciplines, l’informatique, les lettres et arts, et plus généralement les sciences humaines et sociales, proposent des méthodes, pratiques et outils numériques au service des objets d’étude traditionnels, mais aussi de nouveaux objets d’étude et de nouvelles approches théoriques et analytiques. En ce sens, on pourra s’interroger sur l’apport spécifique des humanités numériques, pour valoriser et diffuser un patrimoine donné. Quel peut être l’intérêt du numérique par rapport aux approches traditionnelles du point de vue muséographique, ethnologique, littéraire, linguistique, etc.? De quelle manière les humanités numériques peuvent-elles contribuer à un développement plus démocratique de la culture (sciences citoyennes ?) et comment leur apport peut-il s’organiser à une échelle internationale ? Avec quels enjeux ?

Elles permettent sans doute une transformation du regard sur l’objet patrimonial, voire une multiplication des approches de cet objet, ou des interactions entre ces approches.

Il s’agit aujourd’hui de mesurer la transformation conceptuelle de l’objet lui-même en même temps qu’elles le rendent accessible et compréhensible, en prenant en compte les nouveaux objets patrimoniaux, relevant parfois du patrimoine immatériel (à côté des chants, danses, expressions orales, fêtes et rituels, les sites, blogs et autres données liées aux nouveaux réseaux sociaux constituent sans aucun doute désormais des objets patrimoniaux inédits, qui suscitent d’ores et déjà l’intérêt des chercheurs, mais aussi du public).

Les propositions de communications, d’une quinzaine de lignes maximum, accompagnées d’un CV (1 page maximum) doivent être envoyées aux organisateurs à l’adresse suivante :cecile.meynard@gmail.com avant le 20 janvier 2013.

 Information sur Fabula : 

http://www.fabula.org/actualites/colloquepatrimoine-et-humanites-numeriques_60131.php

 

« Littérature et développement des territoires », appel à contribution pour un numéro thématique de la revue Territoire en mouvement

La revue Territoire en mouvement lance un appel à textes pour un numéro sur la thématique « Littérature et développement des territoires ». L’objectif de ce numéro est d’appréhender selon quelles modalités la littérature est appropriée, mobilisée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels comme immatériels, par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique pouvant contribuer au développement des territoires. Les entrées sur la thématique issues de disciplines autres que la géographie sont les bienvenues, à condition de bien mettre en avant la dimension spatiale des objets étudiés et de se conformer à la ligne éditoriale de la revue.

Appel à textes

Depuis une petite quarantaine d’années, s’est ouvert un champ de recherches, la géographie littéraire, qui tend à se développer depuis les années 90, en Europe comme en d’autres régions du monde (Lévy, 1989 ; Brosseau, 1996 ; Rosemberg, 2007 ; Bédard et Lahaie, 2008 pour ne mentionner que quelques jalons), et entre en résonance avec l’intérêt contemporain des études littéraires qui redécouvrent l’espace dans les œuvres (Collot, 2011) et/ou s’attachent à en produire une cartographie (Moretti, 2000 ; Piatti, 2012).

A contrario la géographie de la littérature, que certains géographes appellent de leurs vœux (ainsi Brosseau, 2002, Molina, 2010, 2014 après Frémont, 1976), a été encore peu systématiquement explorée : il s’agit dans ce cas de s’intéresser aux rapports entre littérature et société, aux contextes socio-spatiaux de production et d’appropriation des faits littéraires.

Or, de la métropole au village, des acteurs de plus en plus nombreux (associations, élus, institutions patrimoniales, professionnels du livre, du tourisme, de l’architecture et de l’urbanisme …) s’emparent des œuvres, des livres et des écrivains pour construire des projets d’aménagement et de développement, à vocation culturelle, identitaire, sociale, économique.

Ces initiatives prennent des formes très variées.
A l’instar de la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde (créée en 1973), du Festival international de la Bande dessinée d’Angoulême (1974), du Salon du livre de Paris (1981) ou des Lecture sous l’arbre du Chambon-sur-Lignon (1991) se multiplient à toutes les échelles des évènements culturels mobilisant les livres et les écrivains dans le but d’animer les territoires. Les écrivains sont de plus en plus sollicités par les collectivités pour faire des lectures ou organiser des ateliers d’écriture, accomplissant alors une mission tant culturelle que sociale. Dans un autre registre, il leur est parfois demandé de travailler en partenariat avec des architectes à l’aménagement des espaces urbains, participant ainsi à une fabrique littéraire de la ville (par exemple, participation des membres de l’Oulipo à des divers projets, comme le tramway de Strasbourg ou la bibliothèque universitaire de Paris VIII, étudiés par Molina).

Sur le modèle longtemps unique de Hay-on-Wye, au Pays de Galles, ont fleuri dans les années 2000, en France comme dans le reste du monde, des « villages du livre » (Seaton, 1999), rassemblant principalement des bouquinistes, associés à des artisans tels que relieurs, doreurs, encadreurs, fabricants de papiers, imprimeries artisanales… Pour sa part l’UNESCO a proposé, dans le cadre du programme Creative Cities Network, lancé en 2004, le label Cité de la Littérature, qui a déjà séduit une grosse demi douzaine de villes dont Edimbourg (2004), Melbourne (2008), Dublin (2010), Reykjavík (2011), et Cracovie (2013).

Regroupées depuis 1997 au sein de la Fédération des maisons d’écrivain et des patrimoines littéraires, les maisons d’écrivain sont aussi en plein essor : plus de la moitié des 185 sites ouverts en France au public ont été créés après 1980 et les chiffres de fréquentation révèlent l’engouement croissant des visiteurs (près d’un million d’entrées en 2011, en hausse d’un tiers par rapport à 2007). La création d’itinéraires littéraires se développe également, de la balade urbaine à la randonnée au long cours, invitant le public à partir sur les traces de l’Ulysse de Joyce à Dublin lors du Bloomsday ou de Stevenson sur les 252 kms du GR 70 reproduisant le Voyage avec un âne dans les Cévennes, à visiter le Louvres sur les pas du héros du Da Vinci Code de Dan Brown ou la Provence de Jean Giono grâce à un ensemble de 25 boucles de petites randonnée (PR) dispersées de Manosque à Sisteron.

Cette série d’exemples, qui pourront être approfondis dans le cadre de cet appel à textes, permet d’illustrer comment la littérature a été appropriée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels (les livres, la maison d’écrivain, sa bibliothèque…) comme immatériels (l’imaginaire des lieux développé dans les œuvres, les traces de l’auteur …) par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique pouvant contribuer au développement des territoires (Colletis et Pecqueur, 2005 ; Gumuchian et Pecqueur, 2007). Elle montre aussi qu’après nombre d’autres objets culturels, la littérature prend sa place dans « l’explosion patrimonialisante » (Gravari-Barbas et Guichard-Anguis, 2003).

Les contributions attendues porteront particulièrement sur les problématiques suivantes :
– Les processus de « mise en littérature » des territoires, de transformation de la ressource littéraire en ressource territoriale. Quels sont des acteurs impliqués ? Comment s’organisent-ils ? Quelles sont leurs représentations des lieux, leurs systèmes de valeurs ? Par qui sont conduites les procédures de valorisation des patrimoines littéraires, pour qui, pour quoi ? Pourquoi certains territoires sont-ils plus enclins que d’autres à s’intéresser à leurs héritages littéraires ? Certains auteurs ou catégories d’écrits se prêtent-ils plus que d’autres à cette valorisation ? Quels critères peuvent expliquer la réussite ou l’échec de telles initiatives ?

– Les enjeux économiques directs ou indirects et la compétitivité des territoires. Peut-on mesurer les conséquences économiques d’une opération de « mise en littérature » du territoire (en terme de ressources financières, d’emplois, de création d’activités) ? Crée-t-elle une rente monopolisée par certains acteurs et territoires au détriment d’autres ? L’enjeu territorial ne réside-t-il pas davantage dans l’affirmation d’une attractivité culturelle que, par exemple, dans la promotion de produits touristiques ? Est-ce que la valorisation de la ressource littéraire bénéficie plus à certains types d’espaces (milieux ruraux, petites villes, métropoles) et pour quelles raisons ?

– La question de la réception (par les habitants et les usagers) ainsi que les enjeux politiques et territoriaux. Quels enjeux politiques, territoriaux, identitaires recouvre la « mise en littérature » d’un espace ? Comment se manifeste l’appropriation de la littérature par le politique, les habitants, les touristes ? Peut-on examiner de façon précise les modalités de construction des images, les mécanismes conduisant à une esthétisation des lieux ? Cette esthétisation littéraire est-elle partagée par les habitants et les visiteurs ?

Territoire en mouvement, revue de géographie et aménagement, accorde un intérêt particulier aux approches interdisciplinaires autant que les approches ouvertes vers d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, sous la condition d’envisager la dimension spatiale et/ou territoriale de l’objet d’étude.

Les propositions et articles sont à envoyer à Mauricette Fournier (Mauricette.FOURNIER@univ-bpclermont.fr) au plus tard le 15 février 2014. Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Après notification de l’accord du comité de rédaction sur la proposition (courant mars 2014), les auteurs devront envoyer avant le 30 juin 2014 un article dont la taille ne dépasse pas 50 000 signes (espaces compris) et rédigé selon le respect des consignes de la note aux auteurs de la revue (http://tem.revues.org/​1379). L’article est évalué en double aveugle.

Calendrier 

Date limite pour l’envoi des propositions d’articles (titre et résumé) : 15 février 2014
Avis du comité de rédaction sur les propositions : mars 2014
Date limite pour l’envoi des articles au comité de rédaction : 30 juin 2014

Contact

Mauricette Fournier
Maître de conférence en géographie
Université Blaise Pascal
CERAMAC
Maison des Sciences de l’Homme
63057 Clermont-Ferrand Cedex 1
Mauricette.FOURNIER@univ-bpclermont.fr

Bibliographie

Bédard M., Lahaie C. (dir.), 2008, Géographie et littérature, Cahiers de Géographie du Québec, 52, n° 147, 150 p.

Brosseau M., 1996, Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, coll. Géographie et cultures, 246 p.

Brosseau M., Cambron M., 2003, Entre géographie et littérature : frontières et perspectives dialogiques, Recherches sociographiques, vol 44, n° 3, pp. 525-547

Colletis G., Pecqueur B., 2005, Révélation de ressources spécifiques et coordination située, Économie et Institutions, 1er et 2nd semestres, pp. 51-74.

Collot M., 2011, Pour une géographie littéraire, n° 8, Littérature, Histoire, Théorie (LHT), publié le 16 mai 2011 [En ligne], URL :http://www.fabula.org/lht/8/8dossier/242-collot

Fremont A., 1976, La Région, espace vécu, Paris, Flammarion, 223 p.

Gravari-Barbas M., Guichard-Anguis, S., (dir.), 2003, Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, PU Paris-Sorbonne, 952 p.

Gumuchian H., Pecqueur B., 2007, La ressource territoriale, Economica, Anthropos, Paris, 248 p.

Molina G., 2010, Les faiseurs de ville et la littérature ; lumières sur un star-system contemporain et ses discours publics. Des usages de la littérature au service de l’action des grands architectes-urbanistes, Thèse de géographie et d’urbanisme, Université Toulouse-le-Mirail.

Molina G., 2014, Lorsque l’imaginaire géographique littéraire déborde les frontières du livre… et s’inscrit dans l’espace , in L. Dupuy, J.-Y.Puyo (dir.),Géographie, langue et textes littéraires : regards croisés sur l’imaginaire géographique, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, à paraître.

Moretti F., 2000, Atlas du roman européen, Paris, Seuil, 235 p.

Piatti B., 2012, Un Atlas littéraire de l’Europe ou comment cartographier des géographies fictives ? In A. Bergé, M. Collot et J. Mottet, Paysages européens et mondialisationwww.geographielitteraire.hypotheses.org.

Seaton A.-V., 1999, Book towns as tourism developments in peripheral areas, in Tourism in Peripheral Areas, International Journal of Tourism Research, vol. 1, 5, pp. 389–399.

Rosemberg M. (dir), 2007, Le roman policier. Lieux et itinéraires, Géographie et Cultures, n° 61, 143 p.

« Fabriquer l’exotique »

« Fabriquer l’exotique »,  Europe – Amérique du Nord, XVIIIe -XXIe siècle

La Revue de la culture matérielle  sollicite des articles pour un numéro spécial sur la construction de l’exotisme. Comment rendre exotique une personne, un objet, un produit, une œuvre d’art ? Comment construire l’étrangeté – ou à l’inverse s’approprier ou domestiquer une chose venue d’ ailleurs ?

Les textes  à envoyer avant le 15 décembre 2013

Suite de l’information sur calenda : « Fabriquer l’exotique », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 15 octobre 2013, http://calenda.org/261916

Colloque LIDO « Dessiner les lieux. Cartographier le monde »

« Dessiner les lieux. Cartographier le monde »

 Colloque international et interdisciplinaire 

14 et 15 novembre 2013

Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, amphi 219

Organisé par le CERAMAC,  CHEC et le CELIS t en partenariat avec les « Rendez-vous du carnet de voyage » et avec les soutiens du Conseil Régional Auvergne, du Conseil Général du Puy-de-Dôme et de la Ville de Clermont-Ferrand, le colloque est porté par une équipe pluridisciplinaire réunie à la MSH de Clermont-Ferrand dans le programme LIDO « Des lieux, des œuvres. Représentations cartographiques, littéraires et iconographiques des lieux et des territoires. Méthodologie pour la construction de corpus » qui rassemble des enseignants-chercheurs du CERAMAC, du CHEC, du CELIS et de l’EHIC.

 AFFICHE DESSINER LES LIEUX_Mise en page 1 (1)

 

Jeudi 14 novembre 2013

A partir de 8 h 30 – Accueil des participants
9 h

Ouverture du colloque par Laurent Rieutort, directeur de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand.
Introduction par Mauricette Fournier (CERAMAC) et Stéphane Gomis (CHEC), responsables du programme MSH-LIDO

Carnets de voyage et reportages graphiques

Modérateur : Annick STOEHR-MONJOU

9 h 30

Pascale ARGOD (U. Bordeaux III), Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards journalistiques et témoignages du réel
Mauricette Fournier (U. Clermont II), Images d’Afghanistan. De l’album photographique au reportage graphique

10 h 30 – Pause café
11 h

Jérôme MORENO (U. Toulouse II), Les carnets de voyage de Miquel Barcelo
Caroline ZIOLKO (ESBAMA/ Montpellier), Henri Cartier-Bresson. Carnets mexicains 1934-1964. Rétrospective ou programmatique ?

12 h 30 – Déjeuner

Pratiques du carnet

Modérateur : Pascale ARGOD

14 h

Brigitte AUBRY (U. Toulouse II), En vous souhaitant un agréable voyage… «  Le journal d’un usager de l’espace » de l’artiste Mira Sanders
Marion DUQUERROY (U. Paris I) et Julie FISCHER (Gertwiller), Le sens de la marche : entretien avec Julie Fischer
Carole LANOIX (U. Lausanne, Suisse), Notes, Notation, Narration : Le carnet de terrain comme carto-ethnographie

15 h 30 – Pause café

Le voyage réinventé

Modérateur : Mauricette FOURNIER

16 h

Olga KAZAKOVA (U. Orel, Russie), L’image de voyage 2D contre l’image 4D : deux panoramas transsibériens de l’Exposition Universelle à Paris en 1900
Fiona LEJOSNE (ENS Lyon), Lieux et espaces dans une compilation vénitienne de récits de voyage et de textes géographiques, les Navigationi et Viaggi de Ramusio
Bridget SHERIDAN (U. Toulouse II), Le chemin de la liberté : la poursuite de la mémoire
Valérie HELMAN (ENSACF/Paris), Représenter la ville vécue : le cas de Tel Aviv

Vendredi 15 novembre 2013

9 h – Accueil

Voyages et cartographie missionnaire

Modérateur : Stéphane GOMIS

9 h 15

Christina KULLBERG (U. Uppsala, Suède), Îles hideuses et belles terres  : Tracer le paysage antillais au début de la colonisation française (Du Tertre)
Jean-Michel VASQUEZ (U. Lyon II), Exploration et mission au Zanguebar

10 h 15 – Pause café
10 h 45

Wendy APPINDANGOYE-N’GUIA KAHMA (U. Paris I), Sur les pas de pieux voyageurs, excursions et cartographie missionnaires au Lesotho au XIXe siècle
Smail ADIL (Djibouti et U. Lyon II), Les cartes des missionnaires en Abyssinie : représenter les confins de l’Orient
Michel LOMPECH (U. Clermont II), Teilhard de Chardin et les voyages

12 h 30 – Déjeuner

Voyages en Gaule et cartographie antique dans la latinité tardive (IVe-VIe s.)

Modérateur : Rémy POIGNAULT

14 h

Delphine ACOLAT (U. Bretagne occidentale), Donner à voir la Gaule par les mots ou par l’image : héritages et acquis des géographes, voyageurs, et cartographes
Carlotta FRANCESCHELLI (U. Clermont II) et Pier Luigi DALL’AGLIO (U. de Bologne, Italie), Des voies de terre aux voies d’eau : la transformation du voyage en Gaule Cisalpine, entre l’Itinerarium Burdigalensis et le témoignage de Sidoine Apollinaire
Annick STOEHR-MONJOU (U. Clermont II), Voyages en Gaule dans les lettres de Sidoine Apollinaire

15 h 30 – Clôture du colloque et pause café

 

Télécharger le programme : http://ceramac.univ-bpclermont.fr/sites/ceramac.univ-bpclermont.fr/IMG/pdf/PROGRAMME_DESSINER_LIEUX.pdf

Appel à contribution : « Villes mortes », dossier pour la revue Sociétés & représentations

Villes mortes

Projet de dossier pour la revue Sociétés & représentations

coordonné par Sébastien Le Pajolec et Bertrand Tillier

Depuis l’époque classique, la ruine est un motif de la mélancolie et un blason du passé ou de l’histoire, dont la littérature et la peinture romantiques ont réactualisé les valeurs et promu le pittoresque, comme l’ont montré les travaux de Roland Mortier (La poétique des ruines en France, 1974) ou Michel Makarius (Ruines, 2004).

Pour autant, par une extension radicale et spectaculaire de la ruine, la ville morte a jusqu’ici peu retenu l’attention, qui puise aux mythes de l’Atlantide (ville engloutie) ou de Sodome et Gomorrhe (villes ruinées et détruites), mais aussi aux découvertes archéologiques de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle (Herculanum ou Pompéi). Du romantisme de Théophile Gautier (Aria Marcella, 1852) au symbolisme de Georges Rodenbach (Bruges-la-Morte, 1892), les villes mortes développent tout au long du XIXe siècle un imaginaire et une poétique de l’archéologie-fiction ou de l’inquiétante étrangeté, dont Freud a exploré en 1907 la signification dans son interprétation de la Gradhiva de Jensen (1903).

Entre refoulement et expression du désir, les villes mortes sont l’envers des mégapoles modernes et le revers de la Grande Ville comme emblème du capitalisme. Rien d’étonnant, dans cette perspective, que Paris consacrée capitale du XIXe siècle (Walter Benjamin) ait été perçue, dans les gravures et les photographies de ses destructions du printemps révolutionnaire de 1871, comme une ville morte, vidée de toute présence humaine, comparée par certains contemporains à l’équivalent moderne de Pompéi.

Promise à un avenir de fantôme, la ville morte procède de l’inconscient urbain, dont les guerres, mais aussi les catastrophes du XXe siècle (Dresde, Hiroshima, Tchernobyl…) ont promu un imaginaire de cités désertées et figées, muséifiées et fétichisées, comme l’a esquissé Mike Davis dans son essai (Dead Cities, 2002). A l’heure du post-modernisme et de la culture de masse, les villes mortes hantent le cinéma, la bande dessinée, la photographie plasticienne, le photoreportage, la peinture et la littérature, dont elles sont bien plus que le décor impressionnant sous l’apparence duquel elles semblent se donner à voir.

Entre histoire des imaginaires et histoire culturelle, histoire littéraire et histoire de l’art, les contributions interrogeront, du XIXe siècle à l’heure actuelle, les représentations sociales de la ville morte, leurs figures, leurs valeurs, leurs supports, leur diffusion et leur réception, entre ruptures et continuités.

Les contributions (35 000 signes, notes et bibliographie comprises) seront soumises au comité de lecture de la revue, au plus tard le 1er septembre 2014. Elles seront conjointement adressées à Sébastien Le Pajolec (seblepajolec@gmail.com) et Bertrand Tillier (tillier-bertrand@orange.fr).

 

Voir sur Fabula : http://www.fabula.org/actualites/villes-mortes_58783.php

Appel à communication «Les territoires du Cinéma»

Appel à communication pour le colloque «Les territoires du Cinéma» organisé à Angers du 21 au 24 janvier 2014

Quatre thèmes  retenus :

  • L’économie et l’industrie du cinéma
  • Tourisme, patrimoine et cinéma
  • Le cinéma : esthétique et poétique du territoire
  • Le cinéma, rempart culturel

Envoi des propositions pour le 16 septembre

Voir l’appel complet : http://www.fabula.org/actualites/les-territoires-du-cinema_58297.php