Rendez-vous en pays perdus-Regards croisés littérature-sciences sociales

AFFICHE PAYS PERDU (1)

Rendez-vous en pays perdus

Regards croisés littérature-sciences sociales

Mardi 23 juin 2015 – MSH de Clermont-Ferrand 

14 h Présentation de la séance

• Mauricette Fournier (CERAMAC) • Sylviane Coyault (CELIS)
14 h 15-15 h 15 Figures du Pays Perdu chez Pierre Jourde

Pays perdu, éloge rugueux d’un espace lisse – Jérôme Cabot, Université Champollion, Albi

Écho littéraire en pays perdu : une étude des résonances et dissonances chez Pierre Jourde et Bernard Jannin – Annie Jouan-Westlund, Université de Cleveland, États-Unis
Pays perdus et littératures de l’exiguïté, un géographe peut-il s’égarer ?– Pierre-Mathieu Le Bel, Université du Québec à Montréal, Canada 
15 h 45-16 h 45 Expression des Pays perdus au prisme des sciences sociales
Pays perdus : questions pour l’écrivain, questions pour les sciences sociales – Pierre Couturier, Université Blaise Pascal, CERAMAC
Les Hébrides extérieures, des îles perdues… et retrouvées par Peter May – Franck Chignier-Riboulon, Université Blaise Pascal, CERAMAC
L’hyper-ruralité : loin des yeux, loin du cœur… de la République – Laurent Bonnard, Université Blaise Pascal
16 h 45-17 h 30 Discussions

Appel à communication « Literary Second Cities »

 

Literary Second Cities
Åbo Akademi University, Turku, Finland – 20–21 August 2015
Deadline for proposals: 15 March 2015

The Second International Conference of the Helsinki Literature and the City Network (HLCN)

The conference ‘Literary Second Cities’ invites papers on new approaches to the study of literary cities, smaller cities, and cities or portions of cities judged secondary or subordinate in any historical period or part of the world. See attachment or link below for the conference abstract. The deadline for the call for papers is 15 March 2015. The language of the conference is English.
Please send proposals (length approximately 300 words) to <secondcities@abo.fi>.

The keynote speakers are Professor Marc Brosseau, University of Ottawa, and Professor Bart Keunen, University of Ghent. Professor Brosseau has written extensively on literary geographies. He is the author of Des romans-géographes (Paris, 1996). His most recent publications in English include the entry on ‘Literature’ in the International Encyclopedia of Human Geography (2009) and work on the literary geographies of Toronto, as well as on the operation of spatial traps in the fiction of Charles Bukowski. Professor Keunen is an internationally-renowned expert on literary urban studies and the head of the Ghent Urban Studies Team. Among his latest publications are journal articles and book chapters on landscape, narration and contemporary urban design in various settings, and the monographTime and Narration: Chronotopes in Western Narrative Culture (Northwestern University Press, 2011).

Papers on subjects including, but not limited to, the following themes are welcome:
o Literature defining the second city and which cities are to be understood as secondary
o The literature of provincial cities and those which are distant from other urban centres or from today’s globalised megacities
o The literature of cities and city districts that can be understood as shadow partners to major cities: the Left Bank of Paris; South London; Oakland to San Francisco; Salford to Manchester.
o Scaling the city: comparisons between larger and smaller cities
o Scaling the city: shifts between small-scale, localised views and overall perspectives
o Scaling the city: topographic and synoptic views of cities in the light of work by Michel de Certeau, Andreas Huyssen and other theorists
o Second cities in pre-modern literature
o Second cities in African, Asian and Latin-American literatures
o Literature defining the second city and which cities are to be understood as secondary
o Regional urban literatures
o Modes of definition of non-metropolitan or non-primary cities, for example Chicago or Birmingham as working city; Liverpool or Glasgow as primary port of the British Empire
o Former capitals and declined or marginalized cities
o Mobilities (spatial, identity-related) and secondary cities
o Specialized cities (their function deriving from e.g. tourism, a harbour or airport, religion)

Particular sessions on urban literature and scale, otherness and the city ‘second to itself’, Nordic second cities and modernism and literary second cities have already been proposed, and further sessions will be organized on the basis of the final applications.


During the conference, a round table discussion will be held to discuss the development of the network and the possibilities for further cooperation between international scholars in the field of urban literary studies. A peer-reviewed publication on the basis of selected conference papers is planned.

For more information contact:
Jason Finch, Åbo Akademi University (jfinch@abo.fi)
Lieven Ameel, University of Helsinki (lieven.ameel@helsinki.fi)
Markku Salmela, University of Tampere (markku.salmela@uta.fi)

Conference website: http://www.abo.fi/fakultet/hlcn2
Full conference abstract: http://www.abo.fi/fakultet/confabstract
HLCN website: http://blogs.helsinki.fi/hlc-n

 



Contact Email: jfinch@abo.fi
Website: http://www.abo.fi/fakultet/hlcn2 

Parution de l’ouvrage collectif « Labellisation et mise en marque des territoires »

Labellisation_34

 

« Labellisation et mise en marque des territoires »

Parution de l’ouvrage collectif, n°34 de la collection du Ceramac aux Presses Universitaires Blaise Pascal, sous la direction de Mauricette Fournier

Lien vers les PUBP

Lien vers la table des matières ici

Un nombre grandissant de territoires cherchent à faire reconnaître, ces dernières années, leurs spécificités culturelles en s’inscrivant dans des démarches de labellisation, voire de véritable mise en marque, sur le modèle des enseignes commerciales qui scandent le quotidien contemporain, de la rue aux écrans. Des enjeux économiques, mais plus encore politiques, territoriaux, identitaires, semblent être à l’origine de ces initiatives pour distinguer la qualité d’un patrimoine, d’un lieu, d’un produit, pour définir son authenticité. Mais cet engouement n’est-il pas sans risques ? Les territoires ne tendent-ils pas ainsi à devenir des « produits », touristiques ou culturels, authentifiés, labellisés, esthétisés, prêts à consommer une fois estampillés ?
Par une approche pluridisciplinaire, les contributeurs de cet ouvrage, confrontant leurs analyses scientifiques et expériences, proposent d’analyser l’expansion de ce phénomène en interrogeant ses motivations (Repli identitaire face à l’angoisse de la banalisation ? Réinvention des identités et reterritorialisation des économies ?), en mettant en lumière ses mécanismes (Par qui sont conduites les procédures de labellisation, pour quel(s) motif(s) ? Comment sont produites et mobilisées les normes sous-jacentes ?) et ses conséquences.

Parution du N° 2/2014 Belgeo « Arpenter le monde »

couverture_2014_2-small480Arpenter le monde

Ce numéro thématique ( n° 2/2014) de la revue Belgeo reprend un certain nombre de communications présentées lors du colloque international et interdisciplinaire « Dessiner les lieux. Cartographier le monde » organisé les  14 et 15 novembre 2013 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand par  Mauricette Fournier (Ceramac), Stéphane Gomis (CHEC) et  Annick Stoehr-Monjou (CELIS) dans le cadre du programme MSH LIDO.

Lien vers le numéro : http://belgeo.revues.org/

Table des matières :

GEOGRAPHIE, LANGUE ET TEXTES LITTERAIRES ÉCRIRE LE LIEU, FICTIONNALISER L’ESPACE

GÉOGRAPHIE, LANGUE ET TEXTES LITTÉRAIRES ÉCRIRE LE LIEU, FICTIONNALISER L’ESPACE

Vème Colloque luso-hispano-français / Porto/ 23- 24 avril 2015 

Appel à Communications

Depuis le XIXème, et plus précisément des ouvrages de Jules Verne, une certaine osmose entre l’approche géographique et la mise en fiction narrative s’est consolidée et a fait œuvre en littérature. Un souci théorique et thématique « géocritique » s’est fait jour au XXème siècle qui se penche sur des interrogations nouvelles autour des représentations linguistico-littéraires du lieu, et des approches géographiques du fait littéraire aux intersections disciplinaires fécondes.

En effet, la critique littéraire du XXIème siècle hérite de, et renforce une lecture et un descriptif spatial du récit, d’autant plus que l’enracinement et la délimitation purement « nationaux » du phénomène scriptural deviennent problématiques à l’heure de la mondialisation, de l’hybridation des repères et des identités narratives.

Plus que jamais, géographie, langue et littérature ont partie liée dans la perception du lieu ; d’un lieu en tant que constructo, espace façonné, habité, investi symboliquement par l’Homme. Dans cette approche, plusieurs perspectives critiques et lignes de recherche sont venues enrichir et complexifier, voire systématiser, les textes au carrefour du littéraire, du scientifique et du géographique et de l’historique, à savoir la géocritique, l’écocritique, la littérature de voyage ou les études exiliques, entre autres.

Qui plus est, les concepts de géocritique et d’écocritique, du fait de leur relative nouveauté dans le champ d’application littéraire respectif, méritent d’être creusés dans leur portée théorique.

Dans ce sens, nous proposons aux chercheurs que les croisements interdisciplinaires, – dans tous leurs aspects, prolongements et dérives -, intéressent et interpellent, de développer une réflexion scientifique, thématique et critique transversale autour des axes suivants:

1.    Perspective géographique et interdisciplinaire du fait littéraire (imaginaire et récit de voyage, etc.) ;

2.    Caractérisation du géographe-écrivain et écrivains intéressés par le fait géographique;

3.    Jules Verne : textes, territoires et technologies ;

4.    Mise en fiction des lieux ;

5.    Perspective géo- et écocritique du texte littéraire : théories et applications. 

LANGUES DES COMMUNICATIONS :

Les langues de présentation des communications sont le portugais, l’espagnol, le français et l’anglais.

LANGUE POUR NOS DEMARCHES:

Français.

CALENDRIER :

15 janvier 2015 : date limite pour présenter des propositions de communication (20 minutes maximum) (résumé entre 150 et 200 mots).

02 février 2015: date limite pour la réponse du comité scientifique.

1er avril 2015 : programme définitif.

ORGANISATION

José Domingues de Almeida (Un. Porto)

Maria de Fátima Outeirinho (Un. Porto)

 

COLLABORATEURS:

Ana Isabel Moniz (Un. Madère)

Jean-Yves Puyo (Un.Pau et des Pays de l’Adour)

Lionel Dupuy (Un Pau et des Pays de l’Adour)

Maria Hermínia Amado Laurel (Un. Aveiro)

María-Lourdes Cadena (Un. Zaragoza)

María-Pilar Tresaco (Un. Zaragoza)

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE:

Alain Montandon (Un. Blaise-Pascal)

Ana Paula Coutinho (Un. Porto)

Bertrand Westphal (Un. Limoges)

Daniel-Henri Pageaux (Un. Paris III)

Gonçalo Vilas-Boas (Un. Porto)

Jean-Marc Moura (Un. Paris X)

Jean-Michel Margot (NAJVS)

João Carlos dos Santos Garcia (Un. Porto)

Mário Matos (Un. Minho)

Volker Dehs (Chercheur indépendant)

 

 

Envoi des propositions de communications :

Toutes les propositions de communication seront soumises à l’évaluation du Comité scientifique du colloque. Prière d’indiquer l’axe de travail retenu. Les communications admises ne dépasseront pas les 20 minutes.

Afin de soumettre votre proposition de communication, sous forme d’un résumé de 150 à 200 mots accompagné d’un court CV (notice), nous vous prions de nous joindre à l’adresse électronique suivante : ilc@letras.up.pt

 

Inscription

100,00€. Un montant qui assure l’inscription (du 26 février au 15 mars 2015), le dossier, le certificat, les pauses-café et les deux déjeuners.

120,00€ (du 16 mars au 31 mars 2015)

Un dîner du colloque est prévu sur inscription.

 

MODADLITÉ DE PAIEMENT

Merci d’entrer sur https://www.letras.up.pt/gi/por/eventos.asp

FIG 2015 Les territoires de l’imaginaire — utopies, représentations, prospective

Appel à contribution

Festival International de Géographie – Saint-Dié-des-Vosges – 26e édition 2-3-4 octobre 2015

Les territoires de l’imaginaire — utopies, représentations, prospective

Pays invité : L’Australie

Texte de l’appel : http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/images/00_Homepage/actu_2015/Appel_geographes_FIG_2015.pdf

Toutes les informations sur le site du FIG : http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/

Representations of Rurality in Crime Fiction and Media Culture” , Belfast, 15-16 juin, 2015)

Appel à communication

Representations of Rurality in Crime Fiction and Media Culture”

Queen’s University Belfast, June 15-16, 2015

The two day Symposium in June is supported by the Institute for Collaborative Research in the Humanities at Queen’s University and its 2014/15 theme of ‘Creativity in Imagined and Material Worlds’. It will bring together studies in crime fiction and media culture looking at a variety of outlets such as fiction, film, television, comics, games and many others with the concept of ‘rurality’. Here interdisciplinary papers are welcomed, but not contained to, Anthropology, Modern Languages, English, Film and Media Studies, History, Cultural Studies, Historical/Cultural Geography, Sociology, Spatial Planning. By bringing together an interdisciplinary group we might ask, therefore, how cultural constructions of the rural often ‘set the scene’ for crime fiction. For example It is obvious in the “noir” genre that an important (counter-) cultural current of strong, yet ambivalent representations of the rural runs throughout its landmark depictions of dark cities and hostile landscapes.

Idealised as the contrapuntic setting of an Idyllic, prelapsian, vision of community in culturally pessimistic tales of the criminal big city, or, on the contrary, mythified as a site of primal terror and unspeakable backwardness in “backwoods noir” fiction , the” rural” is an important horizon of the crime genre and all of its subgenres. It often sets the scene in modern, Scandinavian crime fiction; it informs the Geography of golden age mysteries, frequently set on big, remote, estates, on secluded islands and other cut-off locations. Even the mystery books of Enid Blyton, have children experiencing adventures ‘in’ the rural in a world away from adults; or gothic-inspired books and television series such as ‘Jamaica Inn’, where a brooding, rural backdrop provides an avenue into a darker, Cornish world. TV series recycle in imaginative ways such tropes, as evidenced in the recent Channel Four series ‘Glue’ where the not so idyllic aspects of rural teenage hood as rural ‘others’ are depicted thus drawing on Philo’s ‘Neglected Rural Others’. The rural idyll/anti idyll can be explored, for example, as within the backward, depraved world depicted in the U.S. film ‘Deliverance’, or ‘Cider House Rules’
The Symposium will provide a forum for concerted thinking around the ‘setting the scene’ theme and the relationships that might be explored. Thus the theme will not only offer an avenue for new readings into the canon of crime fiction and its satellites, from Conan Doyle to Faulkner, to Williams, to Upfield and D.O.A.; it can aid in thinking through conceptualizations and interdisciplinary collaborations. The Symposium will provide the opportunity to think through conceptualizations. The work of Raymond Williams (1973) might be usefully interrogated and the ways in which the country/city as counterpoint inform the development of narrative and plot; the spatial scales of the emotional, local, international within an increasing post-modern world and their manifestation in media culture might be discussed. Here, Bourdieu’s concepts such as those of Field and Habitus might also be fruitfully explored for the dominant norms and expressions presented in UK crime drama such as Midsummer Murders or Johnathan Creek, both set in and drawing on stereo-typical visions of rural locales’.
This conference will foreground the rural within crime and media culture. We could consider for example filmic representations of concepts of attachment and belonging to place. Here we might think about the Irish Film ‘The Field’, and how it depicts generational attachment to farming and the land through the crime embedded in the narrative. Or we might consider how crime fiction leads to the commodification and place-marketing of rural places via cultural planning and through, ‘trails’ taking the visitor through, the “crimes” of Robin Hood and his retreat into the Forest, stories of Highwaymen such as Dick Turpin, the Wild West, or more recently Scandinavian Crime fiction.
Thus the ‘Setting the Scene’ theme should be interpreted extensively within and beyond the themes mentioned. The Symposium provides an opportunity to tap into existing and new research ideas and develop exciting interdisciplinary research collaborations for the future.

GUEST SPEAKERS
Professor Paul Cloke, University of Exeter (invited)
Professor Benoît Tadié, University of Rennes (invited)

Deadline : Please send Abstracts by the 15th of January

Information complète sur Calenda : « Representations of Rurality in Crime Fiction and Media Culture », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 02 décembre 2014, http://calenda.org/306432

Imaginaire géographique – Exploration du champ géo-littéraire

Journée d’études « Imaginaire géographie  Exploration du champ géo-littéraire »

Mardi 14 octobre 2014 – 9 h-16 h – MSH de Clermont-Ferrand – Amphi 220

Depuis une petite quarantaine d’années, s’est ouvert un champ de recherches, la géographie littéraire, qui tend à se développer depuis les années 1990, en Europe comme en d’autres régions du monde (Lévy, 1989 ; Brosseau, 1996 ; Rosemberg, 2007 ; Bédard et Lahaie, 2008 pour ne mentionner que quelques jalons), et entre en résonance avec l’intérêt contemporain des études littéraires qui redécouvrent l’espace dans les œuvres (Collot, 2011) et/ou s’attachent à en produire une cartographie (Moretti, 2000 ; Piatti, 2012 ), qu’expérimentent aussi quelques géographes (Semmoud et Troin, 2012).

A contrario, la géographie de la littérature, que certains géographes appellent de leurs vœux (ainsi Brosseau, 2002, Molina, 2010, 2014 après Frémont, 1976), a été encore peu systématiquement explorée : il s’agit, dans ce cas, de s’intéresser aux rapports entre littérature et société, aux contextes socio-spatiaux de production et d’appropriation des faits littéraires, depuis la valorisation de la ressource littéraire pour le développement des territoires jusqu’à la réception des œuvres par les populations concernées.

Cette journée d’étude se propose d’explorer le panorama des recherches associant géographie et littérature par des approches à la fois théoriques, méthodologiques et empiriques, élaborées dans divers contextes nationaux (Canada, Espagne, France, Italie).

Programme

  • « Introduction à la journée d’études : panorama du champs géo-littéraire » – Mauricette Fournier, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
  • « Marginalités romanesques : réflexions géographiques à partir d’exemples littéraires francais et italiens » – Marina Marengo, Université de Sienne, Italie
  • « La géographicité de Josep Pla. Proposition de classement des textes et quelques applications à partir de Cadaqués (1947) » – Rosa catala, Université de Barcelone, Espagne
  • « Tourisme et littérature : l’expérience des lieux pour reli(re) l’œuvre et reli(er) les lieux » – Aurore Bonniot, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
  • « Entre témoignage et conte : la littérature du lieu pour ses habitants et ses visiteurs » – Pierre-Mathieu Le Bel, Université du Québec à Montréal, Canada

Affiche :  http://ceramac.univbpclermont.fr/sites/ceramac.univbpclermont.fr/IMG/pdf/Affiche_Imaginaire_Geographique.pdf

Appel à communication « Dire la guerre dans la fiction contemporaine de langue française et persane »

Appel à communication pour le colloque international

Dire la guerre dans la fiction contemporaine de langue française et persane

Téhéran-Ispahan, les 7-8 et 10 décembre 2014

Les propositions de communications (300 à 400 mots, accompagnés d’un CV)  à envoyer  à Nahid Shahverdiani  à l’adresse nshahver@ut.ac.ir  au plus tard le 1er juillet 2014.

Information complète sur Fabula : http://www.fabula.org/actualites/dire-la-guerre-dans-la-fiction-contemporaine-de-langue-francaise-et-persane_61955.php

Appel à communication « Représentations contemporaines du travail agricole de 1930 à nos jours »

Appel à communication pour les

Journées organisées par  Passages XX-XXI  et le Laboratoire d’Etudes Rurales, dans le cadre du projet 

« Imaginaires et représentations du travail en région Rhône-Alpes »

Représentations contemporaines du travail agricole de 1930 à nos jours

4 et 5 décembre  2014

Université Lyon 2  – Institut des Sciences de l’Homme

 Résumés à adresser pour le  15 juillet 2014

Complément d’information sur Fabula : http://www.fabula.org/actualites/representations-contemporaines-du-travail-agricole-de-1930-nos-jours_62778.php

« Ecriture et territoire », 20-21 juin 2014

La prochaine rencontre LIDO (pluridisciplinaire et internationale) aura lieu les 20-21 juin 2014 sur le thème :  « Ecriture et territoire »,  organisé par le Célis et le Ceramac , avec la participation de collègues littéraires et géographes canadiens et espagnols et la présence des écrivains  Marie Hélène Lafon et Mathieu Riboulet.

« Lieux d’appartenance », appel à articles pour la revue numérique The Postcolonialist

La revue numérique The Postcolonialist  qui publie des articles dans une diversité de disciplines, (notamment en linguistique, en littérature, en sciences politiques, en communication, en anthropologie, en sociologie, en arts visuels, en arts de la performance et en cinéma) lance un appel à articles pour  un dossier scientifique  : « Lieux d’appartenance ».

Les articles devront explorer les façons dont les espaces (linguistiques, physiques, artistiques, politiques ou sociaux) d’appartenance se construisent et se déconstruisent à l’ère de la mondialisation, de la technologie numérique et des migrations de masse. Il s’agit de problématiser et de dépasser les cadres traditionnels de l’appartenance, pour rendre compte des nouveaux sites (réels, appropriés, virtuels ou imaginaires) de nationalité et de citoyenneté, dans le contexte d’une géographie postcoloniale.

La date-limite de soumission d’articles pour le prochain numéro est le 14 février 2014  à adresser à : editorinchief@postcolonialist.com.

Pour de l’information supplémentaire, voir la page de « Soumissions » sur le site web : http://postcolonialist.com/about/submissions/soumissions/;

Url de référence : http://postcolonialist.com

 

Information complète sur Fabulahttp://www.fabula.org/actualites/lieux-d-appartenance_60370.php

« Littérature et développement des territoires », appel à contribution pour un numéro thématique de la revue Territoire en mouvement

La revue Territoire en mouvement lance un appel à textes pour un numéro sur la thématique « Littérature et développement des territoires ». L’objectif de ce numéro est d’appréhender selon quelles modalités la littérature est appropriée, mobilisée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels comme immatériels, par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique pouvant contribuer au développement des territoires. Les entrées sur la thématique issues de disciplines autres que la géographie sont les bienvenues, à condition de bien mettre en avant la dimension spatiale des objets étudiés et de se conformer à la ligne éditoriale de la revue.

Appel à textes

Depuis une petite quarantaine d’années, s’est ouvert un champ de recherches, la géographie littéraire, qui tend à se développer depuis les années 90, en Europe comme en d’autres régions du monde (Lévy, 1989 ; Brosseau, 1996 ; Rosemberg, 2007 ; Bédard et Lahaie, 2008 pour ne mentionner que quelques jalons), et entre en résonance avec l’intérêt contemporain des études littéraires qui redécouvrent l’espace dans les œuvres (Collot, 2011) et/ou s’attachent à en produire une cartographie (Moretti, 2000 ; Piatti, 2012).

A contrario la géographie de la littérature, que certains géographes appellent de leurs vœux (ainsi Brosseau, 2002, Molina, 2010, 2014 après Frémont, 1976), a été encore peu systématiquement explorée : il s’agit dans ce cas de s’intéresser aux rapports entre littérature et société, aux contextes socio-spatiaux de production et d’appropriation des faits littéraires.

Or, de la métropole au village, des acteurs de plus en plus nombreux (associations, élus, institutions patrimoniales, professionnels du livre, du tourisme, de l’architecture et de l’urbanisme …) s’emparent des œuvres, des livres et des écrivains pour construire des projets d’aménagement et de développement, à vocation culturelle, identitaire, sociale, économique.

Ces initiatives prennent des formes très variées.
A l’instar de la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde (créée en 1973), du Festival international de la Bande dessinée d’Angoulême (1974), du Salon du livre de Paris (1981) ou des Lecture sous l’arbre du Chambon-sur-Lignon (1991) se multiplient à toutes les échelles des évènements culturels mobilisant les livres et les écrivains dans le but d’animer les territoires. Les écrivains sont de plus en plus sollicités par les collectivités pour faire des lectures ou organiser des ateliers d’écriture, accomplissant alors une mission tant culturelle que sociale. Dans un autre registre, il leur est parfois demandé de travailler en partenariat avec des architectes à l’aménagement des espaces urbains, participant ainsi à une fabrique littéraire de la ville (par exemple, participation des membres de l’Oulipo à des divers projets, comme le tramway de Strasbourg ou la bibliothèque universitaire de Paris VIII, étudiés par Molina).

Sur le modèle longtemps unique de Hay-on-Wye, au Pays de Galles, ont fleuri dans les années 2000, en France comme dans le reste du monde, des « villages du livre » (Seaton, 1999), rassemblant principalement des bouquinistes, associés à des artisans tels que relieurs, doreurs, encadreurs, fabricants de papiers, imprimeries artisanales… Pour sa part l’UNESCO a proposé, dans le cadre du programme Creative Cities Network, lancé en 2004, le label Cité de la Littérature, qui a déjà séduit une grosse demi douzaine de villes dont Edimbourg (2004), Melbourne (2008), Dublin (2010), Reykjavík (2011), et Cracovie (2013).

Regroupées depuis 1997 au sein de la Fédération des maisons d’écrivain et des patrimoines littéraires, les maisons d’écrivain sont aussi en plein essor : plus de la moitié des 185 sites ouverts en France au public ont été créés après 1980 et les chiffres de fréquentation révèlent l’engouement croissant des visiteurs (près d’un million d’entrées en 2011, en hausse d’un tiers par rapport à 2007). La création d’itinéraires littéraires se développe également, de la balade urbaine à la randonnée au long cours, invitant le public à partir sur les traces de l’Ulysse de Joyce à Dublin lors du Bloomsday ou de Stevenson sur les 252 kms du GR 70 reproduisant le Voyage avec un âne dans les Cévennes, à visiter le Louvres sur les pas du héros du Da Vinci Code de Dan Brown ou la Provence de Jean Giono grâce à un ensemble de 25 boucles de petites randonnée (PR) dispersées de Manosque à Sisteron.

Cette série d’exemples, qui pourront être approfondis dans le cadre de cet appel à textes, permet d’illustrer comment la littérature a été appropriée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels (les livres, la maison d’écrivain, sa bibliothèque…) comme immatériels (l’imaginaire des lieux développé dans les œuvres, les traces de l’auteur …) par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique pouvant contribuer au développement des territoires (Colletis et Pecqueur, 2005 ; Gumuchian et Pecqueur, 2007). Elle montre aussi qu’après nombre d’autres objets culturels, la littérature prend sa place dans « l’explosion patrimonialisante » (Gravari-Barbas et Guichard-Anguis, 2003).

Les contributions attendues porteront particulièrement sur les problématiques suivantes :
– Les processus de « mise en littérature » des territoires, de transformation de la ressource littéraire en ressource territoriale. Quels sont des acteurs impliqués ? Comment s’organisent-ils ? Quelles sont leurs représentations des lieux, leurs systèmes de valeurs ? Par qui sont conduites les procédures de valorisation des patrimoines littéraires, pour qui, pour quoi ? Pourquoi certains territoires sont-ils plus enclins que d’autres à s’intéresser à leurs héritages littéraires ? Certains auteurs ou catégories d’écrits se prêtent-ils plus que d’autres à cette valorisation ? Quels critères peuvent expliquer la réussite ou l’échec de telles initiatives ?

– Les enjeux économiques directs ou indirects et la compétitivité des territoires. Peut-on mesurer les conséquences économiques d’une opération de « mise en littérature » du territoire (en terme de ressources financières, d’emplois, de création d’activités) ? Crée-t-elle une rente monopolisée par certains acteurs et territoires au détriment d’autres ? L’enjeu territorial ne réside-t-il pas davantage dans l’affirmation d’une attractivité culturelle que, par exemple, dans la promotion de produits touristiques ? Est-ce que la valorisation de la ressource littéraire bénéficie plus à certains types d’espaces (milieux ruraux, petites villes, métropoles) et pour quelles raisons ?

– La question de la réception (par les habitants et les usagers) ainsi que les enjeux politiques et territoriaux. Quels enjeux politiques, territoriaux, identitaires recouvre la « mise en littérature » d’un espace ? Comment se manifeste l’appropriation de la littérature par le politique, les habitants, les touristes ? Peut-on examiner de façon précise les modalités de construction des images, les mécanismes conduisant à une esthétisation des lieux ? Cette esthétisation littéraire est-elle partagée par les habitants et les visiteurs ?

Territoire en mouvement, revue de géographie et aménagement, accorde un intérêt particulier aux approches interdisciplinaires autant que les approches ouvertes vers d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, sous la condition d’envisager la dimension spatiale et/ou territoriale de l’objet d’étude.

Les propositions et articles sont à envoyer à Mauricette Fournier (Mauricette.FOURNIER@univ-bpclermont.fr) au plus tard le 15 février 2014. Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Après notification de l’accord du comité de rédaction sur la proposition (courant mars 2014), les auteurs devront envoyer avant le 30 juin 2014 un article dont la taille ne dépasse pas 50 000 signes (espaces compris) et rédigé selon le respect des consignes de la note aux auteurs de la revue (http://tem.revues.org/​1379). L’article est évalué en double aveugle.

Calendrier 

Date limite pour l’envoi des propositions d’articles (titre et résumé) : 15 février 2014
Avis du comité de rédaction sur les propositions : mars 2014
Date limite pour l’envoi des articles au comité de rédaction : 30 juin 2014

Contact

Mauricette Fournier
Maître de conférence en géographie
Université Blaise Pascal
CERAMAC
Maison des Sciences de l’Homme
63057 Clermont-Ferrand Cedex 1
Mauricette.FOURNIER@univ-bpclermont.fr

Bibliographie

Bédard M., Lahaie C. (dir.), 2008, Géographie et littérature, Cahiers de Géographie du Québec, 52, n° 147, 150 p.

Brosseau M., 1996, Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, coll. Géographie et cultures, 246 p.

Brosseau M., Cambron M., 2003, Entre géographie et littérature : frontières et perspectives dialogiques, Recherches sociographiques, vol 44, n° 3, pp. 525-547

Colletis G., Pecqueur B., 2005, Révélation de ressources spécifiques et coordination située, Économie et Institutions, 1er et 2nd semestres, pp. 51-74.

Collot M., 2011, Pour une géographie littéraire, n° 8, Littérature, Histoire, Théorie (LHT), publié le 16 mai 2011 [En ligne], URL :http://www.fabula.org/lht/8/8dossier/242-collot

Fremont A., 1976, La Région, espace vécu, Paris, Flammarion, 223 p.

Gravari-Barbas M., Guichard-Anguis, S., (dir.), 2003, Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, PU Paris-Sorbonne, 952 p.

Gumuchian H., Pecqueur B., 2007, La ressource territoriale, Economica, Anthropos, Paris, 248 p.

Molina G., 2010, Les faiseurs de ville et la littérature ; lumières sur un star-system contemporain et ses discours publics. Des usages de la littérature au service de l’action des grands architectes-urbanistes, Thèse de géographie et d’urbanisme, Université Toulouse-le-Mirail.

Molina G., 2014, Lorsque l’imaginaire géographique littéraire déborde les frontières du livre… et s’inscrit dans l’espace , in L. Dupuy, J.-Y.Puyo (dir.),Géographie, langue et textes littéraires : regards croisés sur l’imaginaire géographique, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, à paraître.

Moretti F., 2000, Atlas du roman européen, Paris, Seuil, 235 p.

Piatti B., 2012, Un Atlas littéraire de l’Europe ou comment cartographier des géographies fictives ? In A. Bergé, M. Collot et J. Mottet, Paysages européens et mondialisationwww.geographielitteraire.hypotheses.org.

Seaton A.-V., 1999, Book towns as tourism developments in peripheral areas, in Tourism in Peripheral Areas, International Journal of Tourism Research, vol. 1, 5, pp. 389–399.

Rosemberg M. (dir), 2007, Le roman policier. Lieux et itinéraires, Géographie et Cultures, n° 61, 143 p.

Appel à contribution « Voyages, voisinages » en Asie de l’Est pour la revue Croisements

Le quatrième numéro de Croisements portera sur le thème « Voyages, voisinages » en
Asie de l’Est.
Articles à adresser avant le 31 novembre 2013 à : croisements@france.or.kr
Tous les détails : AppelCroisements4 31 nov

MONTREAL ET LA METROPOLISATION, Une géographie romanesque, Pierre-Mathieu Lebel

Montréal et la métropolisation… est le résultat d’un travail de géographie littéraire mené par Pierre-Mathieu Lebel, qui vise à aborder un phénomène généralement étudié à travers ses composantes économique et politique?: la métropolisation. L’approche de ce concept passe ici par la ville romanesque, en particulier le Montréal tel qu’on le retrouve dans un corpus de romans publiés entre 2003 et 2006.

MONTREAL ET LA METROPOLISATION

http://www.livresquebecois.com/livre.asp?id=isdpeabybwisdsa&/montreal-et-la-metropolisation/pierre-mathieu-lebel