Rendez-vous en pays perdus-Regards croisés littérature-sciences sociales

AFFICHE PAYS PERDU (1)

Rendez-vous en pays perdus

Regards croisés littérature-sciences sociales

Mardi 23 juin 2015 – MSH de Clermont-Ferrand 

14 h Présentation de la séance

• Mauricette Fournier (CERAMAC) • Sylviane Coyault (CELIS)
14 h 15-15 h 15 Figures du Pays Perdu chez Pierre Jourde

Pays perdu, éloge rugueux d’un espace lisse – Jérôme Cabot, Université Champollion, Albi

Écho littéraire en pays perdu : une étude des résonances et dissonances chez Pierre Jourde et Bernard Jannin – Annie Jouan-Westlund, Université de Cleveland, États-Unis
Pays perdus et littératures de l’exiguïté, un géographe peut-il s’égarer ?– Pierre-Mathieu Le Bel, Université du Québec à Montréal, Canada 
15 h 45-16 h 45 Expression des Pays perdus au prisme des sciences sociales
Pays perdus : questions pour l’écrivain, questions pour les sciences sociales – Pierre Couturier, Université Blaise Pascal, CERAMAC
Les Hébrides extérieures, des îles perdues… et retrouvées par Peter May – Franck Chignier-Riboulon, Université Blaise Pascal, CERAMAC
L’hyper-ruralité : loin des yeux, loin du cœur… de la République – Laurent Bonnard, Université Blaise Pascal
16 h 45-17 h 30 Discussions

Sites pour appels à communications / articles

 

Sciences humaines (francophone)

http://calenda.org/search.html?primary=ftype&ftype=40

Littérature (francophone)

http://www.fabula.org/

Littérature / sciences humaines (anglophone)

http://call-for-papers.sas.upenn.edu/category/interdisciplinary

 

Appel à communication « Literary Second Cities »

 

Literary Second Cities
Åbo Akademi University, Turku, Finland – 20–21 August 2015
Deadline for proposals: 15 March 2015

The Second International Conference of the Helsinki Literature and the City Network (HLCN)

The conference ‘Literary Second Cities’ invites papers on new approaches to the study of literary cities, smaller cities, and cities or portions of cities judged secondary or subordinate in any historical period or part of the world. See attachment or link below for the conference abstract. The deadline for the call for papers is 15 March 2015. The language of the conference is English.
Please send proposals (length approximately 300 words) to <secondcities@abo.fi>.

The keynote speakers are Professor Marc Brosseau, University of Ottawa, and Professor Bart Keunen, University of Ghent. Professor Brosseau has written extensively on literary geographies. He is the author of Des romans-géographes (Paris, 1996). His most recent publications in English include the entry on ‘Literature’ in the International Encyclopedia of Human Geography (2009) and work on the literary geographies of Toronto, as well as on the operation of spatial traps in the fiction of Charles Bukowski. Professor Keunen is an internationally-renowned expert on literary urban studies and the head of the Ghent Urban Studies Team. Among his latest publications are journal articles and book chapters on landscape, narration and contemporary urban design in various settings, and the monographTime and Narration: Chronotopes in Western Narrative Culture (Northwestern University Press, 2011).

Papers on subjects including, but not limited to, the following themes are welcome:
o Literature defining the second city and which cities are to be understood as secondary
o The literature of provincial cities and those which are distant from other urban centres or from today’s globalised megacities
o The literature of cities and city districts that can be understood as shadow partners to major cities: the Left Bank of Paris; South London; Oakland to San Francisco; Salford to Manchester.
o Scaling the city: comparisons between larger and smaller cities
o Scaling the city: shifts between small-scale, localised views and overall perspectives
o Scaling the city: topographic and synoptic views of cities in the light of work by Michel de Certeau, Andreas Huyssen and other theorists
o Second cities in pre-modern literature
o Second cities in African, Asian and Latin-American literatures
o Literature defining the second city and which cities are to be understood as secondary
o Regional urban literatures
o Modes of definition of non-metropolitan or non-primary cities, for example Chicago or Birmingham as working city; Liverpool or Glasgow as primary port of the British Empire
o Former capitals and declined or marginalized cities
o Mobilities (spatial, identity-related) and secondary cities
o Specialized cities (their function deriving from e.g. tourism, a harbour or airport, religion)

Particular sessions on urban literature and scale, otherness and the city ‘second to itself’, Nordic second cities and modernism and literary second cities have already been proposed, and further sessions will be organized on the basis of the final applications.


During the conference, a round table discussion will be held to discuss the development of the network and the possibilities for further cooperation between international scholars in the field of urban literary studies. A peer-reviewed publication on the basis of selected conference papers is planned.

For more information contact:
Jason Finch, Åbo Akademi University (jfinch@abo.fi)
Lieven Ameel, University of Helsinki (lieven.ameel@helsinki.fi)
Markku Salmela, University of Tampere (markku.salmela@uta.fi)

Conference website: http://www.abo.fi/fakultet/hlcn2
Full conference abstract: http://www.abo.fi/fakultet/confabstract
HLCN website: http://blogs.helsinki.fi/hlc-n

 



Contact Email: jfinch@abo.fi
Website: http://www.abo.fi/fakultet/hlcn2 

Parution de l’ouvrage collectif « Labellisation et mise en marque des territoires »

Labellisation_34

 

« Labellisation et mise en marque des territoires »

Parution de l’ouvrage collectif, n°34 de la collection du Ceramac aux Presses Universitaires Blaise Pascal, sous la direction de Mauricette Fournier

Lien vers les PUBP

Lien vers la table des matières ici

Un nombre grandissant de territoires cherchent à faire reconnaître, ces dernières années, leurs spécificités culturelles en s’inscrivant dans des démarches de labellisation, voire de véritable mise en marque, sur le modèle des enseignes commerciales qui scandent le quotidien contemporain, de la rue aux écrans. Des enjeux économiques, mais plus encore politiques, territoriaux, identitaires, semblent être à l’origine de ces initiatives pour distinguer la qualité d’un patrimoine, d’un lieu, d’un produit, pour définir son authenticité. Mais cet engouement n’est-il pas sans risques ? Les territoires ne tendent-ils pas ainsi à devenir des « produits », touristiques ou culturels, authentifiés, labellisés, esthétisés, prêts à consommer une fois estampillés ?
Par une approche pluridisciplinaire, les contributeurs de cet ouvrage, confrontant leurs analyses scientifiques et expériences, proposent d’analyser l’expansion de ce phénomène en interrogeant ses motivations (Repli identitaire face à l’angoisse de la banalisation ? Réinvention des identités et reterritorialisation des économies ?), en mettant en lumière ses mécanismes (Par qui sont conduites les procédures de labellisation, pour quel(s) motif(s) ? Comment sont produites et mobilisées les normes sous-jacentes ?) et ses conséquences.

Parution du N° 2/2014 Belgeo « Arpenter le monde »

couverture_2014_2-small480Arpenter le monde

Ce numéro thématique ( n° 2/2014) de la revue Belgeo reprend un certain nombre de communications présentées lors du colloque international et interdisciplinaire « Dessiner les lieux. Cartographier le monde » organisé les  14 et 15 novembre 2013 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand par  Mauricette Fournier (Ceramac), Stéphane Gomis (CHEC) et  Annick Stoehr-Monjou (CELIS) dans le cadre du programme MSH LIDO.

Lien vers le numéro : http://belgeo.revues.org/

Table des matières :

GEOGRAPHIE, LANGUE ET TEXTES LITTERAIRES ÉCRIRE LE LIEU, FICTIONNALISER L’ESPACE

GÉOGRAPHIE, LANGUE ET TEXTES LITTÉRAIRES ÉCRIRE LE LIEU, FICTIONNALISER L’ESPACE

Vème Colloque luso-hispano-français / Porto/ 23- 24 avril 2015 

Appel à Communications

Depuis le XIXème, et plus précisément des ouvrages de Jules Verne, une certaine osmose entre l’approche géographique et la mise en fiction narrative s’est consolidée et a fait œuvre en littérature. Un souci théorique et thématique « géocritique » s’est fait jour au XXème siècle qui se penche sur des interrogations nouvelles autour des représentations linguistico-littéraires du lieu, et des approches géographiques du fait littéraire aux intersections disciplinaires fécondes.

En effet, la critique littéraire du XXIème siècle hérite de, et renforce une lecture et un descriptif spatial du récit, d’autant plus que l’enracinement et la délimitation purement « nationaux » du phénomène scriptural deviennent problématiques à l’heure de la mondialisation, de l’hybridation des repères et des identités narratives.

Plus que jamais, géographie, langue et littérature ont partie liée dans la perception du lieu ; d’un lieu en tant que constructo, espace façonné, habité, investi symboliquement par l’Homme. Dans cette approche, plusieurs perspectives critiques et lignes de recherche sont venues enrichir et complexifier, voire systématiser, les textes au carrefour du littéraire, du scientifique et du géographique et de l’historique, à savoir la géocritique, l’écocritique, la littérature de voyage ou les études exiliques, entre autres.

Qui plus est, les concepts de géocritique et d’écocritique, du fait de leur relative nouveauté dans le champ d’application littéraire respectif, méritent d’être creusés dans leur portée théorique.

Dans ce sens, nous proposons aux chercheurs que les croisements interdisciplinaires, – dans tous leurs aspects, prolongements et dérives -, intéressent et interpellent, de développer une réflexion scientifique, thématique et critique transversale autour des axes suivants:

1.    Perspective géographique et interdisciplinaire du fait littéraire (imaginaire et récit de voyage, etc.) ;

2.    Caractérisation du géographe-écrivain et écrivains intéressés par le fait géographique;

3.    Jules Verne : textes, territoires et technologies ;

4.    Mise en fiction des lieux ;

5.    Perspective géo- et écocritique du texte littéraire : théories et applications. 

LANGUES DES COMMUNICATIONS :

Les langues de présentation des communications sont le portugais, l’espagnol, le français et l’anglais.

LANGUE POUR NOS DEMARCHES:

Français.

CALENDRIER :

15 janvier 2015 : date limite pour présenter des propositions de communication (20 minutes maximum) (résumé entre 150 et 200 mots).

02 février 2015: date limite pour la réponse du comité scientifique.

1er avril 2015 : programme définitif.

ORGANISATION

José Domingues de Almeida (Un. Porto)

Maria de Fátima Outeirinho (Un. Porto)

 

COLLABORATEURS:

Ana Isabel Moniz (Un. Madère)

Jean-Yves Puyo (Un.Pau et des Pays de l’Adour)

Lionel Dupuy (Un Pau et des Pays de l’Adour)

Maria Hermínia Amado Laurel (Un. Aveiro)

María-Lourdes Cadena (Un. Zaragoza)

María-Pilar Tresaco (Un. Zaragoza)

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE:

Alain Montandon (Un. Blaise-Pascal)

Ana Paula Coutinho (Un. Porto)

Bertrand Westphal (Un. Limoges)

Daniel-Henri Pageaux (Un. Paris III)

Gonçalo Vilas-Boas (Un. Porto)

Jean-Marc Moura (Un. Paris X)

Jean-Michel Margot (NAJVS)

João Carlos dos Santos Garcia (Un. Porto)

Mário Matos (Un. Minho)

Volker Dehs (Chercheur indépendant)

 

 

Envoi des propositions de communications :

Toutes les propositions de communication seront soumises à l’évaluation du Comité scientifique du colloque. Prière d’indiquer l’axe de travail retenu. Les communications admises ne dépasseront pas les 20 minutes.

Afin de soumettre votre proposition de communication, sous forme d’un résumé de 150 à 200 mots accompagné d’un court CV (notice), nous vous prions de nous joindre à l’adresse électronique suivante : ilc@letras.up.pt

 

Inscription

100,00€. Un montant qui assure l’inscription (du 26 février au 15 mars 2015), le dossier, le certificat, les pauses-café et les deux déjeuners.

120,00€ (du 16 mars au 31 mars 2015)

Un dîner du colloque est prévu sur inscription.

 

MODADLITÉ DE PAIEMENT

Merci d’entrer sur https://www.letras.up.pt/gi/por/eventos.asp

EUGEO 2015 « Écritures du rural / Rural writtings »

Appel à communication pour la conférence internationale EUGEO 2015, Budapest, 30 août-2 septembre 2015

« Écritures du rural / Rural writtings »

Les propositions de communication (titres et résumés) sont acceptées en français et en anglais. Devront aussi être mentionnées les coordonnées complètes de/s auteur/s (statut, université et/ou laboratoire de rattachement, adresse postale, adresse mail).

Elles sont à adresser à Mauricette.Fournier@univ-bpclermont.fr et marina.marengo@unisi.it pour le 15 mars 2015

Pour toute information complémentaire, se reporter au site de la conférence :

http://eugeo2015.com/sessions

Texte de l’appel en français

Si, corollaire de l’urbanisation, nombre d’artistes (écrivains, peintres. . ) se sont dès le XIXe siècle emparés de la ville comme objet et scène de leur réflexion sur un monde en construction, il n’en a pas été tout à fait de même pour les espaces ruraux. Force est de constater avec Pierre Bergounioux que, sauf exception, jusqu’à une période relativement récente les représentations des campagnes ont été forgées par les écrits d’une classe dominante (aristocratie, puis bourgeoisie) ; ainsi les conditions de production expliquent-elles largement l’appropriation symbolique des espaces ruraux par diverses idéologies, notamment celle portée par la littérature régionaliste, importante en France (Henry Pourrat, Jean Giono, filmographie de Marcel Pagnol), mais également bien représentée dans d’autres pays (par exemple José María de Pereda en Espagne, ou Patrice Lacombe au Canada, ou Verga et Federigo Tozzi pour l’Italie).
Depuis quelques décennies toutefois, à côté des romans du terroir qui s’inscrivent dans la lignée du courant rustique initié au XIXe siècle et qui rencontrent de vrais succès populaires au vu de l’importance des tirages, émergent un peu partout dans le monde des productions plus exigeantes. Ces écritures qu’alimentent souvent le sentiment de la perte et de la fin d’un certain mode de vie agricole (pour la France on peut citer Miette de Pierre Bergounioux, Les derniers Indiens de Marie-Hélène Lafon, Pays perdu de Pierre Jourde …) explorent aussi les recompositions contemporaines, peu médiatisées, des espaces ruraux (par exemple les albums Rural et Les ignorants d’Étienne Davodeau ou la trilogie Profils paysans de Raymond Depardon) et redéfinissent de nouvelles « régionalités » (terme moins militant et surtout moins connoté dans son lien passéiste au terroir).
Dans cette session nous nous proposons de revisiter le rural et ses représentations à partir des écritures contemporaines (depuis les années 1980), qu’elles s’apparentent à la culture populaire ou à la sphère légitime, afin de dessiner un panorama mondial des campagnes actuelles. Par « écritures » nous entendons la littérature, sous toutes ses formes (romans, autobiographies, bandes dessinées, littérature jeunesse …) mais aussi les productions audio-visuelles (fictions cinématographiques, documentaires, séries télévisées. . . ).

English
If corollary of urbanization, many artists (writers, painters. . ) seized in the nineteenth century the city as object and scene of their reflection on a world under construction, it has not been the same for rural areas. It is clear that, unless exceptions, until relatively recently the countryside’s representations have been shaped by the writings of a ruling class (aristocracy and bourgeoisie); then the production conditions explain largely the symbolic appropriation of rural areas by various ideologies, including the regionalist literature, important in France (Henry Pourrat, Jean Giono, Marcel Pagnol filmography), but also well represented in other countries (eg José María de Pereda in Spain, or Patrice Lacombe in Canada, or Verga and Federigo Tozzi pour l’Italie).
Recent decades, however, beside the « country novels » that follow in line with the rustic current initiated in the nineteenth century and meet real popular success given the importance of printings, emerge productions more demanding. These writings often fed by a sense of loss and the end of a certain agricultural lifestyle (for France we can mention Miette by Pierre Bergounioux, Les Derniers Indiens by Marie-Hélène Lafon, Pays Perdu by Pierre Jourde. . . ) are also exploring the contemporary reconstructions of rural areas, little publicized (eg the graphic novels Rural and Les Ignorants by Etienne Davodeau or the documentary-film Profils Paysans by Raymond Depardon) and redefine a new ‘régionality’ (term as less militant and certainly less connoted in its nostalgic link to the land).
In this session we propose to revisit the rural areas and their representations in the contemporary writings (since the 1980s), in the popular and legitimate cultures in order to draw a global landscape of current countrysides. By ‘writings’ we mean literature in all its forms (novels, autobiographies, comics, children’s literature. . . ) but also audio-visual productions (fiction films, documentaries, TV series. . . ).

Imaginaire géographique – Exploration du champ géo-littéraire

Journée d’études « Imaginaire géographie  Exploration du champ géo-littéraire »

Mardi 14 octobre 2014 – 9 h-16 h – MSH de Clermont-Ferrand – Amphi 220

Depuis une petite quarantaine d’années, s’est ouvert un champ de recherches, la géographie littéraire, qui tend à se développer depuis les années 1990, en Europe comme en d’autres régions du monde (Lévy, 1989 ; Brosseau, 1996 ; Rosemberg, 2007 ; Bédard et Lahaie, 2008 pour ne mentionner que quelques jalons), et entre en résonance avec l’intérêt contemporain des études littéraires qui redécouvrent l’espace dans les œuvres (Collot, 2011) et/ou s’attachent à en produire une cartographie (Moretti, 2000 ; Piatti, 2012 ), qu’expérimentent aussi quelques géographes (Semmoud et Troin, 2012).

A contrario, la géographie de la littérature, que certains géographes appellent de leurs vœux (ainsi Brosseau, 2002, Molina, 2010, 2014 après Frémont, 1976), a été encore peu systématiquement explorée : il s’agit, dans ce cas, de s’intéresser aux rapports entre littérature et société, aux contextes socio-spatiaux de production et d’appropriation des faits littéraires, depuis la valorisation de la ressource littéraire pour le développement des territoires jusqu’à la réception des œuvres par les populations concernées.

Cette journée d’étude se propose d’explorer le panorama des recherches associant géographie et littérature par des approches à la fois théoriques, méthodologiques et empiriques, élaborées dans divers contextes nationaux (Canada, Espagne, France, Italie).

Programme

  • « Introduction à la journée d’études : panorama du champs géo-littéraire » – Mauricette Fournier, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
  • « Marginalités romanesques : réflexions géographiques à partir d’exemples littéraires francais et italiens » – Marina Marengo, Université de Sienne, Italie
  • « La géographicité de Josep Pla. Proposition de classement des textes et quelques applications à partir de Cadaqués (1947) » – Rosa catala, Université de Barcelone, Espagne
  • « Tourisme et littérature : l’expérience des lieux pour reli(re) l’œuvre et reli(er) les lieux » – Aurore Bonniot, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
  • « Entre témoignage et conte : la littérature du lieu pour ses habitants et ses visiteurs » – Pierre-Mathieu Le Bel, Université du Québec à Montréal, Canada

Affiche :  http://ceramac.univbpclermont.fr/sites/ceramac.univbpclermont.fr/IMG/pdf/Affiche_Imaginaire_Geographique.pdf

Appel à communication « Littérature et géographie : l’écriture de l’espace à travers les âges »

Appel à communication pour le colloque international

Littérature et géographie : l’écriture de l’espace à travers les âges
Literature and geography: the writing of space throughout History

Université Jean Moulin – Lyon 3
IETT (Institut d’Etudes Transtextuelles et Transculturelles, EA 4186)
12-13 mars 2015

Propositions de communications (titre + résumé de 20 à 40 lignes, de préférence en anglais), accompagnées d’une courte bio-bibliographie, à adresser à Emmanuelle Peraldo (emmanuelle.peraldo@univ-lyon3.fr ou emmanuelleperaldo@yahoo.fr) avant le 15 mai 2014.

Appel complet sur Fabula : http://www.fabula.org/actualites/colloque-litterature-et-geographie-l-ecriture-de-l-espace-travers-les-ages_61246.php

Appel à communication « Dire la guerre dans la fiction contemporaine de langue française et persane »

Appel à communication pour le colloque international

Dire la guerre dans la fiction contemporaine de langue française et persane

Téhéran-Ispahan, les 7-8 et 10 décembre 2014

Les propositions de communications (300 à 400 mots, accompagnés d’un CV)  à envoyer  à Nahid Shahverdiani  à l’adresse nshahver@ut.ac.ir  au plus tard le 1er juillet 2014.

Information complète sur Fabula : http://www.fabula.org/actualites/dire-la-guerre-dans-la-fiction-contemporaine-de-langue-francaise-et-persane_61955.php

Appel à communication « Représentations contemporaines du travail agricole de 1930 à nos jours »

Appel à communication pour les

Journées organisées par  Passages XX-XXI  et le Laboratoire d’Etudes Rurales, dans le cadre du projet 

« Imaginaires et représentations du travail en région Rhône-Alpes »

Représentations contemporaines du travail agricole de 1930 à nos jours

4 et 5 décembre  2014

Université Lyon 2  – Institut des Sciences de l’Homme

 Résumés à adresser pour le  15 juillet 2014

Complément d’information sur Fabula : http://www.fabula.org/actualites/representations-contemporaines-du-travail-agricole-de-1930-nos-jours_62778.php

Appel à article pour un n°« Sur la guerre des sciences et des lettres » de la revue Synergies

La revue Synergies Royaume-Uni et Irlande invite, dans un esprit interdisciplinaire,toute proposition d’article sur le thème de la guerre des sciences et des lettres. Les articles comparant les situations françaises, britanniques ou irlandaises sont encouragés. Pistes de réflexion : distinction lettres et science ; discours et pouvoir ; être dans le vrai/dire vrai ; institutions et vérité ; savants lecteurs ; influences réciproques ; métaphores scientifiques ; savoirs littéraires / imaginaire scientifique ; connaissance/savoir ; les deux cultures ; l’enseignement, les sciences et les sciences humaines ; dans quelle(s) langue(s) publier la science ?

Les propositions de 300 mots à envoyer au comité de rédaction : synergies.rui@gmail.com et adressés à Aude Campmas  rédactrice en chef adjointe : a.campmas@soton.ac.uk pour le 15 février 2014. 

Information complète sur Calenda : « Sur la guerre des sciences et des lettres », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 30 décembre 2013, http://calenda.org/272020

« Ecriture et territoire », 20-21 juin 2014

La prochaine rencontre LIDO (pluridisciplinaire et internationale) aura lieu les 20-21 juin 2014 sur le thème :  « Ecriture et territoire »,  organisé par le Célis et le Ceramac , avec la participation de collègues littéraires et géographes canadiens et espagnols et la présence des écrivains  Marie Hélène Lafon et Mathieu Riboulet.

Appel à communication « Patrimoine et Humanités numériques »

Patrimoine et Humanités numériques

 MSH-Alpes, Grenoble  10 juin 2014  -12 juin 2014

Colloque Interdisciplinaire en Lettres, Arts et Sciences humaines, organisé par Cécile Meynard (MSH-Alpes/Université Stendhal-Grenoble3), Thomas Lebarbé (Université Stendhal-Grenoble3) et Sandra Costa (Université Pierre Mendès-France).

Ce colloque interdisciplinaire et international a pour objectif de rapprocher et confronter deux notions actuellement très en vogue, celle de patrimoine, et celle d’humanités numériques. Le patrimoine, en tant que biens partagés par une communauté et qui fondent son identité culturelle, est aujourd’hui à prendre au sens le plus large, et concerne aussi bien les SHS traditionnelles (histoire, littérature, linguistique, art et architecture…) que, depuis les années 1970, des domaines parfois moins évidents pour le public mais non moins intéressants : à côté du patrimoine culturel et artistique, on souhaite aujourd’hui valoriser le patrimoine industriel, rural, etc. Les humanités numériques, prises comme domaine de recherche et d’enseignement faisant interagir différentes disciplines, l’informatique, les lettres et arts, et plus généralement les sciences humaines et sociales, proposent des méthodes, pratiques et outils numériques au service des objets d’étude traditionnels, mais aussi de nouveaux objets d’étude et de nouvelles approches théoriques et analytiques. En ce sens, on pourra s’interroger sur l’apport spécifique des humanités numériques, pour valoriser et diffuser un patrimoine donné. Quel peut être l’intérêt du numérique par rapport aux approches traditionnelles du point de vue muséographique, ethnologique, littéraire, linguistique, etc.? De quelle manière les humanités numériques peuvent-elles contribuer à un développement plus démocratique de la culture (sciences citoyennes ?) et comment leur apport peut-il s’organiser à une échelle internationale ? Avec quels enjeux ?

Elles permettent sans doute une transformation du regard sur l’objet patrimonial, voire une multiplication des approches de cet objet, ou des interactions entre ces approches.

Il s’agit aujourd’hui de mesurer la transformation conceptuelle de l’objet lui-même en même temps qu’elles le rendent accessible et compréhensible, en prenant en compte les nouveaux objets patrimoniaux, relevant parfois du patrimoine immatériel (à côté des chants, danses, expressions orales, fêtes et rituels, les sites, blogs et autres données liées aux nouveaux réseaux sociaux constituent sans aucun doute désormais des objets patrimoniaux inédits, qui suscitent d’ores et déjà l’intérêt des chercheurs, mais aussi du public).

Les propositions de communications, d’une quinzaine de lignes maximum, accompagnées d’un CV (1 page maximum) doivent être envoyées aux organisateurs à l’adresse suivante :cecile.meynard@gmail.com avant le 20 janvier 2013.

 Information sur Fabula : 

http://www.fabula.org/actualites/colloquepatrimoine-et-humanites-numeriques_60131.php

 

MONTREAL ET LA METROPOLISATION, Une géographie romanesque, Pierre-Mathieu Lebel

Montréal et la métropolisation… est le résultat d’un travail de géographie littéraire mené par Pierre-Mathieu Lebel, qui vise à aborder un phénomène généralement étudié à travers ses composantes économique et politique?: la métropolisation. L’approche de ce concept passe ici par la ville romanesque, en particulier le Montréal tel qu’on le retrouve dans un corpus de romans publiés entre 2003 et 2006.

MONTREAL ET LA METROPOLISATION

http://www.livresquebecois.com/livre.asp?id=isdpeabybwisdsa&/montreal-et-la-metropolisation/pierre-mathieu-lebel